L’Iran dit qu’un accord sur le nucléaire est toujours possible malgré le revers apparent des pourparlers avec le Qatar

0
23
Iran's Foreign Minister Hossein Amir-Abdollahian (R) attends a press conference with Josep Borell, the High Representative of the European Union for Foreign Affairs and Security Policy (L) at the foreign ministry headquarters in Iran's capital Tehran on June 25, 2022. - European Union foreign policy chief Josep Borrell met Iran's top diplomat today after arriving for talks on efforts to revive the 2015 Iran nuclear deal. Borrell flew in to Tehran on Friday night for a surprise visit aimed at getting the talks back on track three months after they stalled in March amid differences between Iran and the United States. (Photo by ATTA KENARE / AFP)

L’Iran a insisté jeudi sur le fait qu’un accord nucléaire relancé avec les grandes puissances reste réalisable malgré une évaluation américaine négative des pourparlers bilatéraux au Qatar destinés à relancer les négociations bloquées.

Le département d’État américain a déclaré que les pourparlers indirects négociés par l’UE dans la capitale qatarie Doha s’étaient conclus mercredi soir sans « aucun progrès ».

Mais le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a déclaré qu’il pensait que les pourparlers avaient été « positifs » et qu’un accord pouvait encore être conclu.

« Nous sommes déterminés à poursuivre les négociations jusqu’à ce qu’un accord réaliste soit trouvé », a-t-il déclaré après un appel téléphonique avec son homologue qatari, le cheikh Mohammed bin Abdulrahman Al-Thani, qui a animé les pourparlers indirects.

« Notre évaluation du récent cycle de pourparlers à Doha est positive », a-t-il déclaré.

« J’insiste sur le fait que nous faisons de sérieux efforts pour parvenir à un bon accord, solide et durable », a déclaré Amir-Abdollahian.

« Un accord est réalisable si les États-Unis sont réalistes. »

Dans cette image réalisée à partir du 17 avril 2021, vidéo diffusée par la radiodiffusion de la République islamique d’Iran, IRIB, télévision d’État, diverses centrifugeuses bordent le hall endommagé le 11 avril 2021, à l’installation d’enrichissement d’uranium de Natanz, à environ 200 miles ( 322 km) au sud de la capitale Téhéran. (IRIB via AP, fichier)
Les deux jours de pourparlers, au cours desquels les médiateurs de l’UE ont fait la navette entre les délégations iranienne et américaine, visaient à relancer des négociations plus larges entre l’Iran et les grandes puissances à Vienne, bloquées depuis mars.

Les pourparlers visent à ramener les États-Unis dans un accord de 2015 abandonné par l’administration Donald Trump en 2018 en levant les sanctions économiques radicales qu’il a imposées en échange du retour de l’Iran au plein respect des limites fixées pour ses activités nucléaires.

Washington a « clarifié notre volonté de conclure et de mettre en œuvre rapidement un accord sur le retour mutuel à la pleine conformité », a déclaré le porte-parole du département d’État américain après la fin des pourparlers au Qatar.

« Pourtant, à Doha, comme auparavant, l’Iran a soulevé des questions sans rapport avec le JCPOA (accord sur le nucléaire iranien) et n’est apparemment pas prêt à prendre une décision fondamentale quant à savoir s’il veut relancer l’accord ou l’enterrer ».

Les différences entre Téhéran et Washington ont notamment inclus la demande de l’Iran que son corps des gardiens de la révolution islamique soit retiré d’une liste terroriste américaine.

Les pourparlers de Doha ont eu lieu deux semaines seulement avant que le président américain Joe Biden n’effectue sa première visite officielle dans la région, avec des voyages en Iran, ennemis d’Israël et de l’Arabie saoudite.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here