24 C
France
mardi, novembre 29, 2022

s'abonner

Liz Truss a défendu les objectifs de réduction d’impôts alors qu’elle fait ses adieux

Liz Truss a défendu sa vision de la baisse des impôts pour le Royaume-Uni, avant de se retirer en tant que Premier ministre britannique le plus court de tous les temps.

Dans un discours d’adieu sans vergogne, elle a exhorté son successeur Rishi Sunak à être « audacieux » dans le but de relancer l’économie.

Elle a déclaré que le Royaume-Uni « ne peut pas se permettre » que les dépenses publiques absorbent une « part croissante de notre richesse nationale ».

Et elle a insisté sur le fait que « des jours meilleurs nous attendent » pour le Royaume-Uni.

Flanquée de son mari et de ses enfants, Mme Truss a déclaré qu’elle redeviendrait députée d’arrière-ban pour sa circonscription du sud-ouest de Norfolk.

M. Sunak a maintenant été officiellement nommé Premier ministre par le roi, après sa victoire dans la course à la direction des conservateurs.

 

Mme Truss a annoncé sa démission la semaine dernière après seulement 45 jours de mandat, après que d’importantes réductions d’impôts dans un mini-budget assemblé à la hâte aient provoqué des turbulences financières.

Après avoir initialement défendu son programme, elle l’a ensuite abandonné presque entièrement dans le but de calmer les marchés, mais a vu le soutien de ses propres députés refluer.

Mais elle a pris un ton provocateur dans son discours à Downing Street, ajoutant: « Je suis plus convaincue que jamais que nous devons être audacieux et relever les défis auxquels nous sommes confrontés.

« Nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre d’être un pays à faible croissance où le gouvernement accapare une part croissante de notre richesse nationale. »

Citant le philosophe romain Sénèque, elle a ajouté : « Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles ».

Elle a également cité son renversement de la hausse de l’assurance nationale d’avril et son plan visant à limiter les hausses d’énergie comme exemples de réussites au cours de son court mandat.

 

Elle a également exhorté M. Sunak à poursuivre le soutien britannique à l’Ukraine, ajoutant que le pays « doit l’emporter » dans sa « lutte courageuse contre l’agression de [Vladimir] Poutine ».

Son départ met fin à un mandat de premier ministre turbulent et parfois chaotique, marqué dans ses derniers jours par une série de revirements politiques humiliants.

Son premier choix en tant que chancelier, proche allié Kwasi Kwarteng, a présenté un mini-budget quelques semaines seulement après son entrée en fonction dans lequel il a annoncé le plus gros paquet de réductions d’impôts en 50 ans.

Les plans, qui n’avaient pas été évalués par l’organisme de surveillance budgétaire du gouvernement, ont effrayé les investisseurs et entraîné une forte augmentation du coût de la dette publique britannique.

Mme Truss, qui avait fait valoir lors de sa candidature à la direction des conservateurs que le fardeau fiscal britannique avait freiné la croissance économique, a d’abord défendu son approche, mais a ensuite licencié M. Kwarteng.

Son remplaçant à la chancellerie, Jeremy Hunt, a alors abandonné la quasi-totalité des baisses d’impôts pour tenter de stabiliser les marchés financiers.

Cette décision a été bien accueillie par les investisseurs mais a gravement sapé la crédibilité politique de Mme Truss, et elle a dû faire face à des appels à démissionner de la part de ses propres députés.

Son successeur, M. Sunak, troisième dirigeant du Royaume-Uni en sept semaines, doit maintenant diriger le Royaume-Uni à travers une période de crise économique marquée par une faible croissance et une forte inflation.

Il devrait commencer à nommer son cabinet plus tard, avant de répondre aux questions du Premier ministre au Parlement mercredi.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles