33 C
France
vendredi, avril 19, 2024

s'abonner

L’ONU condamne la Russie pour la guerre contre l’Ukraine et appelle au retrait

L’Assemblée générale des Nations unies (AGNU) a voté massivement en faveur d’une résolution demandant à Moscou de retirer ses troupes d’Ukraine et de mettre fin aux combats, un an après le lancement de l’invasion russe.

La résolution (PDF) appelait à une « paix globale, juste et durable » qui, selon elle, « constituerait une contribution significative au renforcement de la paix et de la sécurité internationales » et réaffirmait l’indépendance et l’intégrité territoriale de l’Ukraine.

Cent quarante et un pays ont voté en faveur de la résolution, avec 32 abstentions.

Sept pays, dont la Russie, ont voté contre.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, s’est félicité de l’adoption de la résolution.

« L’impact est très clair. Cela définit la perception », a déclaré Kuleba aux journalistes à l’ONU à New York après le vote. « Cela montre qui se tient où. Si les résolutions n’avaient pas d’impact, la Russie ne les combattrait pas farouchement. C’est de la politique. C’est comme ça que ça se fait. »

Écrivant sur les réseaux sociaux, le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy a déclaré que la résolution était un « signal puissant de soutien mondial indéfectible à l’Ukraine ».

Le vote montre qu’un an après le début de la guerre, la plupart des pays du monde restent profondément perturbés par l’invasion russe, que le président Vladimir Poutine a qualifiée d' »opération militaire spéciale ».

La guerre a tué des milliers de personnes, forcé des millions de personnes à quitter leur foyer et alimenté une crise alimentaire et énergétique mondiale.

Lors du dernier vote de l’AGNU sur la guerre en octobre dernier, 143 pays ont soutenu la résolution condamnant la Russie pour avoir annexé quatre régions de l’Ukraine. A cette occasion, 35 pays se sont abstenus et cinq, dont la Russie, ont voté contre.

La Russie a réussi à obtenir le soutien de l’Érythrée et du Mali – deux pays qui s’étaient abstenus lors du vote d’octobre.

Mais le Honduras, le Lesotho, la Thaïlande et le Soudan du Sud ont tous décidé de soutenir la résolution après s’être abstenus la dernière fois.

Certains des 193 membres de l’Assemblée générale étaient absents lors du vote de jeudi, qui a suivi un long débat au cours duquel la Russie a qualifié la résolution de « déséquilibrée et anti-russe » et son allié le Bélarus a tenté de faire adopter des amendements au texte, y compris la « prévention d’une nouvelle escalade de la crise ». conflit en alimentant les parties avec des armes létales.

C’est un point de vue partagé par la Chine, qui s’est abstenue lors du vote et dont les responsables ont passé une grande partie de cette semaine à critiquer les pays, pour la plupart occidentaux, qui ont fourni un soutien militaire et des armes à l’Ukraine.

Jeudi, l’ambassadeur adjoint de la Chine à l’ONU, Dai Bing, a déclaré à l’Assemblée générale des Nations unies que « les faits brutaux offrent une preuve suffisante que l’envoi d’armes n’apportera pas la paix », et a répété les commentaires antérieurs de hauts responsables chinois selon lesquels les transferts d’armes vers l’Ukraine ne feraient qu’ajouter « du carburant au feu ».

La Chine tente un difficile exercice d’équilibre diplomatique face à la guerre qui a approfondi les rivalités géopolitiques, en particulier entre la Russie et les démocraties libérales occidentales.

Pékin a souligné que la souveraineté et l’intégrité territoriale de tous les pays doivent être respectées, mais estime que tous les problèmes de sécurité doivent être pris en compte et partage le malaise russe concernant l’alliance de l’OTAN. La chaleur des relations entre les deux pays s’est manifestée mercredi à Moscou lorsque le haut diplomate Wang Yi a rencontré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et s’est entretenu avec Poutine.

D’autres pays qui se sont abstenus ont également exprimé leur inquiétude quant au fait que l’intense division internationale était un obstacle majeur à la fin du conflit.

« Bien que nous soutenions l’accent mis par la présente résolution sur les principes de la Charte et du droit international, cela ne nous rapproche certainement pas de jeter les bases d’une paix durable et de mettre fin à la dévastation et à la destruction », a déclaré l’ambassadeur d’Afrique du Sud aux Nations Unies, Mathu Joyini. .

Les votes à l’Assemblée générale sont devenus un baromètre de l’humeur mondiale, l’action au sein du Conseil de sécurité de 15 membres étant entravée par le veto détenu par chacun de ses cinq membres permanents : la Chine, la Russie, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France.

Le Conseil doit tenir une réunion sur l’Ukraine plus tard vendredi.

 

Source:

  • https://www.aljazeera.com/
  • https://www.gettyimages.com/

Related Articles

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles