L’ONU dit au personnel afghan de rester chez lui après que les talibans aient interdit aux femmes de travailler avec l’organisation

0
280

L’ONU a déclaré qu’elle était contrainte de faire un « choix épouvantable » après avoir ordonné à tout son personnel en Afghanistan de rester à l’écart de ses bureaux dans le pays, à la suite de l’interdiction par les talibans des travailleuses humanitaires afghanes.

« Le personnel national de l’ONU – femmes et hommes – a reçu pour instruction de ne pas se présenter aux bureaux de l’ONU, avec seulement des exceptions limitées et calibrées pour les tâches critiques », a déclaré l’organisation dans un communiqué.

Cela survient après que des hommes afghans travaillant pour l’ONU à Kaboul sont restés chez eux la semaine dernière en solidarité avec leurs collègues féminines.

L’ONU a déclaré que la décision des talibans était une extension d’une précédente interdiction, appliquée en décembre dernier, qui interdisait aux femmes afghanes de travailler pour des organisations non gouvernementales nationales et internationales.

Le décret a contraint l’ONU « à devoir faire un choix épouvantable entre rester et apporter son soutien au peuple afghan et respecter les normes et principes que nous sommes tenus de respecter », a déclaré l’organisation dans un communiqué mardi.

Il a ajouté que l’interdiction était « la dernière d’une série de mesures discriminatoires mises en œuvre par les autorités de facto des talibans dans le but de restreindre sévèrement la participation des femmes et des filles dans la plupart des domaines de la vie publique et quotidienne en Afghanistan ».

L’ONU continuera « d’évaluer la portée, les paramètres et les conséquences de l’interdiction, et de suspendre les activités là où elles sont entravées », indique le communiqué, ajoutant que « la question fera l’objet d’un examen constant ».

Plusieurs femmes du personnel de l’ONU dans le pays avaient déjà subi des restrictions de mouvement depuis la prise du pouvoir par les talibans en 2021, y compris du harcèlement et de la détention.

Ramiz Alakbarov, le représentant spécial adjoint de l’ONU, résident et coordinateur humanitaire pour l’Afghanistan, a qualifié la décision des talibans de « violation sans précédent des droits de l’homme » la semaine dernière.

« La vie des femmes afghanes est en jeu », a-t-il dit, ajoutant : « Il n’est pas possible d’atteindre les femmes sans les femmes ».

La représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU pour l’Afghanistan, Roza Otunbayeva, s’est engagée auprès des talibans au plus haut niveau pour « demander une annulation immédiate de l’ordre », a déclaré l’ONU la semaine dernière.

« Dans l’histoire des Nations Unies, aucun autre régime n’a jamais essayé d’interdire aux femmes de travailler pour l’Organisation simplement parce qu’elles sont des femmes. Cette décision représente une agression contre les femmes, les principes fondamentaux de l’ONU et le droit international », a déclaré Otunbayeva.

D’autres personnalités au sein de l’organisation ont également condamné cette décision, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme la qualifiant de « totalement méprisable ».

Après que les talibans ont interdit les travailleuses humanitaires en décembre, au moins une demi-douzaine de grands groupes d’aide étrangers ont temporairement suspendu leurs opérations en Afghanistan, diminuant les ressources déjà rares dont dispose un pays qui en a désespérément besoin.

Le retour au pouvoir des talibans a précédé une aggravation de la crise humanitaire en Afghanistan, aggravant les problèmes qui tourmentaient depuis longtemps le pays. Après la prise de contrôle, les États-Unis et leurs alliés ont gelé environ 7 milliards de dollars des réserves de change du pays et coupé les financements internationaux, paralysant une économie fortement dépendante de l’aide étrangère.

 

Source: edition.cnn.com