L’UE discutera d’un embargo pétrolier édulcoré contre la Russie alors que la Hongrie tient bon

0
46

L’Union européenne continuera lundi à travailler vers un accord d’embargo sur le pétrole russe après l’échec des tentatives de le faire dimanche.

Les pourparlers sont en grande partie bloqués par la Hongrie, grand utilisateur de pétrole russe et dont le dirigeant Viktor Orban entretient des relations amicales avec le Russe Vladimir Poutine.

Au cours du week-end, Budapest a signalé son soutien à une proposition de la Commission européenne qui n’appliquerait des sanctions qu’au pétrole russe introduit dans l’UE par des pétroliers, ce qui permettrait aux importateurs d’énergie enclavés que sont la Hongrie, la Slovaquie et la République tchèque de continuer à recevoir leur pétrole russe par oléoduc jusqu’à ce que l’alternative sources peuvent être trouvées. Les pourparlers ont cependant été bloqués par les demandes de financement de l’UE de la Hongrie.

Un porte-parole de la Commission européenne, le bras exécutif de l’UE, a refusé de commenter les propositions en cours.

Environ 36 % des importations de pétrole de l’UE proviennent de Russie, un pays qui joue un rôle démesuré sur les marchés pétroliers mondiaux.

Certes, la Russie est le troisième producteur mondial de pétrole, derrière les États-Unis et l’Arabie saoudite, et le plus grand exportateur mondial de brut vers les marchés mondiaux. C’est aussi un important producteur et exportateur de gaz naturel.

Les prix du pétrole ont augmenté lundi après-midi alors que les acteurs du marché surveillaient de près la perspective que le plus grand bloc commercial du monde accepte d’imposer une interdiction des importations de pétrole russe.

West a attendu trop longtemps pour affronter Poutine et maintenant il a tout le pouvoir, dit le professeur
Les contrats à terme internationaux sur le Brent de référence se sont négociés en hausse de 0,6 % à 120,17 $ le baril à Londres, tandis que les contrats à terme sur le West Texas Intermediate américain se sont négociés en hausse de 0,7 % à 115,90 $.

Les prix de l’énergie, déjà élevés au début de cette année, ont grimpé en flèche depuis que Poutine a lancé la guerre contre l’Ukraine fin février.

« Nous devons simplement le faire »
Les sanctions proposées sur les importations de pétrole feraient partie du sixième paquet de sanctions de l’UE contre la Russie depuis qu’elle a envahi l’Ukraine il y a près de 100 jours.

Les cinq séries de mesures précédentes comprenaient un accès restreint aux marchés des capitaux, le gel des actifs de la banque centrale russe, l’exclusion des institutions financières russes de SWIFT et l’interdiction des importations de charbon russe et d’autres matières premières, entre autres.

Des pourparlers pour imposer un embargo sur le pétrole sont en cours depuis le début du mois, bien qu’aucun progrès tangible n’ait été réalisé depuis que la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré que les États membres interdiraient tout le pétrole russe d’Europe.

« Aujourd’hui, nous nous attaquons à notre dépendance vis-à-vis du pétrole russe. Et soyons clairs, ce ne sera pas facile car certains États membres sont fortement dépendants du pétrole russe, mais nous devons simplement le faire », a déclaré von der Leyen au Parlement européen le 4 mai, suscitant les applaudissements des législateurs.

On espérait que les dirigeants pourraient parvenir à un accord à temps pour leur sommet de lundi à mardi à Bruxelles, en Belgique, pour illustrer l’unité du bloc en réponse à l’assaut du Kremlin. L’échec à conclure tout type d’accord serait probablement annoncé comme une victoire pour Poutine.

Le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a déclaré lundi à France Info qu’un accord pourrait être conclu d’ici lundi après-midi, selon Reuters. Le Premier ministre estonien Kaja Kallas, quant à lui, aurait déclaré qu’il n’était pas réaliste de s’attendre à un accord lundi.

Les responsables ukrainiens ont insisté à plusieurs reprises pour que l’UE impose un embargo total sur le pétrole et le gaz russes, les pays importateurs d’énergie continuant d’alimenter quotidiennement le trésor de guerre de Poutine avec les revenus du pétrole et du gaz.

L’analyse du groupe de campagne Transport et Environnement montre que la puissance militaire de la Russie est renforcée par 285 millions de dollars de paiements pétroliers effectués chaque jour par les pays européens.

En effet, les revenus du pétrole et du gaz russes étaient considérés comme responsables d’environ 43 % du budget fédéral du Kremlin entre 2011 et 2020, soulignant à quel point les combustibles fossiles jouent un rôle central pour le gouvernement russe.

« Étant donné que la Russie est un important producteur et exportateur de pétrole brut et de produits raffinés, un embargo sur les ventes entraînerait des difficultés financières importantes », a déclaré Tamas Varga du courtier pétrolier PVM.

« D’un autre côté, en l’absence de mesures de rétorsion supplémentaires fermes, l’UE finance toujours la Russie dans le conflit. Au cours des trois premiers mois de la guerre, il a acquis une énergie d’une valeur de 60 milliards de dollars, ce qui n’est guère une recette pour causer des difficultés financières à l’envahisseur », a déclaré Varga.

«Cela, l’UE l’admet elle-même. Ce qui fait l’objet de discussions sérieuses, c’est de savoir si les sanctions sont le meilleur moyen de punir la Russie ou [si] l’imposition de tarifs serait plus efficace », a-t-il ajouté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here