24 C
France
mardi, novembre 29, 2022

s'abonner

L’Ukraine regarde avec anxiété sa frontière nord et un nouvel afflux de troupes russes en Biélorussie

 

L’annonce la semaine dernière par le président biélorusse Alexandre Loukachenko que son pays et la Russie formeraient une force régionale conjointe et effectueraient des exercices a déclenché la sonnette d’alarme à Kyiv.

La dernière fois que les forces biélorusses et russes ont organisé des exercices conjoints, en février, bon nombre de ces forces russes ont traversé la frontière ukrainienne dans leur course malheureuse vers la capitale.

Ce n’est pas que la Biélorussie ait une armée puissante – ce n’est pas le cas. Mais la perspective que la longue frontière nord de l’Ukraine devienne un passage pour les forces russes pour la deuxième fois cette année serait un cauchemar pour les forces ukrainiennes déjà surchargées. L’Ukraine et la Biélorussie partagent une frontière de 1 000 kilomètres, en grande partie peu peuplée et densément boisée.

Le premier groupe de soldats russes à rejoindre la nouvelle force avec les troupes biélorusses est arrivé en Biélorussie samedi, a annoncé le ministère de la Défense de Minsk. Au total, le contingent russe sera inférieur à 9 000 personnes, selon le chef du Département biélorusse de la coopération militaire internationale, Valery Revenko.

À l’heure actuelle, l’armée ukrainienne mène des offensives à l’est et au sud tout en retenant les forces russes dans certaines parties de Donetsk et de Zaporizhzhia. Après sept mois de guerre, l’armée ukrainienne a subi une attrition tout comme son ennemi : déplacer des forces pour défendre son flanc nord étirerait des forces combattant déjà sur plusieurs fronts.

Comme on pouvait s’y attendre, la Biélorussie affirme que la force conjointe est purement défensive. Le ministre de la Défense du pays, Viktor Khrenin, a déclaré que « toutes les activités menées actuellement visent à apporter une réponse suffisante aux activités à proximité de nos frontières ».

 

Ces activités, selon le Bélarus, visent à dissuader les préparatifs ukrainiens pour attaquer le pays. Loukachenko a déclaré la semaine dernière que son gouvernement avait été « averti des frappes contre la Biélorussie depuis le territoire ukrainien ».

Le ministre des Affaires étrangères, Vladimir Makei, a suivi vendredi, affirmant qu’une opération antiterroriste était en cours « au milieu de rapports faisant état de provocations imminentes par des États voisins ».

L’Ukraine a nié avec véhémence ces allégations. Le ministère des Affaires étrangères a déclaré qu’il « rejette catégoriquement ces dernières insinuations du régime biélorusse. Nous ne pouvons pas exclure que cette note diplomatique fasse partie d’une provocation de la part de la Fédération de Russie.

Le président Volodymyr Zelensky a déclaré la semaine dernière lors d’une réunion du groupe G7 des économies avancées du monde que des casques bleus de l’ONU devraient être envoyés à la frontière.

« La Russie essaie d’entraîner directement la Biélorussie dans cette guerre », a déclaré Zelensky au G7.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles