Macron réélu mais le gros score de Le Pen montre une France de plus en plus divisée

0
239

Emmanuel Macron a été réélu dimanche à la présidence de la France, mais une performance puissante de sa rivale d’extrême droite Marine Le Pen – sa plus forte jamais – est un problème pour son deuxième mandat et envoie un coup de semonce à l’OTAN et à l’Union européenne.

Le centriste sortant a remporté la victoire avec une marge confortable, avec quelque 58,5% de l’électorat le soutenant contre 41,5% pour Le Pen, selon un décompte préliminaire. Cela donne à Macron un deuxième mandat de cinq ans.

Nostress Media Ltd

Mais la victoire du président est assombrie par le fait que son rival – un candidat anti-immigration et nationaliste qui prône l’interdiction du foulard islamique en public, a courtisé le président russe Vladimir Poutine et veut transformer l’Union européenne en une « alliance des nations européennes ». – a remporté plus de voix que n’importe quel candidat d’extrême droite dans l’histoire de la République française.

Plus de 12 millions de personnes ont choisi Le Pen, soit environ cinq millions de plus que lors de sa dernière candidature présidentielle en 2017 – une augmentation qui suggère que sa stratégie consistant à essayer de faire entrer son parti dans le courant politique a été largement couronnée de succès.

Le résultat comporte également des avertissements pour l’UE et l’OTAN.

Au milieu de la guerre de la Russie contre l’Ukraine, avec des images de villes bombardées diffusées quotidiennement dans les journaux télévisés, une grande partie de l’électorat français a soutenu une candidate qui a appelé à former une alliance avec Moscou et a déclaré qu’elle retirerait la France de l’OTAN. commandement intégré s’il est élu.

Dans l’un des pays fondateurs de l’UE, des millions de personnes ont voté pour un candidat dont la plate-forme de campagne préconise le démantèlement de l’UE de l’intérieur en suspendant ses règles de libre circulation et en dégradant la suprématie du droit de l’UE.

« Ce résultat est [le signe] d’une grande méfiance envers nos dirigeants et envers les dirigeants européens, un message qu’ils ne peuvent ignorer », a déclaré Le Pen à ses partisans dans son discours de concession. « Les électeurs ont montré qu’ils voulaient un pouvoir d’opposition fort à Macron. »

Sa solide performance sera considérée comme un avertissement à Bruxelles, qui est toujours ébranlée par le vote britannique de quitter l’Union européenne et est enfermée dans des batailles judiciaires avec la Pologne et la Hongrie au sujet de différends relatifs à l’État de droit.

Mais le défi le plus immédiat sera pour Macron, qui entame son deuxième mandat dans un pays profondément divisé où la colère politique pourrait facilement se transformer en manifestations de rue et en violence.

Le président a reconnu ces divisions dans son discours de victoire.

« Notre pays est plein de doutes et de divisions, nous devrons donc être forts. Mais personne ne sera laissé au bord du chemin », a-t-il déclaré depuis une scène octogonale installée devant la tour Eiffel.

Troubles au coin de la rue
Alors que le vote signifie que la continuité prévaudra en France, il montre également que les divisions qui ont tourmenté la politique française pendant des décennies ne diminuent pas, mais s’agrandissent à chaque élection successive.

Le Pen en est à sa troisième campagne présidentielle mais elle n’en a pas exclu une autre et n’est en aucun cas fini politiquement. Elle s’est remise de sa défaite en 2017 et a considérablement élargi la base de son parti. Dans son discours de concession, la chef du parti du Rassemblement national a adopté un ton combatif et a laissé entendre qu’elle mènerait ses troupes au combat lorsque les électeurs éliraient un nouveau parlement français en juin.

« C’est une victoire éclatante », a déclaré Le Pen à des partisans enthousiastes à Boulogne, une banlieue de Paris qui a toujours été le port d’attache de son parti.

Faisant allusion à des alliances potentielles qui pourraient encore renforcer le parti de Le Pen, le candidat présidentiel d’extrême droite Eric Zemmour, qui a été éliminé au premier tour de l’élection, a appelé à la formation d’un « bloc patriotique » unissant ses partisans et ceux de Le Pen.

« Nous devons oublier nos querelles et unir nos forces. C’est possible, c’est indispensable, c’est notre devoir. Construisons la première coalition de la droite et des patriotes dès que possible », a déclaré Zemmour après l’annonce des résultats des élections.

Macron a paralysé les forces dominantes du centre-gauche et du centre-droit lors de son ascension au pouvoir et le vote de dimanche a montré que les partis socialistes et Les Républicains, autrefois puissants, sont irrécupérables. Aucun des deux partis n’a pu recueillir plus de cinq pour cent des voix au premier tour, ce qui signifie qu’ils ne pourront pas se faire rembourser leurs dépenses de campagne par l’État.

Leur effondrement accélère le reformatage du paysage politique français, loin d’un clivage droite-gauche, vers un clivage entre populistes nationalistes anti-establishment et progressistes centristes pro-européens.

Entamant son deuxième mandat après deux ans de politiques COVID, au milieu d’une inflation élevée et de la guerre en Ukraine, Macron ne profitera probablement pas d’une sorte de période de lune de miel. Des appels ont déjà été lancés pour lancer ce que l’on appelle en France un «troisième tour social» de l’élection présidentielle – celui qui se déroule dans la rue, sous la forme de manifestations. Les électeurs de gauche qui se sont pincés le nez et ont voté pour Macron afin de maintenir l’extrême droite hors du pouvoir sont particulièrement motivés pour faire pression sur l’administration de Macron.

« Ça va être une course difficile », un haut responsable de Macron

Le parti La République en marche a déclaré à POLITICO avant le vote de dimanche.

« Je ne pense pas qu’il y aura un grand mouvement de protestation de grande envergure, mais je pense que nous voyons une gamme de manifestations dans différentes parties du pays, certaines comme le Yellow Jacket [mouvement de protestation populaire]. »

Des manifestations ont déjà commencé dans les universités françaises, avec des militants mécontents de devoir choisir entre l’extrême droite et un candidat pro-business. Certains dirigeants du mouvement des Gilets jaunes, qui ont secoué la France en 2018 et 2019, appellent déjà les citoyens à descendre dans la rue.

Le mécontentement s’est également répandu parmi les électeurs de gauche, dont les candidats ont tous été éliminés du premier tour du scrutin le 10 avril. Vingt-deux pour cent des électeurs ont voté pour le leader d’extrême gauche Jean-Luc Mélenchon au premier tour et étaient particulièrement divisés sur options dans la seconde.

Le chef du parti France Unbowed est devenu un champion de la foule anti-Macron de gauche, obtenant des scores élevés dans les banlieues à forte population immigrée et auprès des jeunes à travers le pays, en partie grâce à son programme vert.

Alors que Macron entame son deuxième mandat, il y aura de nombreuses occasions de manifester. Le président a été élu sur une plateforme de réforme des retraites publiques et de recul de l’âge de la retraite de 62 à 64 ou 65 ans. Il veut également réformer et introduire plus d’autonomie dans les écoles françaises, une ambition qui le mettra sur une trajectoire de collision avec les puissants syndicats d’enseignants de France.

Le premier mandat de Macron n’a pas été facile, entaché par la pandémie de COVID-19 et les manifestations des gilets jaunes qui ont commencé contre une taxe verte sur les carburants. Cette fois-ci, il jure qu’il a appris de ses erreurs et promet une nouvelle méthode visant à établir un consensus pour faire passer les réformes.

Mais avec l’inflation et la hausse des prix de l’énergie, de nombreux observateurs pensent que le pays est sur le point de subir une réaction violente.

Le troisième tour
À court terme, les opposants à Macron se préparent déjà au combat avant les élections législatives de juin. Le président a besoin d’une majorité à l’Assemblée nationale pour pouvoir faire passer ses réformes et faire campagne ne devrait pas être facile.

Traditionnellement, les électeurs français ont tendance à voter de la même manière aux élections présidentielles et législatives, de sorte que le président élu et son gouvernement ne sont pas à couteaux tirés au début de leur mandat.

Mais pour la gauche française, les élections législatives offrent une opportunité de revanche. Mélenchon est arrivé en troisième position au premier tour de l’élection présidentielle et son camp espère capitaliser sur son succès et contrecarrer les plans de réforme de Macron.

Une grande attention sera également portée au Rassemblement national de Le Pen, qui devra faire face à la concurrence ou à la coopération lors des élections législatives avec Zemmour, qui a recueilli 7 % des voix au premier tour de l’élection présidentielle.

La droite dure s’en sort généralement mal lors des élections législatives, car les partis traditionnels ont tendance à s’unir pour les empêcher d’être élus. En 2017, le Rassemblement national n’a obtenu que huit sièges sur 577, bien que Le Pen ait obtenu 33 % des voix à l’élection présidentielle cette année-là.

Le Pen s’est présentée comme la porte-parole des opprimés, des Français oubliés contre les élites urbaines. Le président français a juré d’unir le pays, mais les questions sur la façon dont ces voix sont entendues n’ont jamais été aussi aiguës.

Nostress Media Ltd