26 C
France
vendredi, septembre 30, 2022

s'abonner

Mahsa Amini : la police iranienne dit que la mort d’une femme est « malheureuse »

Le chef de la police de Téhéran a déclaré que la mort d’une femme en garde à vue était un incident « malheureux » qu’il ne souhaite pas voir se reproduire.

Mahsa Amini, 22 ans, est tombée dans le coma la semaine dernière, quelques heures après que la police des mœurs l’ait détenue pour avoir prétendument enfreint les règles du hijab.

Des témoins ont accusé des policiers de l’avoir battue, mais le brigadier général de police Hossein Rahimi a nié de telles « accusations lâches ».

Sa mort a déclenché des manifestations dans la capitale et dans l’ouest de l’Iran, où deux personnes auraient été tuées lors d’affrontements avec la police anti-émeute lundi.

Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux semblaient montrer une foule jetant des pierres dans la ville de Divandarreh et courant plus tard après avoir essuyé des tirs.

D’autres images montraient des manifestations dans la capitale, où des femmes enlevaient leur foulard et criaient « mort au dictateur » – un chant souvent utilisé en référence au guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei.

1px transparent line

Mme Amini, une Kurde de souche originaire de la ville occidentale de Saqez dans la province du Kurdistan, est décédée à l’hôpital vendredi après avoir passé trois jours dans le coma.

Elle a été arrêtée mardi devant une station de métro à Téhéran par la police des mœurs. Ils l’ont accusée d’avoir enfreint la loi obligeant les femmes à se couvrir les cheveux avec un foulard, et leurs bras et jambes avec des vêtements amples.

Selon des témoins, elle a été battue alors qu’elle se trouvait à l’intérieur d’un fourgon de police qui l’a emmenée dans un centre de détention.

La police a rejeté l’allégation et a déclaré qu’elle souffrait d’une « insuffisance cardiaque soudaine » alors qu’elle attendait avec d’autres femmes dans l’établissement d’être « éduquée ».

Ils ont diffusé des images de vidéosurveillance montrant une femme qu’ils ont identifiée comme étant Mme Amini en train de parler avec une responsable féminine, qui attrape ses vêtements. On la voit alors se tenir la tête avec les mains et s’effondrer au sol.

Le ministre de l’Intérieur a déclaré samedi que Mme Amini « avait apparemment des problèmes physiques antérieurs ».

Cependant, son père a déclaré dimanche aux organes de presse favorables à la réforme qu’elle était « en forme et n’avait aucun problème de santé ». Il a également déclaré que sa fille avait subi des ecchymoses aux jambes et que les images de vidéosurveillance montraient une « version éditée » des événements.

Lundi, le général de brigade Rahimi a exprimé sa sympathie à la famille de Mme Amini, mais a insisté sur le fait qu’elle n’avait subi aucun préjudice physique.

« Les preuves montrent qu’il n’y a pas eu de négligence ou de comportement inapproprié de la part de la police », a-t-il déclaré aux journalistes.

Le décès a suscité de nombreuses critiques à l’encontre des actions de la police des mœurs, qui a récemment lancé une campagne de répression contre les « vêtements inappropriés ».

Des manifestations ont éclaté à Saqez après ses funérailles samedi, les forces de sécurité ayant ouvert le feu sur une foule qui se dirigeait vers le bureau du gouverneur local.

Des affrontements ont également eu lieu entre les manifestants et la police anti-émeute à Sanandaj, la capitale du Kurdistan, samedi et dimanche.

Le groupe kurde de défense des droits humains Hengaw a déclaré dimanche qu’au moins 38 personnes avaient été blessées dans les deux villes.

Hengaw a signalé la mort de deux manifestants à la suite des affrontements de lundi à Divandarreh, situé entre Saqez et Sanandaj. Il a également déclaré qu’une fillette de 10 ans avait reçu une balle dans la tête à Bukan, une ville de la province de l’Azerbaïdjan occidental.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles