Monkeypox : le Kerala confirme le premier décès en Inde et isole 20 contacts

0
46

Un homme de 22 ans, qui s’était récemment rendu dans l’État depuis les Émirats arabes unis, est décédé samedi.

La ministre de la Santé du Kerala, Veena George, a déclaré que l’homme avait initialement été testé positif pour le virus à l’étranger. Des échantillons testés après sa mort ont également détecté le virus, a-t-elle déclaré lundi.

Il s’agit du quatrième décès par monkeypox signalé dans le monde, en dehors de l’Afrique.

Lundi, les autorités sanitaires du Ghana ont également confirmé le premier décès dû au virus dans la nation ouest-africaine lors de l’épidémie actuelle.

La personne infectée était un officier militaire décédé trois jours après s’être présenté dans un hôpital du nord-est du pays. Il avait de la fièvre et une éruption cutanée, mais aucun autre détail n’était disponible.

Treize personnes qui auraient été en contact avec l’homme décédé sont en isolement et sont actuellement surveillées.

Le Ghana a jusqu’à présent enregistré plus de 30 cas de virus dans sept régions du pays.

La maladie est causée par le virus du monkeypox, un membre de la même famille de virus que la variole, bien qu’il soit beaucoup moins grave et que les experts disent que les risques d’infection sont faibles.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré l’épidémie de monkeypox une urgence sanitaire mondiale le mois dernier.

Qu’est-ce que la monkeypox et comment l’attraper ?
L’Inde en état d’alerte après un quatrième cas de monkeypox
Après la mort de l’homme au Kerala, le gouvernement de l’État indien a formé un comité de haut niveau pour examiner ses rapports médicaux, a déclaré Mme George.

Le jeune homme avait développé de la fièvre et avait des ganglions lymphatiques enflés lorsqu’il a été admis dans un hôpital privé le 27 juillet, a déclaré dimanche Mme George au site d’information The NewsMinute.

Cependant, il n’avait aucune éruption cutanée sur son corps et les médecins n’ont vu aucune raison de soupçonner qu’il avait la variole du singe, a-t-elle déclaré.

L’homme avait été testé positif au virus aux Émirats arabes unis le 19 juillet, quelques jours avant son départ pour le Kerala, mais sa famille n’a informé les autorités sanitaires que le 30 juillet, a déclaré le ministre lundi.

Cependant, son état s’est rapidement détérioré à l’hôpital et il était sous assistance respiratoire avant de mourir, a-t-elle ajouté.

Ses échantillons ont été envoyés à l’Institut national de virologie qui a confirmé la variole du singe lundi, a-t-elle déclaré.

Les autorités vont maintenant enquêter sur les raisons pour lesquelles l’homme a tardé à demander de l’aide médicale.

Vingt contacts étroits de l’homme ont été classés « à haut risque » et isolés, a déclaré le ministre aux journalistes. Il s’agit notamment de ses amis, de sa famille et de neuf personnes avec lesquelles il a récemment joué au football.

Les passagers qui étaient sur le vol avec lui des Émirats arabes unis au Kerala ont également été contactés. Il n’y a cependant pas encore de raison de s’inquiéter car ils n’étaient pas en contact étroit avec lui, a déclaré Mme George.

L’Inde a signalé jusqu’à présent quatre cas de monkeypox – trois au Kerala et un dans la capitale, Delhi.

Le premier patient, testé positif le 14 juillet, a été soigné dans la capitale du Kerala, Thiruvananthapuram (anciennement Trivandrum). Il a depuis récupéré et a été libéré, a déclaré Mme George samedi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here