26 C
France
mercredi, septembre 28, 2022

s'abonner

« Novembre » avec Jean Dujardin et Sandrine Kiberlain se dévoile dans une bande-annonce haletante

Le genre de thriller qui est tellement pris dans sa course contre la montre haletante et implacable qu’il ne s’arrête jamais complètement pour réfléchir à ce qu’il essaie de dire, November (Novembre) suit une équipe d’élite d’agents anti-terroristes français alors qu’ils tentent d’attraper les responsables de la vague dévastatrice d’attentats qui a frappé Paris en 2015.

Réalisé par le nouvel expert français de l’action résidente, Cédric Jimenez (The Stronghold, The Connection), et mettant en vedette un casting de stars comprenant Jean Dujardin, Anaïs Demoustier, Sandrine Kiberlain et Jérémie Renier, le film emploie des tonnes d’énergie et une bonne dose de ressources (le budget est annoncé à 13 millions de dollars, ce qui semble faible par rapport aux valeurs de production élevées) pour dépeindre ce qui s’est passé dans les cinq jours entre le 13 novembre – lorsque les djihadistes ont touché plusieurs cibles à Paris, dont la salle de concert du Bataclan – et le 18, lorsque les autorités ont retrouvé deux d’entre eux dans la banlieue nord de la Seine-Saint-Denis.

Ces deux événements clôturent le film et, dans ce qui est peut-être sa décision de réalisateur la plus sage en novembre, Jimenez ne montre jamais le premier. Au lieu de cela, après une scène de poursuite d’ouverture où l’agent principal Fred (Dujardin) perd la trace d’un suspect en Grèce plusieurs mois plus tôt, nous avons coupé au siège de l’équipe antiterroriste à Paris alors que l’attaque du Bataclan commence. Un agent seul en poste de nuit reçoit un appel téléphonique au bureau. Soudain, des dizaines d’autres téléphones se mettent à sonner, et il est clair que quelque chose de majeur s’est produit.

L’art de la suggestion impliqué par cette première séquence est complètement absente du reste du film, qui suit Fred et son collègue agent Ines (Demoustier), ainsi que Héloise (Kiberlain) et Marco (Renier), alors qu’ils se bousculent comme un fou pour retrouver les deux tireurs qui ont réussi à s’échapper. Nous voyons chaque porte que les flics enfoncent, chaque téléphone qu’ils tapent, chaque suspect qu’ils interrogent et chaque fausse piste qu’ils suivent, avec la caméra de DP Nicolas Loir fixée à jamais sur une plate-forme Steadicam alors qu’il essaie de suivre un casting qui continue de se précipiter devant lui pour attraper les méchants.

Jimenez et l’écrivain Olivier Demangel (qui a également écrit le film d’Omar Sy Père et soldat, présenté en première à Un Certain Regard) semblent obsédés par la vraisemblance, tournant dans les lieux réels où les événements se sont produits et s’en tenant étroitement à la véritable enquête. Il y a un côté docudrame de novembre qui est bien exécuté par les acteurs et l’équipe, mais au-delà de cela, de quoi parle le film? Eh bien, pas grand-chose.

Le modèle ici semble être Zero Dark Thirty de Kathryn Bigelow, qui a recréé la traque de dix ans contre Oussama ben Laden de manière passionnante. Mais il a également posé de plus grandes questions sur la place de l’Amérique dans un monde post-11 septembre, les implications morales de la torture et la signification existentielle de l’accomplissement de votre mission sans avoir nulle part où aller ensuite. Ces sujets sont pour la plupart absents à partir de novembre, sauf, peut-être, dans quelques scènes traitant de Samia (l’excellente Lyna Khoudri), une jeune musulmane qui décide de rendre sa propre colocataire (Sarah Afchain), soupçonnant qu’elle a des liens avec les terroristes. .

Il s’avère être une piste majeure pour Fred et Inès, et cette dernière est obligée de mentir à Samia pour obtenir ce dont elle a besoin. Ce moment fournit un bref lambeau de drame humain dans ce qui est par ailleurs un film alimenté davantage par l’adrénaline que par l’intelligence. Il y a aussi une certaine confusion quant à qui est qui et quoi, Jimenez ne fournissant jamais de titres ou d’explications. Nous ne connaissons même pas le nom du service que Fred dirige – il semble que ce soit le SDAT (Sous-direction anti-terroriste) – ni sous quelle chaîne de commandement il travaille. Tout ce que nous savons, c’est qu’il y a beaucoup de gens qui courent, conduisent ou travaillent toute la nuit à leur bureau. Est-ce que quelqu’un dort ou mange?

Une telle approche a ses limites, même si elle peut aussi parfois porter ses fruits, en particulier lors d’une séquence déchirante au bord de votre siège après que les flics ont finalement coincé les djihadistes dans leur petite cachette de Saint-Denis, et que l’enfer se déchaîne. Selon les rapports de l’époque, près de 5 000 balles ont été tirées lors du raid nocturne des autorités françaises, et vous pouvez être sûr que Jimenez inclut chacune d’entre elles dans son film.

De la même manière, le réalisateur a déployé ses muscles d’action dans son décor marseillais The Stronghold, qui a été un succès local en 2020, ralliant le public aux théâtres, et qui comportait plusieurs décors à couper le souffle mais semblait également se placer aveuglément derrière La police française aux dépens de tous les autres. (La candidate d’extrême droite à la présidentielle Marine Le Pen a tweeté pour que les gens aillent voir un film qui révélait la « terrible réalité » de Marseille.)

November adapte également le seul point de vue des forces de l’ordre, mais le vrai problème est qu’on ne sait jamais qui sont ces gens derrière l’uniforme. En se limitant à une poursuite ininterrompue de cinq jours, le film limite finalement sa portée. Au mieux, nous pouvons faire le trajet, appuyer sur l’accélérateur et ne jamais prendre la peine de regarder derrière nous.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles