25 C
France
mardi, novembre 29, 2022

s'abonner

Quatre détenus sont décédés dans l’incendie d’une prison en Iran, selon les autorités

Les détails d’une nuit chaotique marquée par des gaz lacrymogènes et des explosions ont émergé d’une prison iranienne à la suite d’un incendie meurtrier dans l’établissement samedi.

Le nombre de morts dans l’incendie de la prison d’Evin à Téhéran est passé à huit, a annoncé lundi l’agence de presse Tasnim sur Twitter. Citant les autorités iraniennes, des rapports antérieurs de l’agence de presse officielle IRNA ont indiqué que des dizaines d’autres personnes avaient été blessées après que des prisonniers aient incendié un entrepôt.

L’installation notoirement brutale est connue pour héberger des prisonniers politiques dans le pays, qui a connu des manifestations de masse ces dernières semaines contre le régime islamique qui l’a dirigé pendant des décennies.

Le réalisateur primé Jafar Panahi, 62 ans, qui fait partie des dissidents emprisonnés à Evin, a déclaré que les gardiens avaient tiré des gaz lacrymogènes sur les détenus, selon sa femme, Tahereh Saeedi.

Dans une interview avec Radio Farda – la branche iranienne de Radio Free Europe/Radio Liberty financée par le gouvernement américain – Saeedi a déclaré que son mari l’avait appelée de la prison et lui avait dit que lui et son collègue cinéaste emprisonné Mohammad Rasoulof étaient en bonne santé.

Saeedi a ajouté que depuis le moment où l’incendie s’est déclaré samedi soir jusqu’au moment où elle a reçu un appel de son mari le lendemain, ce sont les pires heures de sa vie.

Le groupe d’activistes 1500tasvir a rapporté plus tôt que, dans des vidéos publiées sur les réseaux sociaux, des coups de feu ont été entendus et des forces spéciales iraniennes ont été vues se dirigeant vers la zone où se trouverait la prison.

Des sources à l’intérieur de la prison ont déclaré au média pro-réforme IranWire que les gardiens avaient tiré des gaz lacrymogènes toute la nuit après le déclenchement de l’incendie. Dans de nombreux cas, les prisonniers ont dû casser leurs fenêtres pour pouvoir respirer, a rapporté IranWire.

Dans un message publié sur Twitter dimanche, la militante des droits de l’homme et ancienne détenue d’Evin, Atena Daemi, a déclaré que des gaz lacrymogènes avaient été tirés par des responsables de la sécurité, citant une prisonnière.

Les détenus du quartier 8 n’ont ni eau, ni gaz, ni pain et 45 d’entre eux ont été transférés « vers un lieu inconnu », a déclaré Daemi. « Maintenant, tout le monde va bien, mais ils craignent d’être transférés dans d’autres prisons, à l’isolement et aux interrogatoires. »

De nombreux détenus ont été transférés à la prison de Rajaei Shahr, à environ 20 kilomètres à l’ouest (12 miles) de Téhéran, a déclaré Mostafa Nili, un avocat qui représente un certain nombre de prisonniers, sur Twitter. Une vidéo d’IranWire montre un bus emmenant des prisonniers à Evine.

« Sons terrifiants »

La journaliste emprisonnée Niloofar Hamedi est également en sécurité après l’incendie de samedi, selon un tweet de son mari, Mohamad Hosein.

« Elle m’a dit qu’elle ne savait pas ce qui s’était passé à Evin la nuit dernière, mais qu’elle avait entendu des sons terrifiants et qu’elle avait pensé que quelque chose de terrible s’était passé », a déclaré Hosein à sa femme, ajoutant qu’elle allait bien.

Hosein a déclaré que Hamedi était détenu dans la section 209 d’Evin – connue pour héberger des prisonniers d’opinion – et n’avait pas d’informations sur d’autres zones de la prison.

L’Irano-Américain Siamak Namazi, qui est détenu en Iran depuis sept ans et a été contraint de retourner en prison mercredi après avoir été brièvement libéré en congé, est également en sécurité, selon l’avocat de la famille Namazi, Jared Genser.

Namazi a été transféré dans une zone sécurisée de la prison et a parlé à sa famille, a déclaré Genser.

A workshop at Evin prison in Tehran on Oct. 16, 2022 following the blaze.

« Aucun prisonnier n’est en sécurité en Iran »

S’adressant plus tôt à la chaîne de télévision publique IRIB, le procureur de Téhéran, Ali Salehi, a déclaré que le « conflit » à la prison n’était pas lié aux manifestations qui ont balayé le pays après la mort d’une jeune femme en garde à vue.

En septembre, Mahsa Amini, 22 ans, est décédée après avoir été détenue par la police des mœurs du pays pour ne pas avoir porté son hijab correctement. Les autorités iraniennes ont depuis déclenché une répression brutale et meurtrière contre les manifestants, qui se sont unis autour d’une série de griefs avec le régime autoritaire du pays.

« Aucun prisonnier n’est en sécurité en Iran, où des personnes sont mutilées et tuées pour avoir critiqué l’État », a tweeté dimanche Hadi Ghaemi, directeur du Centre indépendant pour les droits de l’homme en Iran, basé à New York. « Les prisonniers politiques à Evine et en Iran doivent être libérés. Tous les prisonniers doivent bénéficier d’un traitement médical approprié + avoir accès à un avocat/à leur famille. »

Ghaemi a également exhorté les Nations Unies à tenir les dirigeants iraniens responsables dans un appel repris par la secrétaire générale d’Amnesty International et ancienne rapporteuse spéciale des Nations Unies, Agnes Callamard.

Une session spéciale du Conseil des droits de l’homme de l’ONU devrait se tenir pour créer un « mécanisme d’enquête et de responsabilité de l’ONU sur le gouvernement iranien et les autorités religieuses », a déclaré Callamard dans un tweet dimanche, citant « beaucoup trop de crimes contre le peuple iranien ».

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles