Quelle sera la gravité de la vague de Covid-19 en France et pourrait-il y avoir de nouvelles restrictions ?

0
46

La France a connu une énorme augmentation du nombre d’infections au Covid-19 ces derniers jours.

Le pays signalait en moyenne 100 000 cas par jour au 2 juillet, mais le mardi 5 juillet, le nombre de cas quotidiens avait dépassé les 200 000.

Les admissions à l’hôpital et les admissions en soins intensifs sont également en hausse, mais le nombre de décès liés à Covid n’a pas augmenté.

Voici ce à quoi vous pouvez vous attendre pour les semaines à venir :

 

 

Les cas continueront d’augmenter – Pour le moment, le nombre de cas devrait continuer à augmenter fortement, les variantes BA.4 et BA.5 représentant actuellement plus de 75 % des cas en France.

Cependant, même si les infections continuent d’augmenter fortement (environ 60% de plus que la semaine dernière), le taux de croissance semble ralentir ces derniers jours, selon Guillaume Rozier, scientifique français des données et fondateur du site Web Covid Tracker.

« Cette stabilité [actuelle] des cas est un signe encourageant, car le nombre de cas était en augmentation depuis un mois. Il y a généralement un décalage d’environ trois semaines entre le pic des cas et le pic des décès. Nous devons encore être prudents et attendre encore une semaine et demie », a déclaré Rozier dans l’un de ses fils Twitter réguliers.

Contrairement au pic d’infections lors de la cinquième vague l’hiver dernier, qui a vu plus de 500 000 cas signalés par jour, cette vague enregistre actuellement une moyenne de 100 000 cas par jour, bien que le pic n’ait pas encore été atteint.

 

 

 

Pic probable fin juillet – La septième vague pourrait atteindre son pic fin juillet en France, estimait le professeur Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique, le 30 juin. La vague devrait continuer à être alimentée par les sous-variantes d’Omicron, BA.4 et notamment BA.5.

Concernant le nombre d’hospitalisations, Marc Lavielle, enseignant-chercheur à l’Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique, a expliqué que nous sommes « dans un schéma assez régulier de croissance exponentielle », c’est-à-dire que « le nombre d’hospitalisations double chaque année ». deux semaines environ.

Cela représente un rythme beaucoup plus lent qu’au début de l’épidémie, lorsque le nombre a doublé en seulement trois jours. Cependant, Lavielle a averti que sans mesures restrictives, l’augmentation pourrait s’accélérer. Les décès sont actuellement d’environ 40 par jour, mais il est important de noter que les décès retardent généralement les infections de trois semaines.

Par rapport à fin juin 2021, seuls 22 000 cas ont été détectés par jour, alors que cet été en a vu environ 70 000 par jour fin juin. Néanmoins, cette vague a jusqu’à présent vu un nombre d’admissions en soins intensifs inférieur à la vague de l’été dernier qui a été alimentée par la variante Delta plus dangereuse.

La gravité de cette variante et de cette vague – Jusqu’à présent, les symptômes associés à cette vague actuelle sont « standard pour Omicron », tandis que la durée des symptômes semble durer un peu plus longtemps. Actuellement, il n’existe aucune donnée montrant que les variantes BA.4 et BA.5 sont plus dangereuses que les autres variantes de la famille Omicron, bien que les preuves montrent qu’elles se propagent plus rapidement. La mortalité n’est pas non plus plus élevée que les autres variantes sur la base des données actuelles.

« Les principaux symptômes associés au BA.5 sont assez classiques pour Omicron : fatigue, toux, fièvre et maux de tête. Cependant, la probabilité d’éprouver une perte de goût ou d’odorat est plus élevée qu’avec le BA.2 », explique Yannick Simonin, virologue et chercheur à l’université de Montpellier. Il a ajouté que les personnes infectées semblent également souffrir de nausées, de vomissements et de diarrhée à des taux plus élevés.

La durée des symptômes pour BA.5 semble être plus proche de sept jours, plutôt que de quatre jours, ce qui était courant pour les sous-variantes précédentes d’Omicron.

En fin de compte, il n’y a « actuellement aucune donnée de terrain montrant que cette sous-variante est plus mortelle que d’autres dans la famille Omicron ».

 

À quel point devrions-nous être concernés ?

D’après les observations de pays qui ont déjà connu une vague BA.5, comme le Portugal et l’Afrique du Sud, jusqu’à présent, cette vague n’a pas provoqué de grave sursaturation des hôpitaux.

Cependant, il y a encore eu des augmentations significatives des hospitalisations en raison du grand nombre de cas. Par conséquent, les experts recommandent de rester vigilant en portant des masques dans les espaces clos et les zones surpeuplées, ainsi qu’en obtenant un deuxième rappel si éligible. Jusqu’à présent, seuls 31 % des plus de 80 ans ont reçu leur deuxième injection de rappel.

Pas de restitution du pass santé en France métropolitaine?

Le président de l’Assemblée nationale a annoncé ce week-end que le laissez-passer sanitaire Covid-19, déployé à l’été 2021 pour permettre l’entrée des personnes vaccinées dans les bars et restaurants ou cinémas, ne sera pas renouvelé le 1er août.

Les législateurs doivent examiner lundi 11 juillet le projet de loi concernant la sécurité sanitaire du pays, qui devrait étendre certaines « dispositions essentielles pour faire face a la poursuite de l’épidémie de Covid-19 », selon le porte-parole du gouvernement Olivier Véran.

Ainsi, il est possible que le laissez-passer sanitaire soit rétabli pour les passages frontaliers, ce qui affecterait les DOM-TOM et la Corse. Cependant, les responsables ont précisé que le pass santé ne sera pas renouvelé en France métropolitaine, malgré la septième vague.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here