25 C
France
lundi, décembre 5, 2022

s'abonner

Qui étaient les Dénisoviens ?

On sait peu de choses sur les mystérieux Dénisoviens. Ces parents éloignés des Néandertaliens parcouraient l’est et le sud de l’Eurasie, mais ont laissé peu de traces de leur passage sur Terre.

« Hominin Denisova » a été découvert par le paléogénéticien suédois Svante Paabo, lauréat du prix Nobel de médecine de cette année.

En 2012, Paabo et son équipe ont séquencé l’ADN d’un fragment d’os bien conservé vieux de 40 000 ans et trouvé quatre ans plus tôt dans la grotte Denisova, dans le sud de la Sibérie.

Le résultat était stupéfiant : ils étaient tombés sur un hominidé entièrement nouveau, distinct des Néandertaliens et encore plus des humains modernes.

Les Dénisoviens partageaient un ancêtre commun avec les Néandertaliens jusqu’à ce que leurs populations divergent il y a 380 000 à 470 000 ans.

C’était bien plus tard que la scission entre les humains modernes et les Néandertaliens/Denisoviens, qui s’est produite il y a entre 550 000 et 760 000 ans.

Dans la même grotte, les paléontologues ont découvert plus tard le fossile d’une fille qui était en partie Néandertalienne et en partie Dénisovienne, prouvant que ces deux espèces se sont croisées.

Nous savons que les Néandertaliens ont disparu il y a environ 40 000 ans, mais nous n’avons aucune idée de la date à laquelle notre autre plus proche parent évolutif s’est éteint.

On sait peu de choses sur ce à quoi ressemblaient les Dénisoviens car ils ont laissé peu de traces fossilisées de leur passage sur Terre autres que les fragments trouvés en Sibérie et une mâchoire découverte sur le plateau tibétain en 2019. En 2019, des chercheurs en Israël ont déclaré avoir reconstitué un préhistorique Squelette de Denisovan – revendiquant une précision de 85% – utilisant l’ADN trouvé dans l’os rose d’une fille de 13 ans décédée il y a des dizaines de milliers d’années.

Les travaux de Paabo et de son équipe à l’Institut Max Planck de Leipzig, en Allemagne, ont néanmoins permis de faire la lumière sur notre mystérieux ancêtre.

En comparant les séquences d’ADN, ils ont trouvé un « flux de gènes » entre les Dénisoviens et les Néandertaliens, et entre les Dénisoviens et les humains modernes.

En d’autres termes, avant de disparaître, les Dénisoviens se sont également croisés avec notre espèce.

Jusqu’à six pour cent de l’ADN de Denisovan se trouvent encore chez les humains d’aujourd’hui en Asie-Pacifique et en Asie du Sud-Est, comme les peuples autochtones d’Australie, de Mélanésie et des Philippines. Cela suggère que notre parent éloigné parcourait une vaste étendue de l’est et du sud de l’Eurasie.

Les Néandertaliens, en revanche, vivaient dans l’ouest de l’Eurasie.

Les scientifiques pensent que les anciens ancêtres des Mélanésiens d’aujourd’hui se sont croisés avec des Dénisoviens d’Asie du Sud-Est, loin des montagnes gelées de Sibérie et du Tibet.

La preuve que les Denisoviens s’étaient propagés jusqu’aux tropiques d’Asie manquait jusqu’à ce qu’un chaînon manquant – une dent d’enfant d’au moins 130 000 ans – soit découvert dans une grotte au Laos en 2018.

L’un des plus grands mystères restants est de savoir pourquoi les humains modernes ont si bien réussi leur expansion et pourquoi les Dénisoviens et les Néandertaliens se sont éteints après s’être adaptés à un environnement eurasien pendant plusieurs centaines de milliers d’années.

Related Articles

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles