«The Stranger » : critique de film | Cannes 2022

0
89

L’acteur devenu scénariste-réalisateur Thomas M. Wright, dont le premier long métrage Acute Misfortune en a impressionné plus d’un en 2018, utilise un véritable complot criminel pour passer au crible une méditation élégante mais parfois lourde sur les liens, la confiance et l’identité des hommes dans L’étranger. Pivotant autour d’une exposition de haute intensité de mimétisme caméléon, de marmonnements et de barbe des acteurs Joel Edgerton et Sean Harris, le film offre un portrait fictif de l’opération d’infiltration massive qui a résolu le tristement célèbre cas de Daniel Morcombe, 13 ans, disparu en 2003.

 

Assemblé avec un montage disjoint apparemment délibéré qui brouille la chronologie et traversé par des coupures de choc troublantes soutenues par la partition minimaliste discordante et bourdonnante d’Oliver Coates, The Stranger ressemble définitivement à un exercice de genre élevé – plus difficile que le drame policier moyen mais aussi plus intéressant .

Le scénario sinueux et tressé de Wright ne révèle que progressivement l’image complète de ce qui se passe et met beaucoup plus l’accent sur la procédure d’enquête que sur le crime lui-même. En effet, nous ne rencontrons même jamais la jeune victime au centre de l’histoire, faisant de lui presque littéralement un contour à la craie ou une découpe en carton qui met l’intrigue en mouvement dans la trame de fond.

Certains téléspectateurs peuvent trouver cela un peu problématique car cela finit par placer le tueur comme sujet de l’histoire, ou au moins l’un de ses principaux protagonistes aux côtés du policier qui le traque. Cela dit, le réalisateur a choisi son propre fils, Cormac Wright, comme l’enfant du personnage d’Edgerton, Mark, amplifiant le thème de l’anxiété parentale, en particulier lorsque l’enfant disparaît très brièvement à un moment donné.

En Australie, où l’histoire de Morcombe a fait l’actualité pendant des années, le film se jouera très différemment car les téléspectateurs seront conscients de certains des détails clés. Mais pour le public offshore, qui arrive principalement à froid, un sens général de la direction du récit sera indéchiffrable pendant une bonne partie de la durée. De plus, il y a un détail juridique crucial qui pourrait peut-être être expliqué dans un post-scriptum, en particulier au profit des téléspectateurs américains, britanniques et européens. [Attention, spoilers à venir à partir de maintenant.]

Le complot visant à démasquer le tueur dépend de son obtention d’une confession à l’aide d’une fausse organisation criminelle massive qui demande au suspect de révéler ses secrets les plus sombres afin de rejoindre la tenue, qui est en fait dirigée par des flics infiltrés eux-mêmes.

L’approche a d’abord été développée par la Royal Mounties en Colombie-Britannique, ce qui lui a valu le surnom de technique canadienne, également connue sous le nom de technique Mr. Big. (Aucun rapport avec Sex and the City.) Cependant, aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans de nombreux autres endroits, les aveux obtenus de cette manière ne sont pas recevables devant les tribunaux, de sorte que les fans du genre criminel dans ces territoires, précisément le public le plus enclin à voir cela, sont susceptibles de se sentir un peu déconcertés par la grande révélation, et cela pourrait freiner l’enthousiasme du bouche-à-oreille. Il s’agit d’un cas de film qui s’est en fait amélioré si vous connaissez les spoilers à l’avance, en particulier le fait que la technique canadienne est autorisée en Australie.

Dans cette optique, The Stranger devient presque une parabole secrète sur les dangers du jeu de la méthode, d’entrer trop profondément dans un rôle. Tout le monde est essentiellement allongé ici, à l’exception du petit garçon doux de Mark. C’est particulièrement vrai pour Henry, le vagabond mince et à la barbe luxuriante de Harris, qui est rencontré pour la première fois en arrivant en bus dans une ville du sud de l’Outback.

En route, il rencontre Paul (Steve Mouzakis), qui par des indices subtils se connecte à Henry à travers une identité partagée en tant qu’ex-détenu. Il propose de le mettre en place avec un travail de travail pour l’homme dur local Mark, qui n’est pas non plus ce qu’il semble. Une fois embauchés, Mark et Henry font équipe pour un certain nombre de livraisons d’articles illicites vaguement définis. La possibilité de gravir les échelons criminels est suspendue devant Henry tant qu’il promet de dire au grand patron tout ce qu’il a pu faire dans le passé qui pourrait causer des ennuis à l’organisation.

Cette méditation quasi métaphysique sur la vérité est agrémentée d’une opération policière en arrière-plan, impliquant, entre autres, Jada Alberts, pratiquement le seul personnage féminin du film, en tant que détective enquêtant sur le cas des enfants disparus.

les lignes fusionnent, y compris le volet impliquant la situation domestique de Mark, mais le gain est en quelque sorte un peu plat. Cela peut avoir à voir avec l’efficacité avec laquelle le film canalise le machisme australien monosyllabique de la classe ouvrière de la sensibilité «ocker», qui favorise les grognements courts et vifs au dialogue et – clairement un règlement pour presque tous les films australiens à partir de Walkabout en 1971 – un scène où une voiture est incendiée.

Heureusement, Harris et Edgerton sont passés maîtres dans ce genre de performance. Compte tenu de leur ressemblance physique, renforcée par la pousse des cheveux et les costumes, les regarder ensemble revient à voir un pas de deux particulièrement viril dans lequel ils se coordonnent et se miment alors que les deux personnages tentent de se lier.

Les futurs téléspectateurs qui regardent sur les chaînes de streaming TV peuvent être enclins à utiliser l’option de sous-titres pour suivre le dialogue sur The Stranger, tandis que le film dans son ensemble pourrait également servir de rappel de service public sur l’opportunité d’un écran solaire.

https://youtu.be/MzHjEHaHibo 

Crédits complets
Lieu : Festival de Cannes (Un Certain Regard)
Sociétés de production : See-Saw Films, Anonymous Content, Blue-Tongue Films
Avec : Joel Edgerton, Sean Harris, Ewen Leslie, Steve Mouzakis, Jada Alberts, Fletcher Humphrys, Alan Dukes, Simon Elrahi, Matthew Sunderland, Cormac Wright
Réalisateur-scénariste : Thomas M. Wright, d’après le livre de Kate Kyriacou The Sting : The Undercover Operation That Caught Daniel Morcombe’s Killer
Producteurs : Joel Edgerton, Iain Canning, Emile Sherman, Rachel Gardner, Kim Hodgert, Kerry Kohansky-Roberts,
Producteurs exécutifs : Morgan Emmery, Simon Gillis, Jean-Charles Levy, Thorsten Schumacher, Lars Sylvest
Directeur de la photographie : Sam Chiplin
Chef décorateur : Leah Popple
Costumier : Mariot Kerr
Musique : Oliver Coates
Monteur : Simon Njoo
Casting : Anousha Zarkesh
Ventes : Rocket Science

1 heure 56 minutes