25 C
France
lundi, août 8, 2022

s'abonner

Troubles au Sri Lanka : ordre de tirer alors que les troupes sont déployées à Colombo

Des troupes et des véhicules blindés ont été déployés dans toute la ville de Colombo et les responsables de la sécurité ont reçu l’ordre de tirer à vue sur toute personne soupçonnée de participer à la violence alors que les manifestations antigouvernementales continuaient de secouer le Sri Lanka.

La crise est devenue instable plus tôt cette semaine après que des partisans pro-gouvernementaux ont commencé à attaquer un camp de manifestants pacifiques qui protestaient contre le gouvernement et la crise économique dévastatrice qui a englouti l’île de 22 millions d’habitants.

Alors que des images sont apparues mercredi de véhicules militaires blindés à Colombo et de points de contrôle militaires en cours d’installation à travers le pays, les craintes ont grandi que la voie était tracée pour une prise de contrôle militaire.

Un couvre-feu national n’a rien fait pour empêcher les manifestants de se rassembler pour exiger la démission du président, Gotabaya Rajapaksa, qui est accusé de mauvaise gestion économique et de corruption qui l’a plongé dans sa pire crise financière depuis l’indépendance.

Les responsables de la sécurité ont confirmé qu’ils avaient reçu l’ordre d’utiliser des « balles réelles » sur les personnes impliquées dans des actes de violence ou de vandalisme, alléguant que les flambées de violence étaient une campagne « coordonnée ».

Huit personnes ont été tuées et plus de 200 blessées dans les violences qui ont suivi à travers le pays depuis les attaques de lundi par des partisans pro-gouvernementaux. Mahinda Rajapaksa, le frère du président, qui a démissionné de son poste de Premier ministre lundi suite à la montée des pressions publiques, a dû être évacué mardi à l’aube de sa résidence officielle à Colombo après que des manifestants ont tenté de prendre d’assaut le bâtiment. Il est actuellement réfugié dans une base navale de la ville de Trincomalee, dans le nord-est du pays.

Plus de 100 bâtiments ont été incendiés, dont les maisons de 41 politiciens pro-Rajapaksa et un hôtel de luxe qui appartiendrait aux Rajapaksa, ainsi que plusieurs bus qui auraient été utilisés comme moyen de transport pour les partisans pro-Rajapaksa.

La démission de Mahinda Rajapaksa lundi signifie que le gouvernement a été dissous et qu’il n’y a pas de cabinet. L’opposition a refusé de former un « gouvernement d’union » proposé jusqu’à ce que Gotabaya Rajapaksa accepte de se retirer dans un délai déterminé et d’abolir le système de la présidence exécutive.

La formation d’un gouvernement intérimaire est une urgence pour le Sri Lanka, à la fois pour éviter que la situation économique du pays ne s’aggrave davantage et pour poursuivre les négociations vitales avec le Fonds monétaire international, sur lequel le pays compte pour un soutien financier et des milliards de prêts d’urgence.

Le chef de la banque centrale a averti mercredi que l’économie du Sri Lanka « s’effondrerait » à moins qu’un nouveau gouvernement ne soit nommé d’urgence et a déclaré qu’il démissionnerait si un Premier ministre par intérim n’était pas nommé dans les jours.

Dans un discours à la nation mercredi soir, Gotabaya Rajapaksa a déclaré qu’il nommerait un nouveau Premier ministre et un nouveau cabinet dans la semaine et a promis de prendre des mesures pour abolir la présidence exécutive, comme l’exigeait l’opposition. Cependant, il a cessé de démissionner.

« Une fois que le pays sera stable sous le nouveau gouvernement, je parlerai à tout le monde et créerai un environnement propice à l’abolition de la présidence exécutive », a déclaré Rajapaksa.

Beaucoup ont exprimé leur inquiétude quant au fait que l’armée pourrait tenter de s’immiscer dans le vide du pouvoir laissé par le parlement dissous. Mais lors d’une conférence de presse, le haut responsable du ministère de la Défense, Kamal Gunaratne, a nié les allégations d’un coup d’État militaire. «Aucun de nos officiers n’a le désir de prendre le pouvoir. Cela ne s’est jamais produit dans notre pays et ce n’est pas facile de le faire ici », a déclaré Gunaratne.

Sajith Premadasa, le chef du principal parti d’opposition SJP qui a refusé de participer à un gouvernement sous les Rajapaksas, a accusé le gouvernement d’avoir orchestré la violence populaire afin d’instaurer la loi martiale.

« Sous l’apparence de foules en colère, la violence est incitée à établir un régime militaire », a-t-il déclaré. « L’état de droit doit être maintenu par la constitution, pas avec des armes à feu. Il est temps de responsabiliser les citoyens, pas de les déresponsabiliser.

Related Articles

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles