Un mystère mondial : Que sait-on des explosions du Nord Stream ?

0
165
Nostress Media Ltd

Sur cette photo fournie par les garde-côtes suédois, on voit une fuite du Nord Stream 2, le 28 septembre 2022. Le ministre allemand de la Défense a fait preuve de prudence le mercredi 8 mars 2023 face aux informations des médias selon lesquelles un groupe pro-ukrainien était impliqué dans l’explosion du gazoducs Nord Stream en mer Baltique l’an dernier.

C’est une énigme internationale majeure aux conséquences mondiales : qui était derrière les explosions qui ont endommagé les gazoducs Nord Stream l’an dernier en mer Baltique ?

Nostress Media Ltd

La réponse a de vastes implications pour la sécurité énergétique européenne, mais pourrait également menacer l’unité occidentale en soutenant l’Ukraine dans sa défense contre l’invasion russe. Ou cela pourrait briser les tentatives russes et chinoises de rejeter la faute sur un Occident hypocrite.

Pourtant, près de six mois après le sabotage des pipelines Russie-Allemagne, aucune explication n’a été acceptée. Et une série de rapports non confirmés accusant diversement la Russie, les États-Unis et l’Ukraine comblent un vide d’information alors que les enquêtes sur les explosions se poursuivent.

Un regard sur les pipelines et ce que l’on sait des explosions.

QU’EST-CE QUE LES PIPELINES NORD STREAM ?

Les gazoducs, connus sous le nom de Nord Stream 1 et Nord Stream 2, sont détenus majoritairement par le géant énergétique russe Gazprom et sont utilisés pour transporter le gaz naturel de la Russie vers l’Europe sous la Baltique jusqu’à leurs terminus en Allemagne.

Nord Stream 1 a été achevé et mis en ligne en 2011. Nord Stream 2 n’a été terminé qu’à l’automne 2021 mais n’est jamais devenu opérationnel en raison du lancement de l’invasion russe de l’Ukraine en février 2022.

POURQUOI SONT-ILS CONTROVERSÉS ?

Les deux gazoducs contournent les itinéraires existants qui traversent l’Ukraine, ce qui signifie non seulement que l’Ukraine perd des revenus provenant des frais de transit, mais qu’elle est incapable d’utiliser directement le gaz qu’ils transportent.

Plus préoccupant peut-être pour l’Occident, les pipelines étaient perçus comme une tentative de la Russie d’acquérir un contrôle supplémentaire, sinon presque complet, sur les approvisionnements énergétiques de l’Europe. Beaucoup en Occident craignent que la Russie utilise l’énergie comme une arme politique contre les pays européens comme elle l’a fait dans le passé avec les anciens États soviétiques.

Malgré ces inquiétudes et malgré les objections des administrations Obama, Trump et Biden, le gouvernement allemand dirigé par l’ancienne chancelière Angela Merkel a poursuivi la construction du projet Nord Stream 2. L’administration Biden a renoncé aux sanctions contre les entités allemandes impliquées dans Nord Stream 2 après avoir obtenu l’engagement de l’Allemagne qu’elle autoriserait les retours de gaz vers l’Ukraine et agirait pour fermer le gazoduc si la Russie tentait de l’utiliser pour forcer des concessions politiques.

Après l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022, l’Allemagne a retiré l’autorisation de Nord Stream 2, qui n’était pas encore en ligne.

QU’EST-IL ARRIVÉ AUX PIPELINES?

Tout d’abord, Gazprom a interrompu les flux de gaz via Nord Stream 1 le 2 septembre 2022, citant des problèmes liés aux sanctions européennes imposées contre la Russie à la suite de la guerre en Ukraine.

Trois semaines plus tard, Nord Stream 1 et Nord Stream 2 ont été touchés par des explosions qui les ont rendus inutilisables et ont provoqué d’importantes fuites de gaz inactif dans les pipelines. Certains ont déclaré que les explosions avaient causé la pire libération de méthane de l’histoire, bien que l’ampleur des dommages environnementaux reste incertaine.

La profondeur du pipeline et la complexité d’utilisation des explosifs sous-marins accréditaient l’idée que seul un acteur étatique ayant l’expertise pour gérer une telle opération pouvait en être responsable. Mais personne n’en a revendiqué la responsabilité.

Immédiatement après les explosions, des responsables américains ont suggéré que la Russie était peut-être à blâmer tandis que la Russie accusait les États-Unis et la Grande-Bretagne d’être derrière eux. Les enquêtes menées par des pays européens, dont le Danemark, dans les eaux duquel passe le pipeline, et l’Allemagne n’ont pas encore donné de résultats concluants.

QUELLES THÉORIES ONT ÉTÉ RAPPORTÉES ?

Après des mois de quelques développements dans les enquêtes, le journaliste d’investigation américain Seymour Hersch, connu pour ses révélations passées sur les malversations du gouvernement américain, a auto-publié un long rapport en février alléguant que le président Joe Biden avait ordonné le sabotage, qui, selon Hersch, avait été effectué par le CIA avec l’aide norvégienne.

Ce rapport, basé sur une seule source non identifiée, a été catégoriquement démenti par la Maison Blanche, la CIA et le Département d’État, et aucune autre agence de presse n’a été en mesure de le corroborer. La Russie, suivie de la Chine, a cependant sauté sur le reportage de Hersch, affirmant qu’il constituait un motif pour une nouvelle enquête impartiale menée par les Nations Unies.

Mardi, cependant, le New York Times, le Washington Post et les médias allemands ont publié des articles citant des responsables américains et autres disant qu’il y avait des preuves que l’Ukraine, ou du moins les Ukrainiens, pourrait être responsable. Le gouvernement ukrainien a nié toute implication.

Le journal allemand Die Zeit et les radiodiffuseurs publics allemands ARD et SWR ont rapporté que les enquêteurs pensaient que cinq hommes et une femme avaient utilisé un yacht loué par une société ukrainienne en Pologne pour mener l’attaque. Les procureurs fédéraux allemands ont confirmé qu’un bateau avait été fouillé en janvier mais n’ont pas confirmé les découvertes rapportées.

QUELLES SONT LES CONSÉQUENCES POUR LES RESPONSABLES ?

Les implications d’une décision selon laquelle l’Ukraine était à l’origine des explosions ne sont pas tout à fait claires. Il est peu probable que cela entraînerait une perte immédiate du soutien à l’Ukraine dans la guerre avec la Russie, mais cela pourrait freiner l’enthousiasme pour une assistance future s’il s’avérait que l’Ukraine ou ses agents ont mené une telle opération dans les eaux européennes.

Une détermination que les États-Unis ou un mandataire étaient responsables donnerait à la Russie et à la Chine un levier supplémentaire pour poursuivre les États-Unis et leurs alliés comme des hypocrites dans leurs demandes de respect de l’État de droit, de la souveraineté et de l’intégrité territoriale.

Une conclusion que la Russie était derrière les explosions donnerait du poids aux affirmations occidentales selon lesquelles Moscou est en violation flagrante du droit international et prête à utiliser l’énergie comme une arme contre l’Europe.

Rien n’indique quand les enquêtes européennes seront terminées – et il semble improbable, étant donné l’animosité et la méfiance entourant le conflit ukrainien, que ses conclusions soient universellement acceptées.

 

Source: news.yahoo.com

Nostress Media Ltd