25 C
France
lundi, décembre 5, 2022

s'abonner

Une adolescente iranienne meurt après que les forces de sécurité l’ont battue pour ne pas avoir chanté une chanson pro-régime

Une adolescente iranienne est décédée après que les forces de sécurité l’ont battue pour avoir refusé de chanter une chanson pro-régime lors d’un raid contre son école.

« Horrible de penser qu’un gouvernement ferait cela aux plus jeunes membres de sa société », a déclaré Lisa Daftari, experte du Moyen-Orient et rédactrice en chef de The Foreign Desk, à Fox News Digital.

« Au cours du mois dernier, nous avons vu tant de jeunes sortir dans la rue pour protester pacifiquement, ne demandant que les libertés les plus élémentaires », a-t-elle poursuivi. « Ce régime a saisi toutes les occasions d’utiliser la force brutale pour rassembler, torturer, violer et tuer ses plus jeunes citoyens. »

Le Conseil de coordination des syndicats d’enseignants en Iran a publié un message Telegram indiquant qu’Asra Panahi, 16 ans, est décédée à la suite de l’incident impliquant des lycéens Shahed à Ardabil le 13 octobre.

Des responsables de la ville auraient emmené des élèves de l’école et les auraient amenés à une manifestation pro-gouvernementale et leur auraient demandé de chanter l’hymne, certains élèves ont refusé de chanter, ce qui a provoqué des coups de la part des forces de sécurité, a rapporté Radio Free Europe.

Dix étudiants ont subi des blessures suffisamment graves pour justifier des soins médicaux immédiats, et sept autres étudiants ont également été blessés. Panahi est décédé à l’hôpital le lendemain.

Le média en persan Manoto a rapporté que le frère de Panahi, Mohammad Reza, avait tenté de se suicider après la mort de sa sœur. Il a été transporté d’urgence à l’hôpital de Khomeiny pour « intoxication médicamenteuse », où des témoins ont affirmé avoir vu des agents de la sécurité gouvernementale.

Daftari a déclaré à Fox News Digital que l’oncle de Panahi serait allé à la télévision publique pour dire que sa nièce n’était pas morte des suites d’un passage à tabac mais plutôt à cause d’un « problème cardiaque congénital ».

Le gouvernement reste soucieux de faire preuve d’une grande unité face aux manifestations généralisées qui ont duré plus d’un mois après la mort d’une autre jeune femme – Mahsa Amini, 22 ans, qui aurait enfreint les règles du hijab (foulard), ce qui a incité la police des mœurs pour l’arrêter.

Elle s’est ensuite rendue à l’hôpital, la police affirmant qu’elle était tombée dans le coma tandis que sa famille affirmait qu’elle avait subi des blessures correspondant à un passage à tabac. Amini est décédé quelques jours plus tard.

Les responsables ont réagi aux manifestations généralisées en organisant des contre-manifestations pour montrer leur soutien au régime tandis que l’armée a averti qu’elle affronterait « les ennemis » à l’origine des troubles, a rapporté Reuters.

Les manifestations anti-régime se sont propagées dans plus de 140 villes et villages de 31 provinces, selon la Fondation pour la défense des démocraties. Plus de 233 manifestants sont morts aux mains des forces du régime, et plus de 5 500 manifestants ont été arrêtés.

Plus récemment, la prison centrale d’Iran pour la détention des prisonniers politiques, la prison d’Evin, a brûlé au cours du week-end alors que les détenus s’enfuyaient et que les gardes leur tiraient dessus. Les médias d’État ont nié tout lien entre les manifestations et l’incendie.

Related Articles

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles