Une expédition sous-marine vise à percer les mystères des Maldives

0
165
Nostress Media Ltd

Pensez aux « Maldives » et les premières images qui viennent à l’esprit pour beaucoup sont des rangées de villas de luxe sur pilotis s’avançant de longs quais en bois, ou de magnifiques plages bordées de sable incroyablement blanc.

The Omega Seamaster 2 will be used to explore up to 500 meters below the surface.

Nostress Media Ltd

07 underwater Maldives nekton

01 underwater Maldives nekton

08 underwater Maldives nekton

Mais bien que les Maldives soient l’un des endroits les plus convoités au monde pour les vacances, sans parler d’une destination de rêve pour les plongeurs, les scientifiques disent qu’il leur reste encore beaucoup à apprendre sur ses écosystèmes sous-marins.
Aujourd’hui, le gouvernement maldivien et l’institut de recherche marine britannique Nekton se sont associés pour percer certains de ces mystères en lançant une ambitieuse expédition dans les eaux inexplorées du pays.

La mission Nekton Maldives, qui sera lancée le 4 septembre et comprend des équipes de scientifiques des Maldives et de l’étranger, prévoit de mener des recherches approfondies en dessous de 30 mètres à l’aide de deux submersibles de haute technologie, dont l’un peut aller jusqu’à 1 000 mètres.

L’objectif est d’aider les Maldives à gérer l’impact de la crise climatique mondiale.
« Les Maldives sont composées à 99% d’océan et à seulement 1% de terre, situées en moyenne à 1,5 mètre au-dessus de la mer. En conséquence, la nation est confrontée à une menace croissante de la montée des mers », indique un communiqué de Nekton.

« Mais, armé d’une meilleure connaissance de ce que contiennent leurs eaux, le travail peut commencer à protéger ce qui y vit et à sauvegarder l’environnement que ces espèces habitent, ce qui rend le pays mieux à même de résister au changement climatique. »

L’institut indique que 10 scientifiques marins maldiviens ont été sélectionnés comme les premiers « aquanautes maldiviens » pour mener plus de 30 premières descentes en submersibles pour explorer les profondeurs du pays. La toute première descente sera menée par une équipe 100% féminine d’aquanautes.

« Nous déterminons l’emplacement, la santé et la résilience de nos récifs coralliens, en particulier les écosystèmes plus profonds que nous connaissons très peu, afin que les habitats clés puissent être identifiés pour la protection et la gestion », a déclaré le chef d’équipe maldivienne Shafiya Naeem, directeur général du Institut de recherche marine des Maldives, dans un communiqué.

« Les récifs qui entourent nos atolls aident à réduire les impacts de l’élévation du niveau de la mer et de la fréquence et de l’intensité croissantes des tempêtes, et constituent la base de nos économies, de nos moyens de subsistance et de notre subsistance. »

Une mission de 35 jours
Le RV Odyssey, un navire d’expédition, transportera des scientifiques des Maldives, du Royaume-Uni, de l’Inde et de l’Afrique du Sud lors d’une mission de 35 jours à travers les vastes eaux du pays.

Le navire dispose de deux submersibles, chacun pouvant transporter un pilote et deux scientifiques. Ceux-ci seront utilisés aux côtés de systèmes robotiques et autonomes et de plus d’une douzaine de technologies de recherche pour collecter des données.

Le plus récent des deux submersibles est l’Aurelia, propriété de REV Ocean, qui a fait l’objet d’essais en mer approfondis au large de Barcelone cet été et est maintenant certifié comme l’engin le plus avancé au monde dans son genre, a déclaré Nekton dans le communiqué.

Le deuxième submersible, l’Omega Seamaster 2, est la même marque utilisée lors d’une mission Nekton aux Seychelles en 2019, où les explorateurs marins « ont trouvé des dizaines de nouvelles espèces et cartographié les eaux au large des côtes qui étaient auparavant inexplorées en dessous de 30 mètres ».

L’Aurelia opérera jusqu’à 1 000 mètres de profondeur, tandis que l’Omega Seamaster 2 sera utilisée pour explorer les 500 premiers mètres sous la surface.

Quant à ce qui se passera au cours de la mission de 35 jours, des biologistes marins, des scientifiques des données et des producteurs de films collecteront des échantillons d’espèces, effectueront de vastes opérations de cartographie et filmeront l’état des coraux autour des Maldives.

L’Université d’Oxford, qui participe à la mission, a déclaré que les scientifiques étudieront également comment la vie océanique s’est adaptée à l’élévation historique du niveau de la mer causée par la fonte des glaces de la dernière période glaciaire et explorera les « coraux et récifs profonds largement inconnus et non protégés de la zone Rariphotic ». , qui servent de refuge aux animaux des eaux moins profondes. »

Ils « enquêteront également sur l’abondance relative des 40 espèces de requins et des 18 espèces de raies au sommet de la chaîne alimentaire dans l’océan des Maldives, qui agissent comme un indicateur essentiel de la santé des océans », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Parmi les opérations de cartographie prévues figure une étude d’une montagne sous-marine dans le nord de l’océan Indien.

Selon Nekton, tous les échantillons et données collectés resteront la propriété des Maldives – « un changement par rapport à certaines expéditions scientifiques menées par l’Occident du passé ».

Alors, qu’est-ce que tout cela a à voir avec le tourisme aux Maldives ?
Le pays est composé de 26 atolls remplis de plus de 1 000 îles occupées par une multitude de stations balnéaires, toutes réparties sur 90 000 kilomètres carrés. Selon la Banque mondiale, les Maldives ont accueilli plus de 1,3 million de touristes en 2021, soit environ 80 % des niveaux de 2019. Le tourisme représente environ 28% de son PIB.
Documenter l’état des eaux du pays peut soutenir le développement du tourisme durable, selon un briefing de Nekton sur la mission : « La santé des récifs est fondamentale pour les deux plus grands secteurs de l’économie maldivienne, le tourisme et la pêche. Outre les avantages économiques, ses coraux fournissent les récifs, ils sont la première ligne de défense contre les vagues et les tempêtes, qui deviennent de plus en plus fréquentes et intenses. »
La protection des espèces animales qui y vivent est également vitale, car elle « se traduit par un océan plus sain, soutenant une pêche durable et une croissance du tourisme », indique le briefing de la mission, qui note que le tourisme des raies manta génère à lui seul environ 15 millions de dollars américains par an en revenu.

Nostress Media Ltd