5 bienfaits du poivre noir pour la santé fondés sur la science

0
169

Le poivre noir est l’une des épices les plus utilisées dans le monde.

Il est fabriqué en broyant des grains de poivre, qui sont des baies séchées de la vigne Piper nigrum. Il a une saveur piquante et légèrement épicée qui se marie bien avec de nombreux plats. Mais le poivre noir est plus qu’un simple aliment de base en cuisine. Il est considéré comme le «roi des épices» et utilisé dans l’ancienne médecine ayurvédique depuis des milliers d’années en raison de sa forte concentration de composés végétaux puissants et bénéfiques.

Voici 5 bienfaits du poivre noir pour la santé, soutenus par la science.

  1. Riche en antioxydants

Les radicaux libres sont des molécules instables qui peuvent endommager vos cellules. Certains radicaux libres sont créés naturellement, par exemple lorsque vous faites de l’exercice et que vous digérez des aliments. Cependant, des radicaux libres excessifs peuvent se former en cas d’exposition à des éléments tels que la pollution, la fumée de cigarette et les rayons du soleil. Les dommages excessifs des radicaux libres peuvent entraîner des problèmes de santé majeurs. Par exemple, il a été lié à l’inflammation, au vieillissement prématuré, aux maladies cardiaques et à certains cancers. Le poivre noir est riche en un composé végétal appelé pipérine, dont les études en éprouvette ont révélé de puissantes propriétés antioxydantes. Des études suggèrent qu’un régime riche en antioxydants peut aider à prévenir ou à retarder les effets néfastes des radicaux libres.

Des études en éprouvette et sur des rongeurs ont observé que les suppléments de poivre noir moulu et de pipérine peuvent réduire les dommages causés par les radicaux libres.

Par exemple, les rats nourris avec un régime riche en graisses plus du poivre noir ou un extrait concentré de poivre noir présentaient significativement moins de marqueurs de dommages causés par les radicaux libres dans leurs cellules après 10 semaines par rapport aux rats nourris uniquement avec un régime riche en graisses.

 

SOMMAIRE

Le poivre noir est riche en un puissant antioxydant appelé pipérine, qui peut aider à prévenir les dommages causés par les radicaux libres à vos cellules.

 

  1. Possède des propriétés anti-inflammatoires

L’inflammation chronique peut être un facteur sous-jacent dans de nombreuses affections, telles que l’arthrite, les maladies cardiaques, le diabète et le cancer. De nombreuses études de laboratoire suggèrent que la pipérine – le principal composé actif du poivre noir – peut lutter efficacement contre l’inflammation. Par exemple, dans des études sur des rats atteints d’arthrite, le traitement à la pipérine a entraîné moins de gonflement des articulations et moins de marqueurs sanguins d’inflammation. Dans des études sur des souris, la pipérine a supprimé l’inflammation des voies respiratoires causée par l’asthme et les allergies saisonnières. Cependant, les effets anti-inflammatoires du poivre noir et de la pipérine n’ont pas encore été largement étudiés chez l’homme.

SOMMAIRE

Le poivre noir contient un composé actif qui diminue l’inflammation chez les animaux. Pourtant, on ne sait pas s’il a les mêmes effets chez l’homme.

 

  1. Peut être bénéfique pour votre cerveau

Il a été démontré que la pipérine améliore la fonction cérébrale dans des études animales.

En particulier, il a démontré des avantages potentiels pour les symptômes liés aux affections cérébrales dégénératives telles que la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson. Par exemple, une étude sur des rats atteints de la maladie d’Alzheimer a révélé que la pipérine améliorait la mémoire, car la distribution de pipérine permettait aux rats de parcourir un labyrinthe à plusieurs reprises plus efficacement que les rats n’ayant pas reçu le composé.

Dans une autre étude sur des rongeurs, l’extrait de pipérine semblait diminuer la formation de plaques amyloïdes, qui sont des amas denses de fragments de protéines dommageables dans le cerveau qui ont été liés à la maladie d’Alzheimer.

Pourtant, des études chez l’homme sont nécessaires pour confirmer si ces effets sont également observés en dehors des études sur les animaux.

 

SOMMAIRE

L’extrait de poivre noir a amélioré les symptômes des maladies dégénératives du cerveau dans les études animales, mais des études chez l’homme sont nécessaires pour vérifier ces résultats.

 

  1. Peut améliorer le contrôle de la glycémie

Des études suggèrent que la pipérine peut aider à améliorer le métabolisme de la glycémie. Dans une étude, des rats nourris avec un extrait de poivre noir présentaient un pic plus faible de glycémie après avoir consommé du glucose par rapport aux rats du groupe témoin.

De plus, 86 personnes en surpoids prenant un supplément contenant de la pipérine et d’autres composés pendant 8 semaines ont connu des améliorations significatives de la sensibilité à l’insuline – une mesure de la façon dont l’hormone insuline élimine le glucose de la circulation sanguine. Cependant, il n’est pas clair si les mêmes effets se produiraient avec le poivre noir seul, car une combinaison de nombreux composés végétaux actifs a été utilisée dans cette étude.

 

SOMMAIRE

L’extrait de poivre noir peut améliorer le contrôle de la glycémie, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires.

 

  1. Peut abaisser le taux de cholestérol

Un taux de cholestérol sanguin élevé est associé à un risque accru de maladie cardiaque, qui est la principale cause de décès dans le monde. L’extrait de poivre noir a été étudié chez l’animal pour son potentiel à réduire le taux de cholestérol.

Dans une étude de 42 jours, des rats nourris avec un régime riche en graisses et un extrait de poivre noir présentaient une diminution du taux de cholestérol sanguin, y compris le (mauvais) cholestérol LDL. Les mêmes effets n’ont pas été observés dans le groupe témoin.

De plus, on pense que le poivre noir et la pipérine stimulent l’absorption des compléments alimentaires qui ont des effets potentiels anti-cholestérol comme le curcuma et la levure de riz rouge. Par exemple, des études ont montré que le poivre noir peut augmenter l’absorption du composant actif du curcuma – la curcumine – jusqu’à 2 000%. Pourtant, d’autres études sont nécessaires pour déterminer si le poivre noir lui-même a des effets anti-cholestérol significatifs chez l’homme.

 

SOMMAIRE

Le poivre noir a démontré des effets hypocholestérolémiants dans des études sur les rongeurs et on pense qu’il stimule l’absorption des suppléments hypocholestérolémiants potentiels.