A Paris, les écoles se préparent à accueillir des enfants ukrainiens

0
296

Depuis la semaine dernière, le nombre de réfugiés ukrainiens arrivant en France a triplé. Pour aider ceux qui souhaitent rester, la mairie de Paris a mis en place un dispositif particulier d’intégration des enfants dans le système scolaire français.

« L’autre jour, une mère est venue avec son bébé. Il était si petit qu’il ressemblait à un nouveau-né. [La mère] N’arrêtait pas de pleurer. Ça m’a brisé le coeur », raconte Eva Kotcher à FRANCE 24 Odette, concierge de l’école du 18e arrondissement de Paris.

Odette était en vacances lorsque la Russie a envahi l’Ukraine le 24 février. Elle n’a pas entendu la nouvelle jusqu’à son retour. « J’ai reçu un appel de l’école samedi matin. Ils m’ont raconté ce qui se passait et m’ont dit que nous étions devenus une sorte de centre d’accueil d’urgence », raconte-t-elle.

Nostress Media Ltd

Depuis le 10 mars, l’école polyvalente Eva Kotchever accueille des familles réfugiées. Ils trouvent un peu de répit dans les locaux de cette école maternelle et primaire. Son voyage pour échapper aux horreurs de la guerre en Ukraine a été long et douloureux. Sans compter qu’il a laissé derrière lui des hommes majeurs se battre pour défendre sa patrie.

La plupart des familles viennent du centre d’accueil le plus proche géré par l’ONG France Terre d’Essil. Il a été créé le 3 mars spécifiquement pour les réfugiés ukrainiens. Là, il est possible de prendre ses repas de 9h à 18h, d’entamer le processus de demande d’asile, de trouver un logement temporaire et de consulter un médecin.

Il n’y a qu’une aire de jeux commune pour les enfants. De nombreux parents, principalement des mères, sont aux prises avec des démarches administratives en plus de devoir s’occuper de leurs enfants. Appelée à l’aide par la mairie, l’école libère trois salles de classe et achète des jouets pour ces familles.

« Tendre la main » aux familles de réfugiés

Un enseignant franchit les portes vitrées de l’école et traverse un petit couloir, avec un hall d’accueil sur la gauche. Avant d’entrer dans les classes, vous devez vous rendre à l’Odate et remplir un document.

A droite du couloir, un mur de ciment est décoré de dessins d’enfants et du drapeau ukrainien fléché, dans les tons bleu et jaune. Il montre le chemin vers le premier étage. « La plupart des familles et des enfants ne parlent pas français, nous avons donc fabriqué des flèches pour les guider dans des classes dédiées », explique Odette.

Les familles ne sont jamais laissées ensemble. Ils sont pris en charge depuis le centre d’accueil par des animateurs de la Direction des affaires scolaires (DASCO) de la ville de Paris, dont la mission est d’accueillir les nouveaux élèves.

« Les enseignants ne sont pas vraiment en contact avec les enfants. Les choses sont encore très différentes pour le moment. Les enfants ne sont pas intégrés dans les cours de français, ils n’interagissent pas avec les élèves », ajoute-t-elle.

Au deuxième étage, trois animateurs habitent une salle de classe transformée en crèche. Ils aident deux mamans ukrainiennes : l’une utilise son téléphone pour divertir ses enfants et l’autre s’endort sur un matelas au sol. « Nous nous occupons de son fils pendant qu’elle se repose. Ils sont arrivés à 10 heures ce matin et elle n’a pas dormi depuis Dieu sait combien de temps », a déclaré Marlene Mallard, une ancienne assistante maternelle qui s’est portée volontaire pour faire du bénévolat.

Un outil d’accueil qui prend forme

Le garçon joue au football avec Yvan, 10 ans, qui a appris quelques mots de français en quelques heures. La sœur cadette de Yavan, à peine plus âgée que lui, est secouée par le traducteur. « On ne sépare jamais frères et sœurs », sourit ce dernier, qui reste anonyme de peur de ce qui pourrait arriver s’il retournait un jour dans sa Russie natale.

Christine Serra a reçu l’adjoint au maire Éducation et petite enfance Patrick Bloch, qui travaille avec le rectorat pour scolariser les enfants réfugiés ukrainiens. « Il a dit que la mairie essaierait probablement de mettre les enfants ukrainiens dans des écoles avec des unités UPE2A [Unité pédagogique pour élèves allophones arrivants, un dispositif permettant de scolariser des enfants étrangers non francophones] », précise Christine Serra. Mais seules 60 des 645 écoles maternelles et primaires de Paris disposent d’UPE2A. Et 81 collèges ont la capacité d’accueillir des non-francophones.

« On verra comment les choses évoluent », assure Christine Cera. Et le directeur de poursuivre : « Bien sûr, si nous pouvons aider de quelque manière que ce soit à intégrer les enfants dans notre école, nous le ferons. Mais pour l’instant, c’est le mieux que nous puissions faire et cela ne demande pas beaucoup d’efforts.

Depuis la semaine dernière, le nombre de réfugiés ukrainiens arrivant en France a triplé. Mardi 15 mars, ils étaient 15 000 dans la zone, selon le gouvernement. France 100 000. pouvoir s’adapter, voire plus, a assuré lundi le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. Déjà 650 enfants ukrainiens sont inscrits dans les écoles françaises, a également indiqué Marlène Schiappa au Journal du Dimanche.

Le « Programme d’accueil scolaire » dédié aux réfugiés ukrainiens âgés de 3 à 18 ans est toujours en cours de finalisation. Pour l’instant, les étudiants ukrainiens sont les bienvenus dans les écoles équipées UPE2A pour les aider à surmonter la barrière de la langue. Le Ministère de l’Intérieur et de l’Éducation orientera les parents vers les ateliers de l’Opération OEPRE (Ouverture des Écoles pour les Parents à la Relève des Élèves). Le but de ces ateliers est de faciliter leur intégration par des cours de français et de les aider à mieux comprendre le système scolaire afin qu’ils puissent accompagner leurs enfants.

Le département de l’éducation de la ville a également ouvert une « cellule de crise » pour aider les parents réfugiés ukrainiens à envoyer leurs enfants à l’école. La Mairie a également mis à disposition des enseignants un document en ligne expliquant comment accueillir les élèves traumatisés.

Le but ultime est de « scolariser les enfants réfugiés », déclare le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanker dans un tweet, Mais pour Odette il faut y aller doucement. « En discutant avec certains enfants, j’ai remarqué que beaucoup d’entre eux avaient peur et un peu peur. C’est un endroit sûr pour eux, ils n’entendent pas les sirènes sonner tous les jours. C’est paisible. Peut-être que dans un avenir proche, l’école polyvalente Eva Kotchever pourra desserrer les flèches qui guident les enfants réfugiés ukrainiens vers leurs classes.

Nostress Media Ltd