Cannes revient à la vie avec une standing ovation de 5 minutes pour le film de zombies français (Coupez !)

0
55

Une visite des morts ?  chic.

Le Festival de Cannes a repris ses activités mardi soir, alors que le film de la soirée d’ouverture de cette année,  » (Coupez!) » a reçu une ovation debout de 5 minutes. La ligne sanglante de zombies, qui chevauchait un ton quelque part entre «The Blair Witch Project» et «Call My Agent», a lancé un festival où peu de clients portaient des masques en ces temps de COVID.

Pour commémorer la 75e édition de Cannes, le directeur du festival Thierry Fremaux a sélectionné un film français – sans parler d’un président de jury français, l’acteur « Titane » Vincent Lindon – pour rester local au début de la célébration du cinéma sur la Côte d’Azur. « Final Cut », qui s’appelle « Coupez! » en France (où il est sorti en salles le jour même de sa sortie hors compétition à Cannes), est réalisé par Michel Hazanavicius (« L’Artiste »).

Romain Duris joue le rôle de Remi, le réalisateur d’un film de zombies, qui joue également un réalisateur dans son propre film. Alors que « Final Cut » commence, il a été vu en train de torturer ses acteurs et son équipe – juste au moment où ils commencent à rencontrer la mort d’un zombie assoiffé de sang qui se cache à l’extérieur du plateau.

Curieusement, « coupez! » est le deuxième film de zombies à ouvrir Cannes depuis 2019, lorsque l’élite mondiale du cinéma s’est réunie pour « The Dead Don’t Die » de Jim Jarmusch, un flop commercial et critique mettant en vedette Bill Murray et Selena Gomez. Bien que « Final Cut » – qui est une comédie plus large – ait reçu des critiques mitigées, il s’est également mieux comporté à l’intérieur du Grand Auditorium Lumière, où l’on pouvait entendre le public rire aux éclats pendant la deuxième moitié la plus amusante du film.

La première nuit de Cannes s’ouvre toujours par une remise de prix française festive. Cette année, Forest Whitaker a fait le déplacement dans le sud de la France pour y recevoir une Palme d’or d’honneur. Mais la soirée a pris un ton plus sombre que d’habitude. Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy est apparu par vidéo pour servir de puissant rappel de la guerre dans son pays. « Je suis sûr que le dictateur perdra », a déclaré Zelenskyy, dans une référence pointue à Vladimir Poutine.

Plus tôt dans la journée, le réalisateur iranien Asghar Farhadi a nié les allégations selon lesquelles il aurait plagié son film de 2021 « A Hero », en utilisant sa plateforme mondiale en tant que membre du jury de Cannes pour tenter de se disculper après qu’un ancien élève a suggéré qu’il avait volé le prémisse de son documentaire.

Le programme de Cannes de cette année comprend « Top Gun: Maverick », « Crimes of the Future » de David Cronenberg et « Elvis ».