25 C
France
lundi, décembre 5, 2022

s'abonner

Chef des droits de l’ONU : la vie d’Alaa Abd el-Fattah en grand danger

La vie du gréviste de la faim emprisonné Alaa Abd el-Fattah est en grand danger, a déclaré le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme Volker Turk, renouvelant un appel à l’Égypte pour qu’il le libère immédiatement.

« J’exhorte le gouvernement égyptien à libérer immédiatement Abd el-Fattah de prison et à lui fournir les soins médicaux nécessaires », a déclaré mardi Turk dans un communiqué, avertissant que l’activiste « est en grand danger ».

« Sa grève de la faim sèche met sa vie en danger. »

Abd el-Fattah, un éminent activiste et blogueur qui a la double nationalité britannique et égyptienne, a été emprisonné en 2014 pendant cinq ans pour avoir participé à un rassemblement non autorisé. Il a été de nouveau arrêté en 2019 et, en décembre 2021, a été condamné à cinq ans supplémentaires pour diffusion de fausses nouvelles.

L’homme de 40 ans est en grève de la faim depuis 220 jours contre ses conditions de détention et de prison.

Abd el-Fattah a informé sa famille qu’il cesserait de boire de l’eau dimanche dans une escalade de sa protestation. Sa mère a déclaré qu’elle n’avait pas reçu de lettre qu’elle reçoit habituellement de lui lors de sa visite lundi.

Sans eau, la santé d’Abd el-Fattah pourrait rapidement se détériorer. L’escalade de sa protestation a coïncidé avec le sommet sur le climat COP27, le rassemblement annuel des dirigeants mondiaux de l’ONU pour discuter du réchauffement climatique, qui se tient cette année en Égypte.

Ravina Shamdasani, porte-parole de Turk, a déclaré que le responsable s’était personnellement entretenu avec les autorités égyptiennes pour demander la libération d’Abd el-Fattah, plus récemment vendredi.

Lorsqu’on lui a demandé s’il y avait un risque qu’il soit déjà mort, compte tenu du manque de communication, Shamdasani a déclaré lors d’un point de presse à Genève : « Nous sommes très inquiets pour sa santé et il y a un manque de transparence, ainsi que sur son état actuel ».

Turk a noté que la reprise en avril du Comité de grâce présidentielle égyptien « avait entraîné la libération de nombreuses personnes ».

Mais il a appelé « les autorités égyptiennes à remplir leurs obligations en matière de droits humains et à libérer immédiatement toutes les personnes détenues arbitrairement, y compris celles en détention provisoire, ainsi que les personnes injustement condamnées ».

« Personne ne devrait être détenu pour avoir exercé ses droits humains fondamentaux ou pour avoir défendu ceux d’autrui », a-t-il déclaré.

Prisonniers d’opinion
La détention d’Abd el-Fattah est devenue un sujet de premier plan lors du sommet COP27 à Charm el-Cheikh, auquel sa sœur Sanaa Seif – elle-même une ancienne prisonnière politique – participe pour faire campagne pour sa libération.

Les militants de la COP27 ont également posté de manière prolifique sur Twitter sous le hashtag #FreeAlaa, et plusieurs orateurs ont terminé leurs discours par les mots « vous n’avez pas encore été vaincu » – le titre de son livre.

Selon des groupes de défense des droits, Abd el-Fattah fait partie des plus de 60 000 prisonniers d’opinion en Égypte depuis l’arrivée au pouvoir du président Abdel Fattah el-Sissi, qui a renversé l’ancien président Mohamed Morsi en 2013.

Interrogé sur l’affaire, le ministre égyptien des Affaires étrangères et président de la COP27, Sameh Shoukry, a déclaré à CNBC que les autorités pénitentiaires fourniraient des soins de santé à Abd el-Fattah. Des responsables égyptiens ont déclaré précédemment qu’il recevait des repas.

Lundi, le Premier ministre britannique Rishi Sunak et le président français Emmanuel Macron ont tous deux rencontré directement le président égyptien el-Sisi et ont accru la pression pour sa libération, quelques heures après que trois journalistes égyptiens ont déclaré avoir entamé leur propre grève de la faim à propos de son sort.

Related Articles

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles