En Iran, les étincelles de contestation se multiplient

0
156
FILE - In this Sept. 19, 2022, photo taken by an individual not employed by the Associated Press and obtained by the AP outside Iran, a police motorcycle burns during a protest over the death of a young woman who had been detained for violating the country's conservative dress code, in downtown Tehran, Iran. (AP Photo, File)
Nostress Media Ltd

Près de deux semaines après le début de la dernière vague de manifestations anti-régime en Iran, le sentiment à longue distance et indirectement informé est qu’elles sont généralisées mais sporadiques ; qu’ils reflètent une opposition profonde aux ayatollahs mais ne sont pas organisés de manière cohérente ; qu’ils déconcertent le régime mais ne menacent pas son règne.

Contrairement aux manifestations de 2009, qui ont éclaté à cause du trucage des élections qui ont permis à Mahmoud Ahmadinejad de conserver la présidence, et ont attiré des nombres colossaux – des centaines de milliers, voire plus – dans les rues pour des rassemblements réclamant des réformes, ce ne sont pas des manifestations « politiques », galvanisées par personnalités éminentes de l’opposition. Pour autant qu’on puisse en juger, ils ne se sont pas non plus étendus pour s’appuyer sur les protestations intermittentes et les grèves syndicales de ces derniers mois et années face au malaise économique de l’Iran, aux priorités mal placées du régime et aux réalités insoutenables de la flambée du chômage et de la flambée des prix des denrées alimentaires.

Nostress Media Ltd

Au contraire, ils sont dirigés vers le cœur du régime lui-même – dirigé par des femmes ; suscité par la mort d’une femme, Mahsa Amini, détenue par la « police des mœurs » du régime ; axé sur la répression des femmes par le régime, symbolisée par l’obligation pour les femmes de se couvrir en public, y compris en portant le hijab.

Là encore, contrairement à 2009, lorsque le président américain Barack Obama a fait l’éloge de « l’effervescence incroyable » mais a fermement exclu tout encouragement américain à un changement de régime – « Ce n’est pas productif, compte tenu de l’histoire des relations américano-iraniennes, d’être considéré comme une ingérence ». À un moment donné, certains membres de la communauté internationale, dirigés par les États-Unis, ont montré un soutien solide aux manifestants.

 

Depuis le podium de l’Assemblée générale des Nations Unies la semaine dernière, le président américain Joe Biden a déclaré : « Aujourd’hui, nous sommes aux côtés des braves citoyens et des braves femmes d’Iran qui manifestent en ce moment même pour garantir leurs droits fondamentaux.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken, s’adressant aux journalistes mardi à Washington, a catégoriquement accusé le régime d’avoir tué Amini « en raison des décisions qu’elle devrait prendre sur ce qu’elle porterait ou non ».

Les États-Unis ont également déclaré qu’ils faisaient ce qu’ils pouvaient pour contrer le blocage de l’accès à Internet par le régime, en permettant aux entreprises technologiques « d’élargir la gamme de services Internet disponibles pour les Iraniens », comme l’a déclaré un sous-secrétaire américain au Trésor.

L’UE a fustigé l’Iran pour sa répression meurtrière des manifestations. L’Allemagne a fait venir l’ambassadeur d’Iran. Des groupes d’opposition iraniens ont organisé des manifestations devant les ambassades iraniennes. Des marches de solidarité avec les femmes iraniennes ont eu lieu dans le monde entier.

Devant l’ONU la semaine dernière, alors que le président Ebrahim Raisi s’adressait à l’Assemblée générale, des milliers de militants anti-régime se sont rassemblés pour le dénoncer ainsi que le régime et soutenir les manifestations. « Raisi ne mérite pas un siège à l’ONU et il n’est pas le président du peuple iranien. Raisi est un meurtrier de masse », a déclaré une militante, Raha Heshmatikhah.

La réponse du régime semble traduire à la fois un malaise et le sentiment de disposer d’une certaine marge de manœuvre : une volonté défensive de céder un peu de terrain, suivie d’un durcissement des positions.

Au début des manifestations, la mort d’Amini a été largement couverte par les médias iraniens étroitement contrôlés, y compris sur les premières pages de ses quotidiens. Raisi a appelé les autorités à « enquêter sur la cause de l’incident avec urgence et une attention particulière ». Au fil des jours, cependant, la ligne officielle s’est durcie, tout comme la réponse des forces de sécurité iraniennes. Incertain quant à savoir si apaiser le public ou ouvrir le feu est la réponse la plus sage, le régime semble avoir opté pour cette dernière.

Il est impossible d’établir des chiffres définitifs, mais les médias d’État ont confirmé « environ 60 morts » au cours des près de deux semaines de manifestations, des groupes non gouvernementaux évaluant le chiffre à plus de 75. Ces chiffres sont similaires au nombre de morts après trois mois de 2009. ont massivement soutenu les manifestations, bien que des milliers et des milliers aient été arrêtés lors de ces affrontements de 2009. En d’autres termes, le régime fait preuve d’une plus grande disposition aujourd’hui qu’alors à recourir à l’exécution par balles de son propre peuple dans les rues.

Les manifestations de Mahsa Amini de 2022, et la réponse du régime à celles-ci, marquent-elles le début sans cesse attendu de la fin du régime ? Personne – ni à l’étranger, ni à l’intérieur de l’Iran – ne peut répondre de manière crédible à cette question.

C’est un régime qui a manifestement du mal à satisfaire son peuple à distance. Il y a des masses de mécontentement qui se chevauchent – ​​couvrant ceux qui s’opposent à tout ce que représente la direction, ceux qui la blâment pour leur pauvreté, ceux qui sont exaspérés par sa corruption. Les étincelles de dissidence se multiplient et le régime lui-même est divisé sur la préparation du fils du chef suprême Ali Khamenei, Mojtaba, comme son successeur potentiel – une recette pour un chaos plus profond.

Mais comme un critique du régime l’a déclaré à la télévision israélienne dans une interview depuis Téhéran mercredi, « Je suis presque sûr que le processus qui a commencé maintenant ne conduira à aucune révolution dans un avenir proche… Le régime réprimera ou limitera les manifestations par la violence. .” Néanmoins, a-t-il ajouté, « cela ne signifie pas que les femmes iraniennes renonceront à leurs demandes justifiées ».

Jusqu’à présent, Israël a été circonspect en ce qui concerne les manifestations. Yair Lapid y a fait référence dans son discours à l’ONU, où il a lié « une dictature meurtrière » qui déteste son propre peuple aux efforts du régime pour fabriquer la bombe, ce qui implique que si le régime peut faire ce qu’il fait à son propre peuple, on ne peut nier ce il essaierait de faire au nôtre. « Si le régime iranien obtient une arme nucléaire, il l’utilisera », a-t-il déclaré.

En privé, Israël avertit sans aucun doute à nouveau que ce régime ne peut pas être traité comme crédible dans les négociations sur un accord nucléaire relancé, et ne doit pas être renforcé et enhardi par un quelconque allégement de la pression des sanctions.

Publiquement, raisonnablement, Israël n’a pas exprimé sa solidarité avec les manifestants ni ne les a encouragés à intensifier leur opposition. Le régime, comme à son habitude, s’efforce de suggérer que les protestations sont alimentées par des pays hostiles à l’Iran. Les déclarations officielles israéliennes ne feraient que jouer dans ce récit.

Et d’ailleurs, comme me l’a dit mercredi un très sage expert chevronné de l’Iran, le régime iranien se fait actuellement plus de tort qu’Israël ne pourrait l’espérer.

Nostress Media Ltd