L’environnement est un gâchis : feux de forêt incontrôlables, déforestation, destruction des récifs coralliens, pollution. La technologie peut-elle aider à inverser le changement climatique et les dommages environnementaux? Contrairement à la révolution industrielle, les avancées technologiques ne sont plus principalement alimentées par les mines de vapeur, de fer et de charbon. Au lieu de cela, les nouvelles technologies ont conduit à des méthodologies plus durables, à une meilleure gestion de nos ressources naturelles et à la conversion aux sources d’énergie solaire et renouvelable. Et il a été démontré que ceux-ci ont un impact positif énorme sur l’environnement.

Naturellement, dans un monde idéal, tous les citoyens et entreprises adopteraient volontairement de meilleures pratiques pour réduire les dommages environnementaux. Après tout, ne voulons-nous pas laisser à la planète un meilleur endroit pour les générations futures ? Mais avouons-le – la conformité volontaire est difficile à obtenir et la planète Terre n’a pas de temps à perdre. Au lieu de cela, les développements technologiques, tels que l’automatisation et l’intelligence artificielle, aident l’humanité à prendre des mesures immédiates vers la durabilité. Il n’y a jamais eu de période plus excitante pour les technologies environnementales et l’innovation.

Les exemples suivants montrent comment un large éventail d’avancées technologiques ont un impact positif durable – des petits projets axés sur la résolution d’un problème environnemental spécifique aux initiatives à grande échelle déployées à l’échelle mondiale.

Sous la mer

L’océan a un rôle important à jouer dans la prévention du réchauffement climatique. Saviez-vous que les océans absorbent environ 30 % du dioxyde de carbone (CO2) rejeté dans l’atmosphère ? Certaines des dernières zones de nature sauvage vierge et intacte sur Terre existent sous les mers. Les écosystèmes marins, en particulier les récifs coralliens, sont constamment menacés par les effets du changement climatique, de la pollution, des pratiques de pêche non durables, de l’industrie offshore en pleine croissance et de l’exploration humaine. Les roboticiens et les ingénieurs s’efforcent de résoudre ce problème, à la recherche de nouvelles façons de créer des avancées technologiques pour inspecter, entretenir ou réparer la vie aquatique.

C’est une méduse intelligente ! En 2021, les méduses ne sont plus des blobs sans cervelle et sans cœur – au lieu de cela, les méduses robots sont prêtes à sauver les récifs coralliens. Des chercheurs des universités de Southampton et d’Édimbourg viennent de sortir le dernier robot aquatique – le robot méduse – conçu pour explorer en toute sécurité les récifs coralliens menacés. Les robots méduses assument des tâches trop délicates pour les plongeurs humains, telles que l’observation, l’exploration et la restauration de délicats récifs coralliens. Créés par une imprimante 3D, ils sont faits de caoutchouc souple et flexible et utilisent des hélices petites mais puissantes pour nager. Ces robots ressemblent non seulement à une Aurelia aurita (méduse commune) mais ont été conçus pour correspondre à son efficacité de propulsion. Alors que les robots aquatiques traditionnels sont utilisés depuis des décennies, peu d’entre eux combinent des déplacements efficaces avec une grande maniabilité. Les derniers tests suggèrent que le robot méduse peut se propulser d’une manière « dix à 50 fois plus efficace que les petits véhicules sous-marins typiques propulsés par des hélices ». Le développement de robots autonomes en haute mer devrait se développer dans les prochaines années, pour suivre les développements offshore qui mettent de plus en plus en danger les environnements marins fragiles.

Résoudre le problème de haut  et d’en bas.

En offrant une vue à vol d’oiseau (ou vue à vol d’oiseau) de la terre et de la mer, la technologie est un moyen efficace de s’assurer que les lois et réglementations environnementales sont respectées.

Les dernières avancées technologiques sont régulièrement intégrées aux initiatives de protection de la faune, de la surveillance des espèces menacées au suivi des braconniers. La faune en danger peut être suivie grâce à des drones, des données et une cartographie numérique. En Afrique, l’augmentation du braconnage dans le parc national de la Garamba a dévasté la population d’éléphants. Dans les années 1970, le troupeau de la Garamba comprenait 22 000 éléphants, mais en 2017, il est tombé à 1 200. Au cours des trois dernières années, la Garamba a réduit le braconnage des éléphants de 97 % suite à la mise en œuvre de l’intelligence de localisation qui permet aux équipes de surveillance dédiées de continuer à suivre et surveiller chaque animal 24 heures sur 24 – grâce à une combinaison de SIG et de l’Internet des objets.

Les créatures marines sont également traquées. En Papouasie occidentale, des drones aériens indonésiens sont utilisés pour suivre des raies manta géantes, l’une des espèces marines les plus intelligentes et les plus menacées au monde. L’Université nationale de Singapour est allée encore plus loin, non seulement en suivant les raies manta, mais aussi en créant des drone en forme de raie manta. Finaliste des Innovation Awards 2019 d’Ericsson, ces drones peuvent être utilisés pour la surveillance sous-marine pour étudier la biodiversité marine, mesurer des données hydrographiques et effectuer des opérations de recherche.

 Et la faune n’est pas seulement surveillée, des habitats entiers sont largués du ciel via des drones – une nouvelle façon de lutter contre la déforestation. Flash Forest tire des gousses directement dans le sol. C’est le moyen le plus rapide et le plus efficace de planter un grand nombre d’arbres ; sans doute 10 fois plus rapide que la plantation manuelle par l’homme.

Feux de forêt

Le feu a été l’une des premières « inventions » technologiques de l’humanité. Cependant, nous avons toujours été conscients de sa capacité destructrice. Le changement climatique a entraîné des incendies de forêt plus fréquents, qui ont eu un impact dévastateur sur les biens, la faune et la vie humaine – à l’échelle mondiale. Entre 2018 et 2020, l’Australie et certaines parties des États-Unis ont été ravagées par des feux de brousse. Les incendies australiens ont tué environ 3 milliards d’animaux et détruit 97 000 km². Les chercheurs étudient comment la technologie peut fournir une protection plus précoce pour aider à éviter ces scènes apocalyptiques. Les entrepreneurs d’Ericsson ONE travaillent actuellement sur une nouvelle conception qui permettra une détection précoce des incendies de forêt dans des zones reculées à l’aide d’une extension de réseau, de capteurs et d’équipements informatiques de pointe. Cette avancée technologique remplacera les systèmes satellitaires beaucoup plus lents et incapables de détecter les petits incendies, ainsi que les systèmes aériens à portée limitée. Plus important encore, la nouvelle configuration permettra le déploiement à faible coût du réseau et des capteurs, ce qui rendra la solution abordable pour les zones mal desservies.

Réduire les déchets plastiques

Suivez la route des briques en plastique… vous pourriez bientôt manger ou conduire avec vos vieilles bouteilles d’eau. La plupart d’entre nous sont conscients que la majorité du plastique dans le monde n’est pas recyclé dans les usines de congrès. Pour résoudre ce problème, les chercheurs proposent une large gamme de solutions – de la fonte du plastique pour créer des routes, en passant par le retrait complet des bouteilles en plastique et la fabrication de conteneurs à partir d’algues. Nous pourrions ne plus jamais regarder une bouteille d’eau en plastique de la même manière.

Mais que fait-on pour retirer plus de cinq mille milliards de morceaux de plastique qui jonchent déjà l’océan ? Ocean Cleanup estime qu’il faudrait des milliers d’années et des milliards de dollars pour s’attaquer à ce problème par les seules méthodes conventionnelles (navires et filets). L’énormité du problème vous apparaît lorsque vous réalisez qu’il n’y a pas une, mais cinq plaques d’ordures dans l’océan. Le plus grand, le Great Pacific Garbage Patch, est étouffé par 80 000 tonnes de plastique, ce qui équivaut à 500 gros porteurs. Ocean Cleanup a réuni des ingénieurs, des chercheurs, des scientifiques et des modélisateurs informatiques pour concevoir une solution : de longues barrières flottantes qui agissent comme des côtes artificielles et permettent aux vents, aux vagues et aux courants d’attraper et de concentrer passivement le plastique. Ils ont également bouclé la boucle dans leur mission en transformant le plastique extrait du Great Pacific Garbage Patch en lunettes de soleil. C’est certainement un exemple de la façon dont la technologie peut « transformer les déchets en trésor ».

Ocean Cleanup a conçu de longues barrières flottantes pour lutter contre les déchets plastiques qui étouffent l’océan

 

La 5G crée des super-héros en pyjama

Pendant la pandémie de corona, les humains ont pu soutenir directement l’environnement – ​​en travaillant simplement à domicile en pyjama. La « fermeture » du monde a eu un impact positif sur la nature. Il y a eu une amélioration étonnante de la qualité de l’air et une diminution substantielle des niveaux de pollution de l’air, ce qui a même entraîné une poussée de population pour les abeilles mellifères. La qualité de l’eau s’est améliorée et la faune a commencé à revenir dans les zones urbaines. Essentiellement, la connectivité a permis à la société de continuer à fonctionner pendant la pandémie, et moins de trajets quotidiens ont vu un ciel moins brumeux. Le déploiement de la 5G poursuivra cette tendance, de nombreux travailleurs trouvant qu’ils peuvent travailler de n’importe où et profiter d’une connectivité Internet optimale. En fait, Global Workplace Analytics estime que 25 à 30 % de la population active travaillera à domicile plusieurs jours par semaine d’ici la fin de 2021.

Énergie renouvelable

Un article sur les technologies environnementales durables ne serait pas complet sans mentionner les énergies renouvelables. L’énergie renouvelable a été un mot à la mode au cours de la dernière décennie – mais ce n’est pas seulement un battage médiatique.

L’énergie renouvelable, également appelée « énergie propre », est collectée à partir de ressources renouvelables. Ces sources naturellement reconstituées comprennent la lumière du soleil, le vent, la pluie, les marées, les vagues et la chaleur géothermique. Certaines des avancées technologiques écologiques les plus reconnues et les plus importantes de ces dernières années ont eu lieu dans le secteur de l’énergie propre. Les sources d’énergie renouvelables telles que l’énergie solaire, éolienne et hydroélectrique sont devenues beaucoup plus répandues et moins chères. Et ce secteur devrait continuer à croître à un rythme effarant. Les installations mondiales d’énergies renouvelables ont atteint des niveaux record en 2020, ce qui a amené les experts à prédire qu’il dépassera le charbon pour devenir la plus grande source d’énergie au monde d’ici 2025.

Imaginez un monde où toutes sortes d’appareils et de capteurs technologiques environnementaux pourraient communiquer sans intervention humaine, des voitures intelligentes à l’IoT. Les experts prédisent que les villes du futur seront des lieux où chaque voiture, téléphone, climatiseur, éclairage et bien plus seront interconnectés, créant ainsi le concept de villes intelligentes éco énergétiques. Et je suis sûr que la planète Terre attend avec impatience ces avancées technologiques.

La technologie s’attaque à certains des défis environnementaux les plus urgents au monde. Il y a encore beaucoup à développer et à améliorer, mais les premiers résultats indiquent des signes passionnants et utiles pour l’avenir de notre planète. Que vont apporter les 10 prochaines années ?

Commentez via Facebook