25 C
France
mardi, novembre 29, 2022

s'abonner

« Je ne me suis pas comprise » : les confidences de Laure Manaudou sur sa dépression post-partum

La sportive médaillée parle de sa dépression post-partum dans une vidéo touchante et détaillée.

On peut être une sportive de haut niveau, se croire forte, avoir déjà deux enfants, et vivre une énorme dépression post-partum à la naissance de son troisième enfant.

C’est ce qu’a vécu Laure Manaudou. Elle explique ce qu’elle a vécu dans une vidéo publiée sur la page Instagram du média Raw.

Laure Manaudou et la dépression post-partum

Dans une vidéo de 10 minutes, l’ancienne sportive renonce sans filtres à cet épisode dépressif qui a duré toute une année. Et ce qu’elle décrit, ce sentiment d’être submergée et étouffée, beaucoup de mamans l’ont déjà vécu :

J’ai réalisé que j’avais une énorme dépression post-partum. Cela signifie que je suis en dépression depuis un an. Je me suis senti submergé, étouffé. En fait, c’était trop, c’était écrasant. J’ai aimé tout le monde, je n’ai appelé personne. Et franchement, c’est dommage. Je ne me suis pas compris. En tant qu’athlète, je devais être dur.

Être dur, ne pas montrer, ne pas dire la vérité, ne pas dire ce que l’on ressent même parfois à ses proches, à quel point c’est difficile, à quel point on peut être fatigué, le tout avec une fatigue poussée à l’extrême… Beaucoup d’entre eux peuvent se retrouver dans le discours de l’athlète.

Pendant sa dépression, Laura se demande pourquoi cela lui arrive. Elle a l’habitude d’être forte, c’est une athlète de haut niveau, mais l’un n’empêche pas l’autre. Depuis un an, elle explique que la nervosité la domine, qu’elle est toujours agacée, qu’elle se sent dépassée. Personne autour d’elle ne se rend compte qu’elle coule et ne demande pas d’aide, car ce n’est pas une chose facile à faire.

J’ai crié après mon mari la nuit . Je ne suis pas avec quelqu’un qui a mis des bouchons d’oreille et ne m’a pas aidé du tout. Il s’est toujours réveillé pour nos deux garçons. Il y avait tant de larmes, à cause de l’incompréhension, de la lassitude nerveuse. Pourquoi ne puis-je pas me lever seul ? C’était Un Sentiment D’échec.

Un jour, Laure Manaudou partage une story sur Instagram dans laquelle elle évoque ses difficultés. Et face à l’avalanche de messages de ses mères dans la même situation que la sienne, elle se sent moins seule et écoutée.

@lauremanaudouoff

Face aux réactions qu’il reçoit, il s’interroge : pourquoi les femmes, si suivies médicalement pendant la grossesse, ne reçoivent-elles pas autant de soutien après la naissance de leur bébé ? Pourquoi les laissons-nous tranquilles et ne nous occupons-nous que de la santé du bébé ?

Les mères sont exclues. On ne s’occupe pas des femmes, on ne dit pas assez la vérité. On parle des choix des femmes après l’accouchement, l’allaitement et l’allaitement au biberon, mais pas assez sur l’humeur, la fatigue, le tsunami imminent. […] Il faut tout un village pour élever un enfant et il ne devrait pas être permis de laisser une mère célibataire avec un enfant.

Le sport veut aujourd’hui briser le tabou sur la dépression post-partum et sensibiliser les futures mamans aux difficultés qui peuvent les attendre après la naissance d’un enfant, que ce soit le premier, le deuxième ou le troisième.

Dépression post-partum : mesures gouvernementales

Le gouvernement s’est emparé de la situation, imposant, à partir du 1er juillet 2022, un entretien postnatal précoce pour toutes les mères.

L’entretien postnatal précoce est effectué par un médecin ou une sage-femme chez les 4E et 8E semaine après l’accouchement, et est pris en charge par l’assurance maladie à hauteur de 70 %.

Selon le secrétaire d’Etat à l’enfance Adrien Taquet, qui s’appuie sur une enquête réalisée en août 2021 par OpinionWay pour la société de télémédecine Qare, seules 5% des mères déclarent avoir été diagnostiquées par un spécialiste, et 78% des parents ne le feraient jamais. entendu parler de dépression post-partum lors de rendez-vous médicaux.

En ce sens, lors de la fondation sur la santé mentale, le secrétaire d’État à l’enfance a déclaré :

« On dit que 100 000 femmes par an souffrent de dépression post-partum (15%, je crois est le chiffre communément accepté). Dans un récent sondage, 30 % des mères et 18 % des pères déclarent avoir vécu un épisode dépressif.

Espérons que les discours de célébrités, sportifs, influenceurs et autres permettront de parler davantage des maux de l’après-grossesse et que les mamans puissent bénéficier d’un réel soutien et d’une aide adaptée à leur situation. Quand on sait que l’une des principales causes de mortalité maternelle est le suicide, il est urgent que la parole se libère.

Related Articles

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles