La Grèce dit qu’elle essaiera de récupérer le corps d’une migrante sur un îlot fluvial

1
67

La Grèce va tenter de récupérer le corps d’une fillette de 5 ans décédée sur un îlot fluvial à la frontière gréco-turque où elle se trouvait parmi un groupe de migrants bloqués depuis plusieurs jours, a annoncé mardi le ministre des Migrations Notis Mitarachi.

Mitarachi se rendait dans la région élargie d’Evros en Grèce un jour après que la police y ait trouvé 35 Syriens et trois Palestiniens, dont une femme enceinte et sept enfants, qui s’étaient cachés sur le territoire grec après avoir traversé le fleuve depuis la Turquie.
Les agences d’aide et les médias ont déclaré que l’enfant, originaire de Syrie et voyageant avec ses parents et sa sœur, était décédée d’une piqûre de scorpion.

Mitarachi a déclaré la semaine dernière que l’îlot sur la rivière Evros était un territoire turc et que les autorités grecques avaient contacté leurs homologues turcs à ce sujet.
« Malheureusement, il semble qu’une fille âgée de 5 ans ait perdu la vie sur le sol turc », a déclaré Mitarachi aux journalistes lors d’une visite à Evros.

« Nous nous coordonnerons avec la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge internationaux pour veiller à ce que le corps de cette fille soit amené en Grèce pour être enterré dignement par sa famille. »

Le ministère turc de l’Intérieur n’était pas disponible dans l’immédiat pour commenter.

Selon les médias et les militants, les migrants ont tenté d’atteindre le continent grec mais ont été repoussés.

La Grèce a nié à plusieurs reprises avoir repoussé de force des réfugiés ou des migrants aux points frontaliers.

Les garde-côtes sauvent un canot impuissant en mer alors que la crise des migrants en Europe se poursuit

Mitarachi a déclaré aux journalistes mardi que le groupe était entré pour la première fois sur le territoire grec le 14 août et s’était caché pendant une journée. Ils avaient déjà été détenus par les autorités turques, puis amenés sur la rive du fleuve et forcés de traverser, a-t-il déclaré. Lundi, il a déclaré qu’un bateau avait été retrouvé près d’eux.

« Ils ont été menacés par la police turque de pénétrer illégalement dans l’Union européenne. C’est une avancée totalement illégale et contraire au droit international », a déclaré le ministre grec.

Le pays méditerranéen a été en première ligne de la crise migratoire en Europe en 2015 et 2016 lorsqu’un million de réfugiés fuyant la guerre et la pauvreté en provenance de Syrie, d’Irak et d’Afghanistan sont arrivés, principalement via la Turquie.

Le nombre d’arrivées avait fortement diminué depuis lors, mais ces derniers mois, les autorités grecques ont déclaré avoir empêché un nombre important de personnes d’entrer. En mai-juillet, la Grèce a enregistré 4 126 arrivées de migrants, en hausse de 113 % par rapport à la même période l’an dernier.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here