25 C
France
lundi, décembre 5, 2022

s'abonner

La Russie arrête huit suspects suite à l’explosion d’un pont en Crimée

La Russie a arrêté huit suspects pour une explosion qui a endommagé un pont stratégique reliant la Crimée annexée à la Russie.

Moscou considère l’explosion de samedi sur le pont du détroit de Kertch comme une « attaque terroriste » organisée par les services secrets ukrainiens.

Le Service fédéral de sécurité russe (FSB) a déclaré mercredi avoir arrêté cinq Russes et trois citoyens ukrainiens et arméniens, a rapporté Interfax.

Les explosifs ont été stockés dans des rouleaux de film plastique qui ont quitté le port ukrainien d’Odessa en août et ont transité par la Bulgarie, la Géorgie et l’Arménie avant d’entrer en Russie, a indiqué le service.

Le FSB a accusé le service de renseignement militaire ukrainien et son directeur Kyrylo Budanov d’avoir organisé l’attaque.

Douze personnes ont également été identifiées comme complices, a rapporté TASS.

Selon l’agence de presse russe, au moins quatre personnes ont été tuées dans l’explosion.

L’Ukraine n’a pas officiellement confirmé son implication, mais certains responsables ukrainiens ont célébré l’incident.

Un haut responsable ukrainien a rejeté l’enquête de la Russie.

« Toute l’activité du FSB et de la commission d’enquête est un non-sens », a déclaré le radiodiffuseur public ukrainien Suspilne, citant le porte-parole du ministre de l’Intérieur, Andriy Yusov.

Il a décrit le FSB et le comité d’enquête comme de « fausses structures qui servent le régime de Poutine, nous ne commenterons donc certainement pas leurs prochaines déclarations ».

Une section du pont de 19 km (12 miles) de long a été détruite, interrompant temporairement la circulation routière, ainsi que plusieurs camions-citernes à bord d’un train se dirigeant vers la péninsule annexée depuis le sud de la Russie.

Le pont, un projet de prestige ouvert personnellement par le président russe Vladimir Poutine en 2018, était devenu logistiquement vital pour sa campagne militaire, les fournitures aux troupes russes combattant dans le sud de l’Ukraine étant acheminées par lui.

Selon les médias locaux, Mohamed Vall d’Al Jazeera, en reportage depuis Moscou, a déclaré que le propriétaire du camion à l’origine de l’explosion était un homme de Crimée de 25 ans.

L’homme dit qu’il est innocent car son oncle conduisait le camion, a déclaré Vall.

Le conducteur faisait partie des personnes décédées dans l’explosion.

Acte de représailles

Sous le choc de l’attaque, les forces russes ont lancé lundi des frappes massives de missiles contre des villes ukrainiennes, y compris des alimentations électriques.

Au moins 19 personnes ont été tuées à travers l’Ukraine en une journée, avec des dizaines de blessés, alors que Moscou intensifiait le conflit.

Lors d’une réunion télévisée du Conseil de sécurité russe, Poutine a déclaré que les attaques étaient en représailles à l’explosion du pont de Crimée.

Toute autre attaque ukrainienne entraînerait une réponse « sévère » de Moscou, a déclaré le président russe.

Des dizaines d’explosions ont secoué des villes, dont la capitale, Kyiv, qui était depuis des mois dans un état de calme relatif.

Le général Valeriy Zaluzhnyi, commandant en chef des forces armées ukrainiennes, a déclaré que 75 missiles avaient été lancés, dont 41 ont été neutralisés par le système de défense aérienne.

Des missiles ont également frappé Lviv, près de la frontière avec la Pologne, ainsi que la ville de Dnipro, plus près des lignes de front orientales.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a lancé mardi un appel aux dirigeants des pays du Groupe des Sept (G7) pour plus de capacités de défense aérienne.

Le Canada, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, le Royaume-Uni et les États-Unis se sont engagés à poursuivre « leur soutien financier, humanitaire, militaire, diplomatique et juridique… aussi longtemps qu’il le faudra » à l’Ukraine.

Ils ont déclaré que les attaques contre des civils constituaient des crimes de guerre et se sont engagés à « demander des comptes au président Poutine et aux responsables ».

Lors d’une réunion de l’Assemblée générale des Nations Unies convoquée mardi pour discuter de l’annexion par Moscou de quatre régions partiellement occupées de l’Ukraine, Sergiy Kyslytsya, ambassadeur d’Ukraine auprès de l’ONU, a qualifié la Russie « d’État terroriste qui doit être dissuadé de la manière la plus forte possible ».

Pendant ce temps, le président biélorusse Alexandre Loukachenko a ordonné mardi le déploiement de troupes avec les forces russes près de l’Ukraine en réponse à ce qu’il a qualifié de menace contre la Biélorussie de Kyiv et de ses soutiens occidentaux, faisant craindre que le conflit ne s’étende encore davantage.

Related Articles

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles