25 C
France
lundi, août 8, 2022

s'abonner

La Russie tente de blâmer l’Occident pour les pénuries alimentaires alors que Lavrov rallie son soutien à sa tournée en Afrique

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov est arrivé en République du Congo, la deuxième étape de sa tournée en Afrique où il vise à rechercher un soutien dans un contexte de colère mondiale face aux pénuries alimentaires suite au blocus par Moscou des ports ukrainiens vitaux.

Après s’être rendu en Égypte ce week-end, Lavrov rencontrera les dirigeants congolais en personne lundi avant de se rendre en Ouganda et en Éthiopie. Tous ces pays dépendent fortement des importations de blé de Russie et d’Ukraine.
L’Egypte est le plus grand importateur de blé au monde, et elle dépend de l’Ukraine et de la Russie pour un approvisionnement permettant de nourrir une population de 100 millions d’habitants.

L’Ukraine et la Russie ont convenu vendredi d’un accord qui permettrait la reprise des exportations de céréales depuis les ports ukrainiens de la mer Noire, une percée diplomatique majeure visant à atténuer une crise alimentaire mondiale déclenchée par la guerre.

Cependant, l’attaque de la Russie contre un port ukrainien clé un jour plus tard a laissé l’accord en suspens.
Dimanche, le chef de la diplomatie moscovite a rencontré le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shukri. Au cours de cette réunion, Lavrov a blâmé l’Ukraine pour la stagnation des négociations sur « l’éventail plus large de questions ».
Les prix alimentaires mondiaux ont augmenté de 17 % depuis janvier, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Lavrov a déclaré lors des entretiens avec son homologue égyptien que l’accord de libération des ports ukrainiens se poursuivrait.
« Il sera garanti que les Ukrainiens dégageront leurs eaux territoriales et permettront aux navires de partir de là, et lors de leur passage en haute mer, la Russie et la Turquie assureront leur sécurité avec leurs forces navales militaires », a déclaré Lavrov.

« L’arsenal de la terreur »
La Russie a été accusée d’utiliser la nourriture comme arme de guerre et la chef de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré la semaine dernière que la nourriture faisait désormais partie de « l’arsenal de la terreur » du Kremlin.
« Il s’agit d’un siège froid, impitoyable et calculé de la part de Poutine contre certains des pays et des personnes les plus vulnérables au monde … et nous ne pouvons pas le tolérer », a déclaré von der Leyen aux législateurs européens.

Lavrov a cependant tenu à détourner Moscou de la responsabilité des pénuries, accusant plutôt l’Occident dans une lettre écrite vendredi pour les journaux des pays africains et publiée par le ministère russe des Affaires étrangères avant son départ.

« La propagande occidentale et ukrainienne qui accuse la Russie de prétendument ‘exporter la faim’ est totalement infondée », a écrit Lavrov, les qualifiant de tentative de transfert de responsabilité.

Au lieu de cela, il a affirmé que « l’Occident collectif » avait monopolisé les flux de produits de base et d’approvisionnement pendant la pandémie de Covid-19, aggravant la situation des importations alimentaires dans les pays en développement, qui a été encore exacerbée par les sanctions imposées à la Russie.

Mais c’est en Afrique que les pénuries alimentaires se font sentir. Les Nations Unies ont averti que jusqu’à 49 millions de personnes pourraient être poussées dans la famine ou dans des conditions proches de la famine en raison de l’impact dévastateur de la guerre d’Ukraine sur l’approvisionnement et les prix alimentaires mondiaux,

L’Érythrée a acheté toutes ses importations de blé d’Ukraine et de Russie en 2021, selon un rapport de juin 2022 de la FAO. Et la Somalie, un pays qui souffre déjà d’une sécheresse extrême, a connu une augmentation des cas de malnutrition et au moins un doublement des prix du blé.

La plupart des pays africains n’ont pas condamné l’invasion russe de l’Ukraine, car ils ont cherché à maintenir l’équilibre dans leurs relations avec Moscou et les pays occidentaux.

C’est une position que la Russie tient à protéger et Lavrov profite de ce voyage pour mettre en lumière les relations « de longue date » de Moscou avec le continent africain et souligne également que la Russie n’est pas « souillée par les crimes sanglants du colonialisme ».

Dans la lettre, il a salué la « position équilibrée » prise par les nations africaines sur ce qu’il a appelé les « événements en Ukraine et autour », louant ses « amis » pour ne pas avoir adhéré aux sanctions anti-russes malgré « des pressions extérieures d’une ampleur sans précédent ».

« La Russie continuera de remplir de bonne foi ses obligations conformément aux contrats internationaux en termes d’exportations de denrées alimentaires, d’engrais, d’énergie et d’autres biens vitaux pour l’Afrique. La Russie prend toutes les mesures pour y parvenir », a-t-il écrit dans l’article intitulé « La Russie et l’Afrique : un partenariat avec une vision d’avenir. »

La lettre a été rédigée vendredi pour le journal égyptien Al-Ahram, le journal congolais Les Dépêches de Brazzaville, le journal ougandais New Vision et le journal éthiopien Ethiopia Herald.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles