25 C
France
lundi, décembre 5, 2022

s'abonner

L’Allemagne licencie le chef de la cybersécurité « à cause des liens avec la Russie »

Le chef allemand de la cybersécurité a été licencié après des allégations de proximité excessive avec la Russie par le biais d’une association qu’il a contribué à créer.

Arne Schönbohm dirigeait l’Autorité fédérale de la cybersécurité (BSI) – chargée de protéger les communications gouvernementales – depuis 2016.

Des médias allemands l’ont accusé d’avoir eu des liens avec des personnes impliquées dans les services de renseignement russes.

Le ministère de l’Intérieur enquête sur les allégations portées contre lui.

Mais il a confirmé qu’il avait été licencié avec effet immédiat.

M. Schönbohm avait fait l’objet d’un examen minutieux après que ses liens potentiels avec une entreprise russe par le biais d’un rôle précédent aient été mis en évidence par Jan Böhmermann, l’animateur de l’une des émissions de télévision de fin de soirée les plus populaires d’Allemagne.

Avant de diriger le BSI, M. Schönbohm avait contribué à la création et à la gestion du Cyber ​​Security Council Germany, une association privée qui conseille les entreprises et les décideurs politiques sur les questions de cybersécurité.

Il aurait entretenu des liens étroits avec l’association et aurait assisté aux célébrations de leur 10e anniversaire en septembre.

L’un des membres de l’association était une société de cybersécurité appelée Protelion, qui était une filiale d’une entreprise russe qui aurait été créée par un ancien membre du KGB honoré par le président Vladimir Poutine.

Protelion a été expulsé de l’association le week-end dernier, et le Cyber ​​Security Council Germany affirme que les allégations de liens avec les services de renseignement russes sont fausses.

Un porte-parole du ministre de l’Intérieur Nancy Faeser a semblé confirmer que le limogeage de M. Schönbohm était venu en réponse aux récents rapports, déclarant: « Le contexte de cela n’est pas le moindre des allégations révélées et largement discutées dans les médias. »

Le porte-parole a ajouté: « La confiance publique nécessaire dans la neutralité et l’impartialité de sa direction en tant que président de la plus importante agence allemande de cybersécurité a été endommagée. »

Mais ils ont souligné que le chef de la sécurité serait « présumé innocent » pendant qu’une enquête sur les allégations était menée.

Le média allemand Der Spiegel avait rapporté plus tôt que M. Schönbohm avait demandé l’ouverture d’une procédure disciplinaire formelle contre lui, après n’avoir reçu aucun « retour » du gouvernement après les accusations initiales.

Il a dit qu’il ne savait pas encore « ce que le ministère a examiné et à quoi ressemblent les allégations concrètes à mon encontre ».

Berlin serait de plus en plus préoccupée par le fait que ses infrastructures critiques pourraient être ciblées par les services de renseignement russes alors qu’elle intensifie son soutien à l’Ukraine.

La semaine dernière, le ministère de la Défense a annoncé son intention de livrer quatre systèmes de défense anti-aérienne à Kyiv. Une seule unité IRIS-T serait capable de défendre une ville entière contre les assauts aériens.

Related Articles

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles