28 C
France
mercredi, décembre 7, 2022

s'abonner

L’Allemagne se plaint à l’Égypte d’avoir espionné la COP27 : rapport

L’Allemagne a déposé une plainte auprès du gouvernement égyptien pour surveillance indésirable par des responsables de la sécurité lors de la COP27 Conférence mondiale sur le climat, a rapporté dimanche l’agence de presse allemande (DPA).

Le personnel de sécurité égyptien aurait surveillé et filmé les événements organisés au pavillon allemand à l’intérieur du lieu du sommet dans la station balnéaire de Charm el-Cheikh sur la mer Rouge.

DPA a déclaré que l’ambassade a demandé aux autorités égyptiennes d’arrêter l’activité de surveillance.

« Nous attendons de tous les participants à la conférence des Nations unies sur le climat qu’ils soient capables de travailler et de négocier dans des conditions sûres », a déclaré le ministère allemand des Affaires étrangères dans un communiqué. « Ce n’est pas seulement vrai pour les Allemands mais pour toutes les délégations, ainsi que les représentants de la société civile et les médias. »

L’Allemagne a organisé des événements sur les droits de l’homme

En plus de mettre en évidence la crise climatique, la zone de conférence allemande a accueilli des événements axés sur la situation des droits de l’homme en Égypte.

Human Rights Watch et Amnesty International font partie des participants, ainsi que la militante égyptienne Sanaa Saif, une monteuse de films qui a purgé des peines de prison en Égypte.

Parfois, de vives critiques à l’égard de l’Égypte ont été exprimées.

DPA a déclaré que des responsables égyptiens sont arrivés dans la zone allemande, ont pris des photos et des vidéos et ont interrompu les débats par de longues interventions à au moins deux reprises.

Alors que les tensions ont augmenté, il n’y a pas eu d’incidents violents.

L’Egypte rejette l’accusation d’espionnage

Des sources de sécurité égyptiennes ont rejeté les accusations, déclarant à DPA que la sécurité des séminaires et des activités à l’étranger était une tâche de l’équipe des Nations Unies à la COP27.

Leur rôle en tant qu’Égyptiens se limitait à la sécurité à l’extérieur des halls et dans la ville, ont-ils déclaré.

Cependant, des participants d’autres pays ont déclaré à DPA que le personnel égyptien avait insisté pour être présent lors des séances à huis clos.

« Il est très évident que les autorités égyptiennes surveillent les activités de défense des droits humains », a déclaré Hossam Bahgat, fondateur de l’organisation égyptienne de défense des droits humains EIPR, à la DPA.

« La seule raison pour laquelle ils n’ont pas encore utilisé la violence physique est que nous sommes dans une zone contrôlée par l’ONU », a ajouté Bahgat.

L’ONU a admis que certains agents de sécurité appartenaient à la police nationale et a déclaré qu’elle enquêtait sur les plaintes.

Des sources de la délégation allemande ont déclaré à DPA qu’elles avaient averti les orateurs des risques de sécurité potentiels qui pourraient découler de leurs apparitions à la conférence.

L’Égypte a également déployé des agents de sécurité en civil pour des manifestations climatiques près du site du sommet.

Le bilan de l’Égypte en matière de droits condamné

La liberté d’expression et la liberté de réunion restent massivement restreintes en Égypte, le gouvernement du président Abdel Fattah al-Sisi étant accusé de maintenir une poigne de fer sur le pays.

Des milliers de personnes, dont des militants des droits humains, des journalistes, des étudiants, des politiciens de l’opposition, des hommes d’affaires et des manifestants pacifiques ont été arbitrairement détenues.

Beaucoup sont soumis à des procès inéquitables et à des mauvais traitements ou à la torture. Certains sont morts dans des conditions carcérales déplorables.

Ni HRW ni Amnesty n’ont de bureaux en Égypte et le blocage du site Web de HRW, en place depuis des années, n’a été levé qu’il y a quelques jours.

Les militants des droits de l’homme craignent que la suppression des voix critiques ne revienne dès la clôture de la conférence la semaine prochaine.

Lors d’une visite en début de semaine, le chancelier allemand Olaf Scholz a appelé à la libération d’Alaa Abdel Fattah, un militant égypto-britannique qui a purgé de longues peines de prison et qui est actuellement en grève de la faim en prison.

Source:

  1. https://www.dw.com/en/
  2. Getty images

Related Articles

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles