Le Népal pleure après l’accident d’avion mortel, recherche des CV manquants

0
24
Nepali students studying in Bangladesh hold a candlelight vigil at Raju Memorial Monument at Dhaka University in memory of Kathmandu plane crash victims. Cross section of people and Nepali students studying in Dhaka, Bangladesh on 13 March 2018 took part in candlelight vigils at Raju Memorial Monument at Dhaka University in memory of the plane crash victims in Kathmandu, the day after the deadly crash of a US-Bangla Airlines plane at the Tribhuvan International Airport. At least 51 people were killed and 22 injured when a Bangladeshi plane crashed and burst into flames near Kathmandu airport on Monday, in the worst aviation disaster to hit Nepal in years. There were 71 people on board the US-Bangla Airlines plane from Dhaka when it crashed into a field near the airport. (Photo by Sony Ramany/NurPhoto via Getty Images)

Les sauveteurs au Népal ont repris la recherche de quatre personnes toujours portées disparues après l’accident d’avion le plus meurtrier de la nation himalayenne en 30 ans, alors que la nation himalayenne observe une journée de deuil.

Les sauveteurs ont récupéré 68 corps sur les 72 personnes à bord de l’avion ATR 72 exploité par Yeti Airlines qui s’est écrasé dans la ville touristique de Pokhara quelques minutes avant d’atterrir dimanche par temps clair.

L’avion, sur un vol régulier de 27 minutes de Katmandou à Pokhara, porte d’entrée de la pittoresque chaîne de montagnes de l’Annapurna, transportait 57 Népalais, cinq Indiens, quatre Russes, deux Sud-Coréens et une personne chacun d’Argentine, d’Irlande, d’Australie et de France. .

Le responsable de la police de Pokhara, Ajay KC, a déclaré que l’opération de recherche et de sauvetage, qui s’était arrêtée dimanche à cause de l’obscurité, avait repris.

« Nous allons retirer les cinq corps de la gorge et rechercher les quatre autres qui sont toujours portés disparus », a-t-il déclaré lundi à l’agence de presse Reuters.

Les 63 autres corps avaient été envoyés à l’hôpital, a-t-il dit. Les autorités ont déclaré que les corps seront remis aux familles après identification et examen.

Au moins un témoin a rapporté avoir entendu des appels à l’aide à l’intérieur de l’épave enflammée, selon un rapport de l’Associated Press.

Le résident local Bishnu Tiwari, qui s’est précipité sur le site de l’accident près de la rivière Seti pour aider à la recherche de corps, a déclaré que les efforts de sauvetage avaient été entravés par une épaisse fumée et un incendie qui faisait rage.

« Les flammes étaient si chaudes que nous ne pouvions pas nous approcher de l’épave. J’ai entendu un homme crier à l’aide, mais à cause des flammes et de la fumée, nous n’avons pas pu l’aider », a déclaré Tiwari.

Les sauveteurs recherchaient également les boîtes noires – un enregistreur de voix dans le cockpit et un enregistreur de données de vol – alors qu’ils cherchaient des survivants, a déclaré Jagannath Niroula, porte-parole de l’autorité de l’aviation civile du Népal.

On ne sait pas immédiatement ce qui a causé l’accident, a indiqué l’autorité. Le nouvel aéroport international de Pokhara a commencé ses opérations il y a seulement deux semaines.

Le Premier ministre Pushpa Kamal Dahal s’est précipité à l’aéroport après l’accident. Il a également annoncé la mise en place d’une commission chargée d’enquêter sur la catastrophe et de proposer des mesures pour éviter de tels incidents à l’avenir.

Près de 350 personnes sont mortes depuis 2000 dans des accidents d’avion ou d’hélicoptère au Népal, qui abrite huit des 14 plus hautes montagnes du monde, dont l’Everest, où des changements climatiques soudains peuvent créer des conditions dangereuses.

Selon la base de données sur la sécurité aérienne de la Flight Safety Foundation, il y a eu 42 accidents d’avion mortels au Népal depuis 1946.

L’accident de dimanche est le plus meurtrier au Népal depuis 1992, lorsque les 167 personnes à bord d’un avion de Pakistan International Airlines ont été tuées lorsqu’il a percuté une colline alors qu’il tentait d’atterrir à Katmandou.

L’Union européenne a interdit aux compagnies aériennes népalaises de voler dans le bloc des 27 nations depuis 2013, invoquant des normes de sécurité faibles, selon le rapport de l’AP.

En 2017, l’Organisation de l’aviation civile internationale a cité des améliorations dans le secteur de l’aviation au Népal, mais l’UE continue d’exiger des réformes administratives.

 

Source:

  • https://www.aljazeera.com/
  • https://www.gettyimages.com/