Le vote des seniors, l’arbitre du duel Emmanuel Macron – Marine Le Pen ?

0
168

Emmanuel Macron, qualifié au second tour de l’élection présidentielle face à Marine Le Pen, l’a battu de plus de quatre points, sur la base d’un vote de plus de 60.

S’il arrive en tête avec 27,8 % des suffrages au scrutin du premier tour, Emmanuel Macron le doit surtout aux seniors. Selon un sondage Ipsos, Marine Le Pen a obtenu ses meilleurs scores au premier tour dans les catégories d’âge 35-49 ans et 50-59 ans, tandis que Jean-Luc Mélenchon l’a emporté, 18-24 ans et 25-34 ans. Les résultats ont choqué de nombreux observateurs anglophones, surpris de voir le candidat d’extrême droite prendre la deuxième place et remplacer Emmanuel Macron parmi les groupes les plus jeunes.

A une semaine du second tour, France 24 a interrogé Mathieu Gaillard, chargé de clientèle chez Ipsos, sur la manière dont ce facteur démographique pourrait influer sur le résultat du scrutin, bien plus dur que prévu le duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen en 2017 (66,1% contre 33,9). %).

Nostress Media Ltd

Selon Matthew Gallard, la belle présence du président sortant chez les retraités ne fera que s’accroître au second tour, ce qui lui laisse une bonne chance de dépasser Marine Le Pen sur le terrain des jeunes électeurs. En revanche, il risque d’avoir plus de mal à établir une solide avance auprès des électeurs âgés de 35 à 59 ans

Matthew Gallard : La question du pouvoir d’achat est primordiale pour l’électorat français, et c’est de loin l’élément le plus important que les répondants nous ont donné pour interpréter leur vote : 58% des Français ont répondu que c’était le plus important, suivi par 27 Immigration avec %. Viennent ensuite les 26% sur le système de santé et l’environnement.

On voit donc que le choix a été très polarisé sur cette question du pouvoir d’achat. Un thème que Marine Le Pen a gardé au centre de sa campagne, contrairement à la précédente en 2017, où le message dominant à l’époque portait davantage sur les questions liées à l’immigration et à la sécurité.

Les électeurs de la tranche d’âge des 35 à 60 ans sont plus préoccupés par le pouvoir d’achat. Parmi cette partie de l’électorat français, environ 65 à 70 % ont déclaré que la question était le principal facteur déterminant leur choix lors des élections. Cela s’explique tout simplement par le fait que ces personnes sont actives sur le marché du travail – elles travaillent ou recherchent un emploi. Ils sont confrontés à de nombreuses difficultés, notamment compte tenu de la forte hausse des prix du carburant. Cela a un impact énorme sur leur budget, car bien sûr, dans de nombreux cas, les gens doivent se rendre au travail en voiture – et de nombreux Français doivent parcourir de très longues distances.

Globalement, les moins de 60 ans sont plus préoccupés par le pouvoir d’achat ; Des questions comme l’immigration viennent ensuite. Et sa position sur ces questions était de déterminer si les électeurs anti-Macron soutenaient Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon.

Le choix des électeurs entre ces deux candidats était également lié à leur diplôme universitaire. En fait, si vous voulez savoir si l’électeur moyen a choisi Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon, il est bon de regarder leur niveau d’études après l’obtention de leur diplôme.

Concernant les moins de 35 ans, aucune tranche d’âge n’est homogène et, même chez les jeunes, certains électeurs s’opposent aux conservateurs sur les questions d’immigration et de culture, alors qu’en France les jeunes sont généralement socialement libéraux.

Cependant, la principale raison d’attirer les jeunes électeurs vers Marine Le Pen est d’ordre socio-économique. Pour la plupart, ce sont des jeunes qui vivent loin des grandes villes françaises, dans des quartiers qui ne se portent pas très bien financièrement, et qui se sont peut-être sentis plus proches du candidat d’extrême droite que Jean-Luc Mélenchon. , dont la base électorale est majoritairement urbaine.

Pourquoi Emmanuel Macron a été plus populaire auprès des électeurs de 60 ans et plus – et surtout de 70 ans et plus – que ses deux principaux rivaux du premier tour,

Ce n’est pas une surprise, car les élections que nous avons menées pour le second tour en 2017 montraient déjà qu’Emmanuel Macron recueillait 78% des suffrages parmi les personnes âgées de 70 ans. Déjà à cette époque, c’était une écrasante majorité.

Certes, au début de son mandat, certaines de ses mesures n’étaient pas très bien accueillies par les retraités. Mais les différentes crises auxquelles Emmanuel Macron a dû faire face – du gilet jaune à la gestion du Covid-19 en passant par la guerre en Ukraine – ont par la suite cimenté sa stature aux yeux de cette frange de l’électorat. De plus, traditionnellement, ces tranches d’âge favorisent généralement le président sortant.

Historiquement, il n’est donc pas étonnant que cela se reproduise, et dans le cas d’Emmanuel Macron cela semble étroitement lié aux crises auxquelles il a été confronté. Les électeurs plus âgés les considèrent généralement comme de bons élèves et sont plus susceptibles de le penser que l’électeur moyen.

Il y a une partie des électeurs qui ne veulent pas prendre de risque et donc qui se dit : Emmanuel Macron a assez bien géré les choses, gardons-le encore cinq ans.

Comment pensez-vous que l’âge dynamique, que nous avons vu au premier tour, changera-t-il au second tour ? ,

Je pense que nous verrons les mêmes tendances qu’il y a cinq ans. Lors de la dernière élection présidentielle, on a vu une courbe en « U » en termes de vote selon l’âge. Les électeurs de moins de 35 ans ont voté pour Emmanuel Macron avec 66% des voix, une écrasante majorité. Des personnes un peu plus âgées – âgées de 35 à 49 ans – l’ont également soutenu, mais seulement à 57 %. En ce qui concerne les personnes de 70 ans et plus, il a voté pour Emmanuel Macron à 78 %. Je ne serais pas surpris de voir une courbe similaire le 24 avril.

Néanmoins, il est maintenant très clair que le résultat sera beaucoup plus difficile qu’il ne l’était il y a cinq ans, alors peut-être que la cinquantaine sera beaucoup plus proche entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Il ne serait pas surprenant que les deux candidats se retrouvent au coude à coude dans la tranche d’âge des 35-49 ans.

Nostress Media Ltd