Le 27 juillet 1890, le peintre hollandais Vincent van Gogh s’est suicidé avec un revolver de 7 mm à Auvers-sur-Oise, un village à moins d’une heure au nord de Paris. Il est décédé deux jours plus tard, à l’âge de 37 ans. Van Gogh était arrivé à Auvers une dizaine de semaines plus tôt après deux ans dans le sud de la France, où une dépression nerveuse avait entraîné un long séjour dans un asile. Van Gogh espérait que son nouvel environnement restaurerait sa frêle psyché, en vain. Mais ses dernières années douloureuses et ses derniers jours le verraient également créer une grande partie de l’art qui a fait de lui une légende.

Van Gogh et son frère étaient dévoués l’un à l’autre
Né en mars 1853, van Gogh était l’aîné des cinq enfants survivants nés d’Anna et de Theodorus, un pasteur protestant. Il a eu un début de carrière itinérant, travaillant pour un marchand d’art aux Pays-Bas et à Londres, en tant que missionnaire dans une communauté pauvre en Belgique et envisageant brièvement (mais sérieusement) de devenir lui-même ministre.

Tout au long de sa vie, van Gogh a connu des périodes d’isolement psychologique et physique, d’instabilité et de dépression. Il souffrait souvent de malnutrition et de mauvaise santé, et il a subi une série de relations amoureuses contrecarrées avec des femmes. Ce n’est qu’à la fin de la vingtaine qu’il se tourne pleinement vers l’art, encouragé en partie par son jeune frère Théo, un marchand d’art basé à Paris. Les deux étaient dévoués l’un à l’autre. Theo a apporté un soutien émotionnel et financier à Vincent, et les frères ont échangé des centaines de lettres.

Van Gogh a déménagé à Paris en 1886. Theo a eu peu de succès dans la commercialisation du travail de son frère (van Gogh n’a vendu qu’un seul tableau de son vivant), mais il a fait découvrir à Vincent la scène artistique française d’avant-garde florissante, notamment les peintres Georges Seurat, Camille Pissarro et Paul Gauguin. Van Gogh et Gauguin sont devenus des amis proches. Lorsque van Gogh décida de s’installer à Arles en février 1888, il espérait inciter Gaugin et d’autres à se joindre à lui pour y établir une colonie d’artistes.

Vincent van Gogh's The Starry Night

Il s’est coupé le lobe de l’oreille gauche après une bagarre avec un autre artiste
Le paysage et la lumière unique du sud de la France ont libéré la créativité de van Gogh, et ses peintures et sa palette ont pris de nouvelles profondeurs de couleurs et d’émotions. Il a travaillé rapidement et constamment, produisant 300 peintures à l’huile, dessins et aquarelles. Il a loué des chambres dans un immeuble local, la Maison Jaune, l’utilisant comme studio pendant plusieurs mois alors qu’il vivait dans une série d’auberges à proximité. Il a peint des portraits de ses propriétaires, de ses connaissances et des habitants de la ville, qui le considéraient comme talentueux, mais volatile, nerveux et inhabituel.

En octobre 1888, Gauguin arrive enfin à Arles. Les deux artistes ont vécu et travaillé ensemble à la Maison Jaune, mais leurs tempéraments différents se sont affrontés et l’amitié s’est vite détériorée. L’arrogance et la personnalité dominatrice de Gaugin ont perturbé van Gogh, favorisant un profond sentiment d’inadéquation et une peur de l’abandon.

Les choses ont atteint leur paroxysme le 23 décembre. Gaugin prétendra plus tard que van Gogh l’a attaqué avec un couteau. Mais ce qui est certain, c’est que van Gogh a violemment tourné le couteau contre lui, lui coupant le lobe de l’oreille gauche. Il a enveloppé l’oreille ensanglantée dans du papier et l’a livrée à une femme dans un bordel local, avant de s’évanouir dans sa chambre. Lorsqu’il a été découvert le lendemain, il n’avait aucun souvenir de son automutilation, probablement le signe d’une dépression psychotique complète. Gauguin a rapidement fui Arles, et les deux hommes ne se sont plus jamais revus. Van Gogh a ensuite capturé les conséquences de l’événement dans une série d’autoportraits avec son oreille bandée.

Van Gogh a passé les mois suivants dans et hors des hôpitaux, alors que son état s’aggravait. De nombreux Arlésiens se sont retournés contre lui. Certains l’appelaient « le fou roux » (le fou roux), et des dizaines ont signé une pétition exigeant qu’il soit contraint de quitter la ville.

 

Van Gogh s’est enregistré dans un asile
En mai 1889, van Gogh entra volontairement à l’asile Saint-Paul de la ville voisine de Saint-Rémy. Plus d’un siècle après sa mort, scientifiques et historiens continuent de débattre de la cause de son instabilité mentale. Le diagnostic le plus largement accepté est celui de trouble bipolaire, étant donné ses accès d’énergie et de créativité « maniaques » suivis de longues dépressions débilitantes. Félix Ray, le médecin de van Gogh à Arles, lui a diagnostiqué une épilepsie, bien que cela ait été rejeté par de nombreux chercheurs modernes, tout comme une autre théorie selon laquelle il souffrait de porphyrie avancée.

Van Gogh a d’abord été autorisé à travailler à l’extérieur de l’asile sous surveillance, et son état s’est brièvement amélioré, avant de s’aggraver. Incapable de visiter ses paysages bien-aimés, il en est réduit à peindre de mémoire ou à représenter son environnement immédiat. Malgré ces limitations, il a produit des œuvres remarquables au cours de cette période, dont le légendaire « La nuit étoilée », qui montre la vue depuis la fenêtre de son asile.

Vincent van Gogh's Wheatfield With Crows

Se sentant seul et isolé, van Gogh s’est suicidé
De plus en plus découragé et fataliste quant à ses chances de guérison à Saint-Rémy, van Gogh se démobilise en mai 1890. Désireux de se rapprocher de Theo et désespéré d’un nouveau départ, il s’installe vers le nord. Il s’installe dans le village d’Auvers-sur-Oise, prenant une chambre à l’Auberge Ravoux. Il a également commencé à voir le Dr Paul Gachet, qui avait auparavant traité Camille Pisarro, Auguste Renoir et d’autres. Gachet, spécialisé dans les troubles nerveux et la médecine naturelle, était lui-même un artiste amateur, et Théo espérait que sa nature sensible serait bénéfique à Vincent. Au cours du siècle qui a suivi, beaucoup ont critiqué le traitement non conventionnel de Van Gogh par Gachet, mais les deux hommes ont rapidement développé des liens étroits.

La production de Van Gogh au cours de ses 10 semaines à Auvers a été époustouflante. Il a peut-être réalisé 70 œuvres en autant de jours, car il s’est à nouveau inspiré de son nouvel environnement. Mais une grande partie de son travail de cette dernière période est également sauvage et dramatique, car l’intensité brillante – et l’instabilité – à l’intérieur se déversent sur ses toiles. L’une de ses dernières peintures, « Wheatfield With Crows », représente un champ isolé et balayé par le vent et une volée de corbeaux – les oiseaux sont souvent utilisés pour représenter la mort et la renaissance.

 

Van Gogh a écrit ouvertement à Theo et à d’autres sur sa solitude et son isolement, bien qu’il ait également exprimé l’espoir d’un rétablissement mental et d’un succès artistique et financier. Son travail était de plus en plus exposé à Paris et ailleurs en Europe, alors que sa réputation grandissait lentement. Mais il a également ignoré une grande partie des conseils du Dr Gachet, continuant à fumer et à boire sans cesse. Son humeur s’est détériorée lorsqu’il a appris que Théo, déjà sous la contrainte en raison de son soutien financier à son frère, avait subi un revers dans son travail.

Les historiens ne savent pas s’il y a eu une dernière impulsion au suicide de van Gogh, mais le 27 juillet, il s’est probablement rendu dans un champ ou une grange à proximité et s’est suicidé. La balle a raté ses organes vitaux mais s’est logée si profondément dans son corps que les médecins n’ont pas pu la retirer. Van Gogh a pu marcher jusqu’à l’Auberge Ravoux, où un aubergiste l’a trouvé. Le Dr Gachet et d’autres ont été convoqués. Theo est bientôt arrivé et était avec van Gogh lorsqu’il est décédé d’une infection le 29 juillet.

Theo n’a jamais récupéré la mort de son frère et est décédé quelques mois plus tard. Son corps a ensuite été réinhumé aux côtés de son frère bien-aimé au cimetière municipal d’Auvers. Dans les décennies qui ont suivi la mort des frères, c’est la veuve de Theo, Johanna, qui a travaillé sans relâche pour promouvoir à titre posthume le travail de van Gogh, contribuant finalement à faire de lui l’un des peintres les plus célèbres et les plus respectés de l’histoire.

Commentez via Facebook