Les Palestiniens pleurent la journaliste d’Al Jazeera assassinée et blâment Israël

0
94

Des milliers de personnes se sont rassemblées jeudi pour pleurer une journaliste d’Al Jazeera dans la ville occupée de Ramallah, en Cisjordanie, alors que le chef de l’Autorité palestinienne accusait Israël de sa mort et rejetait les appels israéliens à une enquête conjointe.

Shireen Abu Akleh, une journaliste américano-palestinienne qui a couvert le conflit du Proche-Orient pendant plus de 25 ans, a été abattue mercredi lors d’un raid militaire israélien dans la ville cisjordanienne de Jénine. Les journalistes qui l’accompagnaient, dont un qui a été blessé par balle, ont déclaré que les forces israéliennes avaient tiré sur eux alors qu’ils étaient clairement identifiables comme reporters.

Israël dit qu’il enquête sur l’incident. Il a d’abord suggéré qu’elle aurait pu être abattue par des militants palestiniens, sans fournir de preuves, mais a depuis fait marche arrière. Israël appelle à une enquête conjointe avec l’Autorité palestinienne, qui administre des parties de la Cisjordanie et coopère avec elle en matière de sécurité.

Palestinian President Mahmoud Abbas lays a wreath of flowers on the body of slain Al Jazeera journalist Shireen Abu Akleh, who was shot dead Wednesday during an Israeli military raid in the West Bank city of Jenin, during an official ceremony at the Palestinian Authority headquarters in Ramallah, Thursday, May 12, 2022. Thousands gathered to mourn Abu Akleh in the occupied West Bank city of Ramallah on Thursday, as the head of the Palestinian Authority blamed Israel for her death and rejected Israeli calls for a joint investigation. (AP Photo/Nasser Nasser)

Le président palestinien Mahmoud Abbas a rejeté cette proposition avec colère, affirmant que « nous tenons les autorités d’occupation israéliennes entièrement responsables de son assassinat ».

« Ils ne peuvent pas cacher la vérité avec ce crime », a déclaré Abbas dans un discours alors que son corps gisait en état avec un drapeau palestinien drapé dessus dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, où se trouve le siège de l’Autorité palestinienne.

La CPI a ouvert une enquête sur d’éventuels crimes de guerre israéliens il y a plus d’un an. Israël a rejeté cette enquête comme étant biaisée contre elle.

Hussein al-Sheikh, un haut responsable d’Abbas, a déclaré que les Palestiniens mèneraient leur propre enquête indépendante et transmettraient les résultats « avec une grande transparence ». Il a rejeté une demande israélienne de mener sa propre analyse balistique sur la balle.

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a accusé les Palestiniens de refuser à Israël « l’accès aux conclusions de base nécessaires pour parvenir à la vérité ». Il a appelé l’Autorité palestinienne à ne prendre « aucune mesure pour perturber l’enquête ou contaminer le processus d’enquête ».

Abu Akleh a été tué alors qu’il couvrait un raid militaire israélien à Jénine, qui est devenu un bastion militant ces dernières semaines alors que les Palestiniens ont mené une série d’attaques meurtrières et qu’Israël a lancé des raids militaires à travers la Cisjordanie occupée.

Al Jazeera, basée au Qatar, a accusé Israël de l’avoir délibérément tuée et a promis d’intenter une action en justice. Les journalistes qui l’accompagnaient ont déclaré qu’il n’y avait pas de militants palestiniens dans la région.

Les responsables israéliens ont d’abord suggéré qu’Abou Akleh avait été touché par des tirs de militants et ont publié une vidéo montrant des hommes armés tirant sur les forces israéliennes dans une ruelle étroite à l’intérieur du camp de réfugiés de Jénine. Plus tard, ils ont fait marche arrière après qu’un groupe israélien de défense des droits de l’homme a publié sa propre vidéo montrant que le site de la fusillade était à plusieurs centaines de mètres de l’endroit où Abu Akleh a été tué.

Sa mort a été accueillie par une vague de chagrin à travers le monde arabe. L’homme de 51 ans était bien connu en tant que correspondant à l’antenne vétéran de la chaîne de langue arabe Al Jazeera. Son reportage a mis en lumière les dures réalités du régime militaire israélien, qui est bien dans sa sixième décennie sans fin en vue. Elle était également citoyenne américaine.

Son corps devait être transporté à Jérusalem, où elle est née, pour y être enterré vendredi.

Le meurtre a suscité une condamnation internationale et de nombreux appels à rendre des comptes. Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Gutteres, a appelé à une « enquête indépendante et transparente » pour garantir que les responsables soient tenus responsables.

Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a promis mercredi une telle enquête, affirmant qu’il était en contact avec des responsables américains et palestiniens et espérait une coopération entre Israël et les Palestiniens.

« Nous essayons de comprendre exactement ce qui s’est passé », a-t-il déclaré. « Je n’ai pas de conclusions définitives. »

Interrogée sur l’enquête et sur l’offre d’Israël aux Palestiniens de participer, la secrétaire de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré jeudi que les responsables américains « se tiennent prêts à aider l’une ou l’autre des parties de toutes les manières possibles ».

« Aucune des parties n’a demandé notre aide pour le moment et une telle demande serait nécessaire pour que nous puissions le faire », a-t-elle déclaré.

La mort d’Abou Akleh pourrait entraîner un nouvel examen minutieux du système de justice militaire israélien, qui est examiné dans le cadre de l’enquête de la CPI. Il menaçait également de tendre davantage les relations souvent houleuses entre l’armée et les médias internationaux.

Les groupes de défense des droits disent qu’Israël donne rarement suite aux enquêtes sur les rencontres meurtrières avec des Palestiniens, et que lorsqu’il le fait, il prononce souvent des peines clémentes.

Sa mort survient au milieu d’une vague de Violence israélo-palestinienne alimentée par les tensions sur un lieu saint clé de Jérusalem.

Au moins 18 personnes ont été tuées dans des attaques palestiniennes ces dernières semaines, ainsi que plus de 30 Palestiniens, la plupart impliqués dans des attaques ou des affrontements avec les forces israéliennes. Parmi les Palestiniens tués se trouvaient une femme non armée et au moins deux passants apparents, alimentant les critiques selon lesquelles Israël utilise souvent une force excessive.