Les parents d’étudiants mexicains portés disparus dénoncent les faux pas du gouvernement

0
42

Les parents de 43 élèves portés disparus en 2014 au Mexique ont appelé le président Andres Manuel Lopez Obrador à tenir parole lundi alors que des milliers de personnes les ont rejoints dans un défilé, critiquant les bévues d’un gouvernement qui a promis de punir les responsables.

La manifestation dans les rues de la capitale a eu lieu à l’occasion du huitième anniversaire de la disparition des étudiants. Le mois dernier, les parents ont déclaré qu’ils avaient une lueur d’espoir dans l’affaire après l’arrestation de Jesus Murillo Karam, l’ancien procureur général du pays, dans le cadre de l’affaire.

Mais après que Murillo, qui reste emprisonné, ait obtenu une suspension temporaire de son procès, et après que près de deux douzaines de mandats d’arrêt contre d’autres suspects aient été annulés, les parents des élèves disent qu’ils ont l’impression qu’on se moque d’eux.

« Vraiment, on a l’impression qu’ils se moquent de nous », a déclaré Blanca Nava, mère d’un des étudiants disparus. « Monsieur le Président, nous voulons la vérité. »

Emiliano Navarrete, père d’un autre étudiant disparu, a déclaré : « Le gouvernement est fautif. Si le président a promis de s’occuper de cette affaire… c’était peut-être juste un coup de pub. C’était peut-être pour que les gens lui fassent confiance. »

En août, le plus haut responsable mexicain des droits de l’homme a présenté les conclusions d’une enquête sur l’incident, qui impliquait des élèves-enseignants de l’Ayotzinapa Rural Teachers College, et l’a qualifié de « crime d’État ».

Le rapport indique que l’enquête initiale sur l’incident menée par Murillo, surnommée la « vérité historique », a été truffée d’erreurs et que tous les niveaux de gouvernement ont été impliqués dans la disparition des garçons et une dissimulation ultérieure.

Les 43 étudiants étaient en route pour Mexico depuis l’État du Pacifique de Guerrero lorsqu’ils ont disparu. Seuls trois corps ont été retrouvés.

La semaine dernière, une version non expurgée du rapport d’août a été publiée dans le journal mexicain Reforma, nommant les responsables présumés impliqués et affirmant que les corps des étudiants kidnappés avaient été emmenés dans une base militaire.

Depuis lors, les manifestants, qui incluent des étudiants actuels à Ayotzinapa, ont pris un ton plus dur. La semaine dernière, des manifestants ont défoncé l’entrée d’une base militaire à Mexico avant de lancer des pierres et des cocktails Molotov sur des soldats.

« C’est une façon de faire pression sur eux, de leur dire que nous en avons marre de nous faire courir », a déclaré Alexander Salazar, étudiant et leader de la contestation à Ayotzinapa.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here