27 C
France
lundi, septembre 26, 2022

s'abonner

Les piscines publiques françaises forcées de fermer en raison de la flambée des coûts d’électricité

La société Vert-Marine, qui gère un réseau de 80 piscines publiques à travers la France, a déclaré avoir choisi d’en fermer 30 jusqu’à nouvel ordre car elles ne sont pas économiquement viables. La société a cité la hausse des coûts de l’électricité comme raison de ces fermetures.

Dans un communiqué, l’entreprise de 2.000 salariés basée en Normandie, explique que le prix du mégawatt/heure a été multiplié par 10 depuis janvier.

« Si cette augmentation était impactée sur le prix du ticket d’entrée, le prix devrait être multiplié par trois, et passer de 5 à 15 euros pour un habitant de la commune », précise l’entreprise dans un communiqué.

Le président français Emmanuel Macron a tenu la semaine dernière une réunion spéciale sur la défense avec les ministres du cabinet pour élaborer une stratégie pour faire face à la crise énergétique imminente provoquée par la guerre en Ukraine.

La Première ministre Elisabeth Borne a également rappelé la nécessité pour toutes les entreprises et tous les services publics de trouver des moyens d’économiser l’énergie avant l’hiver.

La France espère réduire sa consommation d’énergie de 10% d’ici 2024.

La France s’engage à maintenir les prix de l’électricité plafonnés alors que les coûts énergétiques de l’UE montent en flèche

Le directeur de Vert-Marine, Thierry Chaix, dit avoir choisi de prendre une mesure d’urgence pour susciter une réflexion afin de trouver une solution telle que « le rattachement des piscines au contrat des collectivités, qui reçoivent l’énergie moins cher que nous ».

« Il faut leur expliquer pourquoi il faut que ça s’arrête : le coût n’est plus acceptable et on ne peut plus le répercuter », a déclaré Chaix à France Info lundi, ajoutant que les éventuels abonnements souscrits avant la décision de fermeture seront remboursés.

Pendant ce temps, à Meudon, juste à l’ouest de Paris, des habitués expliquent pourquoi la fermeture de la piscine est un tel coup dur.

Gabriel vient nager une heure et demie chaque semaine pour soulager son épaule. « 25 longueurs me font beaucoup de bien : je suis très déçu de ne pas pouvoir m’entraîner. Et je pense qu’il y a beaucoup de gens comme moi. »

La piscine accueille en moyenne dix mille personnes par mois de tous âges.

« C’est assez fou de penser qu’on ferme des lieux publics », lance Alice, une étudiante, indiquant que la situation ne fera qu’empirer cet hiver.

« Ces fermetures impactent directement tous les enfants et adultes qui ne pourront pas apprendre à nager », a déclaré la Fédération française de natation (FFN) dans un communiqué, exigeant la réouverture « immédiate » des piscines.

Le syndicat de l’éducation physique SNEP a averti que les fermetures de piscines pendant la crise du coronavirus signifiaient qu’il y avait déjà « une génération de 800 000 élèves qui n’ont pas pu apprendre à nager en 2020 et 2021 ».

« Équilibrer les comptes des entreprises privées qui gèrent certaines piscines ne devrait pas passer avant l’intérêt public », a déclaré le SNEP, soulignant les « avantages éducatifs, de santé, de loisirs et de sécurité » de la natation.

Contestation judiciaire
Damien Texier, responsable technique de la piscine de Meudon, qui compte une quinzaine d’employés dit se sentir abandonné.

« Nous étions heureux que ce soit de nouveau l’accueil des écoliers, des clubs de plongée, etc. Mais nous nous retrouvons à temps partiel et nous ne savons pas combien de temps cela va durer », a déclaré Texier à France Info, ajoutant que ce n’est pas un secret que les piscines sont des « trous noirs » en matière de finances en raison des coûts de fonctionnement élevés pour chauffer l’eau, etc.

Downbeat Macron avertit la France de se préparer aux « sacrifices » à venir
« Nous n’avons pas les moyens. Nous ne pourrons pas combler le déficit de ce prestataire », a déclaré Francine Lucchini, adjointe au maire en charge des sports à Meudon.

Nous avons un contrat jusqu’en 2025 avec Vert-Marine, a-t-elle ajouté en indiquant que « le sujet de rompre ce contrat avant la fin est entre les mains de nos avocats. Nous nous défendrons bec et ongles pour [le bien de] notre population ».

Le vice-président de la grande agglomération de Limoges, Fabien Doucet, a également indiqué qu’il pourrait intenter une action en justice contre le centre Aquapolis de la Vert-Marine pour rupture de contrat, dénonçant une « prise d’otages d’usagers ».

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles