Les sécheresses liées au changement climatique ont considérablement augmenté depuis 2000, selon un rapport

0
88

Grâce en partie au changement climatique, le nombre et la fréquence des sécheresses sur la planète ont augmenté de 29% au cours des 22 dernières années, selon un rapport des Nations unies publié mercredi. En conséquence, environ un tiers de la population de la Terre, soit 2,3 milliards de personnes, est désormais confrontée au risque de pénurie d’eau.

« Les faits et les chiffres de cette publication pointent tous dans la même direction : une trajectoire ascendante de la durée des sécheresses et de la gravité des impacts, affectant non seulement les sociétés humaines mais aussi les systèmes écologiques dont dépend la survie de toute vie, y compris celle de notre propre espèce », a déclaré Ibrahim Thiaw, secrétaire exécutif de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD), dans un communiqué.

Des sécheresses comme celle qui sévit dans le sud-ouest américain, où des restrictions d’eau ont été imposées dans des États comme la Californie et l’Arizona et où les niveaux des réservoirs continuent de baisser à l’approche des mois d’été secs, se font sentir dans le monde entier. Une grave sécheresse dans la Corne de l’Afrique a mis en danger la vie de millions de personnes en Somalie. La combinaison de la sécheresse et d’un dôme de chaleur intense qui s’est attardé sur certaines parties du Pakistan et de l’Inde menace la récolte de blé actuelle et met des millions de vies supplémentaires en danger. Grâce à une série d’années de sécheresse, l’industrie agricole australienne a enregistré un déclin économique de 18 % entre 2002 et 2010, selon le rapport de l’ONU.

Les corps émaciés de cinq chèvres reposent dans le sable desséché avec une végétation clairsemée au loin.
Des carcasses de Gots gisent dans le sable à la périphérie de Dollow, en Somalie.
La France a connu une baisse de 25 % des précipitations depuis début avril, accompagnée d’une hausse des températures normales que l’on ne rencontre généralement pas avant l’été, a rapporté France24, avec des conséquences désastreuses pour des cultures comme le maïs, le tournesol et les betteraves.

« Alors très vite, nous nous sommes retrouvés dans une situation critique – avant même que l’été ne commence », a déclaré l’hydrologue Emma Haziza à France24.

De nombreuses études ont établi le lien entre la hausse des températures mondiales et la sécheresse. Des températures plus chaudes accélèrent l’évaporation, réduisant la quantité d’eau de surface disponible, asséchant les cultures et autres plantes. Plus il fait chaud, plus la réaction est rapide, ce qui augmente les risques d’incendies de forêt qui peuvent se nourrir de la végétation desséchée.

« Nous sommes à la croisée des chemins », a déclaré Thiaw dans un communiqué. « Nous devons nous diriger vers les solutions plutôt que de continuer avec des actions destructrices, croyant qu’un changement marginal peut guérir une défaillance systémique. »

Le rapport de l’UNCCD offre un sombre avertissement sur ce à quoi l’humanité sera confrontée si elle ne travaille pas pour essayer d’empêcher la poursuite de la dégradation des sols causée par le changement climatique.

D’ici 2030, selon le rapport, « environ 700 millions de personnes risquent d’être déplacées par la sécheresse ». D’ici 2040, on s’attend à ce qu’environ 1 enfant sur 4 vivra dans des endroits qui connaîtront des « pénuries d’eau extrêmes », et d’ici 2050, la prévalence des sécheresses signifiera qu’entre 4,8 milliards et 5,7 milliards de personnes « vivront dans des zones où l’eau- rare pendant au moins un mois chaque année.

Mardi, une rampe de mise à l’eau a failli s’effondrer dans la zone de loisirs nationale du lac Mead, frappée par la sécheresse, dans le Nevada.
Selon les climatologues, la clé pour éviter ce sort est de remplacer les sources d’énergie fossiles à travers le monde par des énergies renouvelables. Il y a eu des nouvelles encourageantes à ce sujet. En avril, par exemple, les États-Unis ont produit 20 % de l’électricité du pays à partir de sources éoliennes et solaires, un record.

Pourtant, l’effort de transition vers les énergies renouvelables coïncide avec l’augmentation des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Sans réduire considérablement ces émissions, préviennent les scientifiques, il y a peu d’espoir d’empêcher les températures d’augmenter de plus de 1,5 °C au-dessus des niveaux préindustriels. Au-delà de ce seuil, les taux d’évaporation augmenteraient également de façon spectaculaire, augmentant les risques de sécheresses plus paralysantes.

Un rapport publié mardi par le Met Office, le service météorologique du Royaume-Uni, a mis les chances à 50-50 que l’humanité puisse apporter les changements radicaux nécessaires pour empêcher les températures mondiales moyennes de dépasser la barre des 1,5°C au cours des cinq prochaines années.