25 C
France
lundi, décembre 5, 2022

s'abonner

L’Iran attaque des positions dans le nord de l’Irak ciblant des groupes kurdes

Le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) iranien a attaqué des positions dans le nord de l’Irak tenues par des groupes kurdes, alors que les manifestations anti-gouvernementales se poursuivent dans les régions occidentales à majorité kurde de l’Iran et ailleurs.

La division terrestre de la force d’élite a confirmé lundi matin qu’elle avait frappé trois zones de la région kurde du nord de l’Irak avec des missiles et des drones et infligé de « lourds dégâts » à deux groupes kurdes que Téhéran considère comme des organisations « terroristes ».

Le site semi-officiel Tasnim, qui est proche du CGRI, a cité des sources locales disant que 26 membres des groupes du Komala et du Parti démocratique du Kurdistan iranien ont été tués dans les attaques.

Le commandement central des États-Unis a condamné les attaques transfrontalières dans un communiqué, affirmant qu’elles violaient la souveraineté irakienne et « mettaient en péril la sécurité et la stabilité durement combattues de l’Irak et du Moyen-Orient ».

Le CGRI a attaqué à plusieurs reprises des positions qui, selon lui, étaient détenues par les groupes depuis le début des manifestations en Iran il y a plus de deux mois, car il affirme qu’ils font passer des armes en contrebande dans le pays et mènent des opérations pour le déstabiliser.

La dernière attaque survient quelques jours après que le commandant de la Force Qods du CGRI, Esmail Qaani, se soit rendu en Irak pour des réunions de haut niveau, et après des avertissements répétés de Téhéran à Bagdad pour désarmer ou déplacer les groupes.

Des manifestations ont éclaté dans tout l’Iran à la mi-septembre après la mort en garde à vue de Mahsa Amini, une femme de 22 ans de Saqqez dans la province iranienne du Kurdistan, qui a été arrêtée par la police des mœurs du pays à Téhéran pour avoir prétendument non respecté le code vestimentaire du pays. pour femme.

Au cours des derniers jours, les manifestations ont été les plus intenses dans les provinces à majorité kurde du nord-ouest, des vidéos continuant de sortir de plusieurs villes, dont Mahabad, Bukan et Piranshahr en Azerbaïdjan occidental et Javanrud à Kermanshah.

À Mahabad, plusieurs vidéos circulant en ligne, qui n’ont pas pu être vérifiées de manière indépendante, montraient un convoi de véhicules blindés lourds qui auraient été déployés par les autorités iraniennes, tandis que le bruit des coups de feu pouvait être entendu dans certaines vidéos et que d’autres montraient des hélicoptères volant au-dessus.

Le CGRI a confirmé dimanche dans un communiqué qu’il « renforçait » ses forces dans les régions du nord-ouest du pays, dans ce qu’il a qualifié de réponse aux activités des « voyous armés et des terroristes séparatistes ».

Des organisations de défense des droits humains basées à l’étranger ont signalé que plusieurs personnes avaient été abattues par les forces de sécurité lors de manifestations dimanche soir.

Les autorités iraniennes ont toujours nié que les forces de sécurité utilisent des balles réelles.

Les autorités n’ont pas fourni de décompte officiel du nombre total de personnes tuées depuis le début des manifestations, mais ont déclaré que plus de 50 membres des forces de sécurité ont été tués lors d' »émeutes » et d’opérations menées par des « terroristes » soutenus par l’étranger.

Des groupes de défense des droits affirment que plus de 400 personnes ont été tuées, dont environ 60 enfants.

Téhéran a accusé des puissances étrangères, dont la France, l’Allemagne, Israël, l’Arabie saoudite, le Royaume-Uni et les États-Unis, d’être à l’origine des troubles dans le pays.

Il a également répondu aux sanctions de plusieurs gouvernements occidentaux par ses propres sanctions.

Le footballeur soutient les manifestations
Alors que les troubles se poursuivent en Iran, l’équipe nationale de football du pays a fait l’objet d’un examen minutieux de la part des médias internationaux alors qu’elle se prépare à affronter l’Angleterre lundi après-midi lors du match d’ouverture de la Coupe du monde des deux équipes.

L’Iran et l’Angleterre sont tous deux dans le groupe B, avec les États-Unis et le Pays de Galles.

Lors d’une conférence de presse dimanche, le capitaine de l’équipe iranienne, Ehsan Hajsafi, a semblé exprimer implicitement son soutien aux manifestations, exprimant ses condoléances aux familles qui ont perdu des êtres chers.

Il a également commencé ses commentaires en disant « au nom du Dieu des arcs-en-ciel », une référence à une phrase utilisée dans une vidéo de Kian Pirfalak, un garçon de neuf ans qui a été tué après avoir été abattu dans la ville d’Izeh. , dans la province du Khuzestan, la semaine dernière.

La mère de Pirfalak a blâmé les forces de sécurité lors de ses funérailles, mais les autorités ont déclaré que des « terroristes » à moto l’ont tué, ainsi que six autres personnes.

Karim Bagheri et Yahya Golmohammadi, deux anciens joueurs de l’équipe nationale de football et membres actuels de l’équipe des coulisses du principal club iranien de Persépolis, ont été sanctionnés dimanche pour avoir publié des messages de soutien aux manifestations sur leurs comptes de réseaux sociaux.

Bagheri a été condamné à une amende de 20 % de son salaire, tandis que Golmohammadi a été condamné à une amende de 15 %.

Deux actrices, Katayoun Riahi et Hengameh Ghaziani, ont également été arrêtées dimanche.

Ils s’étaient filmés sans chef soutenant les protestations.

L’Iran a prononcé dimanche une sixième condamnation à mort liée à une manifestation, affirmant que la personne condamnée avait bloqué une rue principale de Téhéran, s’était battue avec les forces paramilitaires Basij en utilisant une arme et avait « terrorisé » des civils.

Source:

  1. https://www.aljazeera.com/
  2. https://www.gettyimages.com/

Related Articles

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles