L’Iran met sur liste noire des responsables et des entités de l’UE pour « incitation au terrorisme »

0
121

Le gouvernement iranien a mis sur liste noire un certain nombre de responsables et d’organisations de l’Union européenne, principalement pour leur position sur les manifestations en cours dans le pays qui, selon l’Iran, équivaut à « inciter au terrorisme ».

Alors que la majeure partie des sanctions sont liées aux développements récents concernant les manifestations qui ont duré des semaines le mois dernier après la mort d’une jeune femme en détention, d’autres traitent des griefs répétés de Téhéran avec les responsables du bloc et les États membres sur des questions qui ont conduit à querelles politiques de longue date.

Le ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré mercredi qu’il avait imposé des sanctions à 12 personnes et huit organisations pour leurs « actions intentionnelles de soutien au terrorisme et aux groupes terroristes, d’incitation au terrorisme et de propagation de la violence et de la haine qui ont conduit à des émeutes, à la violence, à des actes terroristes et à la violation des droits de l’homme ». droits de la nation iranienne ».

Les sanctions impliquent une interdiction d’entrée et de visa pour les individus en plus de la confiscation de tous les avoirs qu’ils pourraient avoir en Iran.

Les entités visées comprennent les Amis de l’Iran libre et le Comité international en quête de justice, deux groupes informels du Parlement européen, ainsi que Stop the Bomb, une organisation qui a préconisé des sanctions contre l’Iran dans le but déclaré de l’empêcher d’acquérir armes nucléaires – que Téhéran affirme ne jamais rechercher.

Les services en langue persane de l’Allemand Deutsche Welle et de la France RFI ont également été ciblés, prolongeant la pression de l’Iran contre les chaînes étrangères qui, selon lui, font la promotion du « terrorisme » sur le sol iranien. Deux directeurs du journal allemand Bild ont également été mis sur liste noire.

Les sociétés Karl Kolb et Rhein Bayern Fahrzeugbau ont été mises sur liste noire pour avoir « livré des gaz chimiques et des armes » au défunt dirigeant irakien Saddam Hussein, qui les aurait utilisées contre la République islamique naissante au cours de la huitième année de conflit qui a commencé avec l’invasion de l’Irak par l’Irak. en 1980.

Un certain nombre de membres du Parlement européen ont également été ciblés, en plus de Martine Valleton, maire de Villepinte, une commune de la banlieue nord-est de Paris où les autorités françaises ont déclaré qu’un complot avait été découvert pour bombarder un rassemblement de 2018 des Mojahedin-e-Khalq. groupe, qui est interdit en Iran. Cela a conduit à l’arrestation du diplomate iranien Asadollah Assadi, qui a servi à l’ambassade d’Iran en Autriche, en Allemagne, et à sa condamnation ultérieure par un tribunal belge.

Ces mesures marquent la première fois que l’Iran sanctionne officiellement des responsables et des institutions de l’UE, une décision qui intervient en réaction aux sanctions du bloc contre la soi-disant police des mœurs iranienne et d’autres au début du mois pour leurs rôles présumés dans ce qu’il a appelé la « répression brutale ». » des protestations qui ont saisi l’Iran depuis la mort de Mahsa Amini, 22 ans, en détention il y a 40 jours.

Par ailleurs, l’Iran a précédemment mis sur liste noire un groupe d’individus et d’organisations britanniques en représailles à leurs sanctions liées aux manifestations.