28 C
France
mercredi, décembre 7, 2022

s'abonner

L’Iran prononce de nouvelles condamnations à mort contre des manifestants antigouvernementaux

Quatre personnes ont été condamnées à mort pour « inimitié contre Dieu » en lien avec les récentes manifestations anti-gouvernementales en Iran.

Les tribunaux révolutionnaires de Téhéran ont déclaré que l’un des « émeutiers » anonymes avait frappé et tué un policier avec sa voiture, a indiqué l’agence de presse judiciaire Mizan.

Le deuxième possédait un couteau et une arme à feu, et le troisième bloquait la circulation et provoquait la « terreur », a-t-il allégué.

Le quatrième a été reconnu coupable d’une attaque au couteau, a rapporté Mizan mardi soir.

Les militants des droits de l’homme ont condamné les condamnations à mort – qui ont porté le total à cinq depuis dimanche – affirmant qu’elles étaient le résultat de procès inéquitables.

« Les manifestants n’ont pas accès à des avocats pendant la phase d’interrogatoire, ils sont soumis à des tortures physiques et mentales pour faire de faux aveux, et condamnés sur la base de ces aveux », a déclaré Mahmood Amiry-Moghaddam, directeur d’Iran Human Rights basé en Norvège. a déclaré à l’agence de presse AFP.

Bien que la justice n’ait pas révélé l’identité des cinq personnes condamnées à mort, Amnesty International a déclaré que les informations sur leurs accusations avaient amené les militants des droits humains à croire qu’il s’agissait de Mohammad Ghobadlou, Manouchehr Mehman Navaz, Mahan Sedarat Madani, Mohammad Boroughani et Sahand Nourmohammad-Zadeh. .

Il a ajouté qu’ils faisaient partie d’au moins 21 détenus accusés d’infractions liées à la sécurité passibles de la peine de mort en vertu du système juridique iranien fondé sur la charia, notamment « l’inimitié contre Dieu » et la « corruption sur Terre ».

Au moins 348 manifestants ont été tués et 15 900 autres arrêtés lors d’une répression menée par les forces de sécurité contre ce que les dirigeants iraniens ont décrit comme des « émeutes » soutenues par l’étranger, selon l’agence de presse des militants des droits de l’homme (HRANA), également basée à l’extérieur du pays. .

Les manifestations dirigées par des femmes contre le régime clérical ont éclaté après la mort en détention il y a trois mois de Mahsa Amini, une femme de 22 ans qui a été détenue par la police des mœurs pour avoir prétendument enfreint les règles strictes sur les hijabs.

1px transparent line

Les annonces du pouvoir judiciaire sont intervenues après que 12 personnes auraient été tuées au milieu d’une nouvelle vague de troubles qui a commencé mardi.

Les militants ont appelé à trois jours de manifestations et de grèves pour commémorer « Bloody November » – une référence à la répression meurtrière des dernières grandes manifestations nationales qui ont commencé le 15 novembre 2019, lorsque de nombreux Iraniens ont réagi avec colère à une augmentation soudaine des prix du carburant.

 

Des vidéos publiées mardi sur les réseaux sociaux montraient des foules à Téhéran et dans d’autres grandes villes scandant des slogans contre le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, notamment « mort au dictateur ».

Dans une station de métro de la capitale, des manifestants ont mis le feu à un foulard sur un quai alors qu’une foule criait que l’ayatollah Khamenei « sera renversé ».

Une autre vidéo d’une station de métro a semblé montrer des agents frappant des personnes à l’intérieur d’un wagon de train, tandis que dans une troisième, des personnes ont été vues en train de courir et de tomber alors que les forces de sécurité auraient ouvert le feu.

1px transparent line

Mercredi soir, les médias officiels ont rapporté qu’au moins cinq personnes avaient été tuées lorsque des « éléments terroristes » armés avaient ouvert le feu sur des manifestants et des policiers dans un marché de la ville d’Izeh, dans le sud-ouest du pays. Le vice-gouverneur de la province du Khouzistan a déclaré que parmi les morts figuraient trois hommes, une femme et une fille.

Le collectif d’activistes de l’opposition 1500tasvir a également déclaré avoir reçu des informations faisant état d’un nombre élevé de victimes à Izeh et accusé les forces de sécurité d’avoir tué un garçon de 10 ans. Il a également publié une vidéo montrant des manifestants mettant le feu à un séminaire de la ville.

Plus tôt, le groupe kurde de défense des droits de l’homme Hengaw a rapporté qu’un manifestant avait été tué par balle par les forces de sécurité dans la ville de Kamyaran, au nord-ouest de la province du Kurdistan, dans le nord-ouest de Mahsa Amini.

 

Il se tenait près de la maison d’un autre homme qui a été tué mardi par des tirs directs des forces de sécurité, a-t-il ajouté. Deux autres hommes ont également été tués dans la ville voisine de Sanandaj, a-t-il ajouté.

Hengaw, qui est basé en Norvège, a également déclaré que les manifestants avaient pris le contrôle de la ville de Bukan, dans la province voisine de l’Azerbaïdjan occidental, mardi soir.

Les médias d’État ont rapporté que des « émeutiers » ont abattu mardi deux membres du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), dont un colonel, à Bukan et Kamyaran.

Ils ont également déclaré qu’un religieux qui était membre de la Force de résistance paramilitaire Basij, qui est contrôlée par le CGRI, est décédé après avoir été frappé par un cocktail Molotov dans la ville méridionale de Chiraz.

Les médias d’État ont jusqu’à présent signalé la mort de 38 membres du personnel de sécurité depuis le début des manifestations. HRANA a mis le péage à 43.

Source:

  1. BBC news
  2. https://www.gettyimages.com/

Related Articles

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles