Madagascar :18 morts lors d’une manifestation contre un enlèvement d’albinos

0
44

Dix-huit personnes sont mortes après que la police de Madagascar a ouvert le feu sur ce qu’ils ont appelé une foule de lynches en colère contre l’enlèvement d’un enfant atteint d’albinisme, a déclaré un médecin-chef.

Des dizaines de personnes ont également été blessées lors de l’incident de lundi.

« Pour le moment, 18 personnes sont décédées au total, neuf sur place et neuf à l’hôpital », a déclaré à l’AFP Tango Oscar Toky, médecin-chef d’un hôpital du sud-est de Madagascar.

« Sur les 34 blessés, neuf sont entre la vie et la mort », a précisé le médecin. « Nous attendons un hélicoptère du gouvernement pour les évacuer vers la capitale. »

Sur la grande île de l’océan Indien, les personnes atteintes d’albinisme sont régulièrement la cible de violences. Plus d’une douzaine d’enlèvements, d’attaques et de meurtres ont été signalés au cours des deux dernières années, selon les Nations Unies.

Un enlèvement signalé d’un enfant atteint d’albinisme s’est produit la semaine dernière dans la ville d’Ikongo, selon Jean-Brunelle Razafintsiandraofa, député de ce district.

Quatre suspects avaient été interpellés par les gendarmes mais les habitants se sont rendus lundi à la caserne de gendarmerie, exigeant la remise des suspects, a indiqué le législateur.

Quelque 500 manifestants, armés de lames et de machettes, ont « tenté de s’introduire de force » dans le commissariat, a déclaré un policier impliqué dans la fusillade, sous couvert d’anonymat.

« Il y a eu des négociations, (mais) les villageois ont insisté », a déclaré l’officier à l’AFP au téléphone depuis la ville d’Ikongo, à 350 kilomètres (environ 220 miles) de la capitale Antananarivo.

La police a d’abord tiré des gaz lacrymogènes, puis des obus en l’air pour tenter de disperser la foule, a-t-il déclaré.

«Ils ont continué à se frayer un chemin. Nous n’avions pas d’autre choix que de nous défendre », a ajouté l’officier.

La police nationale de la capitale a confirmé le « très triste événement », mais n’a fait qu’un bilan de 11, avec 18 blessés.

Andry Rakotondrazaka, le chef de la police nationale, a déclaré lors d’une conférence de presse que ce qui s’était passé était un « événement très triste. Cela aurait pu être évité mais c’est arrivé ».

Il a déclaré que la police « avait tout fait pour éviter la confrontation », y compris en négociant avec la foule,

« Mais il y a eu des provocations »… (et) il y avait des gens avec « des couteaux à longue lame et des bâtons », a-t-il dit, ajoutant que d’autres lançaient des pierres vers la police.

« Les gendarmes ont utilisé des gaz lacrymogènes. Mais cela n’a pas suffi à empêcher la foule d’avancer. Il y avait des tirs en l’air.

Mais au final, les gendarmes n’ont eu « d’autre choix que de recourir à la légitime défense… et de limiter les dégâts en tirant ».

Une histoire de vengeance
Les attaques de vengeance sont courantes à Madagascar.

En février 2017, une foule de 800 personnes a fait irruption dans la prison d’Ikongo à la recherche d’un suspect de meurtre qu’ils avaient l’intention de tuer. Ils ont maîtrisé les gardes et 120 prisonniers se sont évadés de prison.

En 2013, un Français, un Franco-Italien et un habitant accusés d’avoir tué un enfant sur l’île touristique de Nosy Be ont été brûlés vifs par la foule.

Certains pays d’Afrique subsaharienne ont subi une vague d’agressions contre des personnes atteintes d’albinisme, dont les parties du corps sont recherchées pour des pratiques de sorcellerie dans la croyance erronée qu’elles apportent chance et richesse.

L’albinisme, causé par un manque de mélanine, le pigment qui colore la peau, les cheveux et les yeux, est une maladie génétique qui affecte des centaines de milliers de personnes à travers le monde, en particulier en Afrique.

Under The Same Sun, une organisation caritative basée au Canada qui lutte contre la discrimination, a enregistré des cas de violence similaire à travers l’Afrique.

Il classe le Burundi, la République démocratique du Congo, le Malawi, le Mozambique et la Tanzanie comme les pays où de telles attaques sont les plus répandues.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here