27 C
France
lundi, septembre 26, 2022

s'abonner

Pourquoi le Hamas est resté en dehors du dernier conflit de Gaza

L’un des aspects les plus importants du court mais violent conflit du week-end entre Israël et le Jihad Islamique Palestinien (JIP) a été ce qui ne s’est pas produit : l’implication du Hamas.

Un cessez-le-feu entre Israël et le JIP sur Gaza qui est entré en vigueur à 23h30. heure locale (16 h 30 HE) dimanche semblait tenir près de 24 heures plus tard. Le conflit a entraîné la mort d’au moins 44 militants et civils à Gaza, selon les informations du ministère palestinien de la Santé. Quinze des morts étaient des enfants. Israël insiste sur le fait que la plupart des personnes tuées étaient des militants et que plusieurs civils ont été tués par des tirs de roquettes ratés.

Le Hamas, le groupe militant qui dirige Gaza, a exprimé son soutien aux actions du JIP. Mais il a gardé son arsenal de roquettes beaucoup plus grand et plus puissant hors de l’équation, tandis que l’armée israélienne a clairement indiqué dès le départ qu’elle se concentrait uniquement sur les cibles du JIP.

Cela a empêché le conflit de dégénérer en une confrontation plus large et plus dangereuse, et plus proche de ce qui s’est passé pendant la guerre de 11 jours en mai 2021.
Alors pourquoi ne pas vous impliquer ? Selon des analystes et des responsables israéliens, l’une des raisons est le fait qu’il ne reste que 15 mois depuis le conflit de 2021 qui a causé des dégâts considérables et des morts à Gaza. Les Palestiniens y reconstruisent encore leurs maisons et le Hamas reconstruit son arsenal.

Le gouvernement israélien pense également que sa campagne d’incitations économiques – augmentant le nombre de permis accordés aux Gazaouis pour entrer en Israël pour travailler – est un succès.

Israël et l’Égypte ont imposé un bouclage à Gaza depuis 2007, limitant l’accès au territoire par voie terrestre, aérienne et maritime, y compris des restrictions strictes sur la circulation des résidents et la circulation des marchandises.

Si des roquettes sont tirées, Israël ferme la frontière et les milliers de Gazaouis titulaires d’un permis ne peuvent ni travailler en Israël ni être payés.

Lundi, un haut responsable diplomatique israélien a déclaré que le Hamas était « un ennemi et non un partenaire… mais il y a une coopération que nous pouvons faire, principalement par le biais de l’Egypte, pour améliorer la situation à Gaza ».

Pour avoir fait preuve de retenue, le Hamas s’attendra à être récompensé.

Le premier grand test de sécurité de Lapid

Le conflit du week-end a également été le premier test militaire majeur pour le Premier ministre par intérim Yair Lapid. Contrairement à son prédécesseur Naftali Bennett, Lapid n’est pas connu pour son expérience du combat militaire. Mais comme la visite du président américain Joe Biden le mois dernier, c’était un autre moment pour Lapid de ressembler à un vrai Premier ministre – des images que Lapid espère probablement que les Israéliens se souviendront comme ils l’avaient fait aux urnes en novembre.

Le conflit a également provoqué une autre percée, bien qu’à une échelle un peu plus petite : l’ancien Premier ministre, aujourd’hui chef de l’opposition, Benjamin Netanyahu, a rencontré Lapid dimanche pour recevoir un briefing de sécurité sur l’opération. C’était sa première séance d’information sur la sécurité depuis qu’il avait quitté le pouvoir, même si la loi est censée être une pratique courante. Jusqu’à ce week-end, Netanyahu avait boycotté les réunions.

Après la réunion, Netanyahu a déclaré qu’il soutenait l’opération et apportait son « plein soutien au gouvernement, à Tsahal et aux forces de sécurité ».
Des parties de Gaza sont à nouveau en ruines et le deuil continue pour les vies perdues, mais pour les Israéliens et les Gazaouis ordinaires, le conflit n’a pas entraîné de changement substantiel dans la situation politique sur le terrain.

Le résumé
L’envoyé russe aux pourparlers sur le nucléaire iranien dit qu’ils vont « dans la bonne direction »
L’ambassadeur Mikhail Ulyanov, négociateur en chef de la Russie à Vienne pour les pourparlers visant à relancer l’accord sur le nucléaire iranien, a déclaré dimanche aux médias : « Je ne peux garantir [rien], mais j’ai l’impression que nous allons dans la bonne direction ». Il a dit qu’il y avait des problèmes « minimes » non résolus, « seulement 3 [ou] 4 ».
Contexte : Téhéran a accéléré l’enrichissement d’uranium à un rythme jamais vu depuis la signature de l’accord nucléaire de 2015. L’ancien président américain Donald Trump s’est retiré de cet accord en 2018. En juin, l’Iran a éteint les caméras de surveillance utilisées par l’Agence internationale de l’énergie atomique pour surveiller l’activité dans les principales installations nucléaires du pays. Dimanche marquait le quatrième jour de ce dernier cycle – le neuvième – des pourparlers sur le nucléaire iranien.

Pourquoi c’est important : Les pourparlers ont échoué plus tôt cette année à cause de l’insistance de Téhéran pour que les États-Unis retirent les Gardiens de la révolution de leur liste d’organisations terroristes, ce que les États-Unis ont refusé de faire. Les États-Unis ont cependant envoyé l’envoyé spécial pour l’Iran Rob Malley à Vienne pour le nouveau cycle de pourparlers, et le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré lundi dernier que les États-Unis sont « prêts à aller de l’avant sur la base de ce qui a été convenu », mais il n’est pas clair si l’Iran est prêt à faire de même.

Poutine et Erdogan acceptent de commencer le paiement partiel en roubles du gaz russe
Les pourparlers bilatéraux à Sotchi entre le président russe Vladimir Poutine et le président turc Recep Tayyip Erdogan ont inclus un accord pour payer la Russie en roubles pour des livraisons partielles de gaz. Le vice-Premier ministre russe Alexander Novak a déclaré que les deux présidents étaient parvenus à des accords sur la création d’un bloc bancaire financier « pour permettre aux entreprises commerciales, aux citoyens russes s, pour payer lors de voyages touristiques et échanger de l’argent. »

Contexte : La Russie a tenté d’obliger ses clients à payer leur énergie en roubles. Le président Vladimir Poutine a signé en mars un décret obligeant les acheteurs de gaz naturel de « pays hostiles » à détenir des comptes à la Gazprombank – la troisième plus grande banque de Russie – et à régler les contrats en roubles.

Pourquoi c’est important : la Russie a pour mission de prouver qu’elle n’est pas aussi isolée que les États-Unis le souhaiteraient. Le resserrement des relations entre Poutine et Erdogan pourrait fournir à la Russie des moyens d’alléger la pression des sanctions occidentales sur le pays. Le rouble s’est écrasé à un niveau record à la suite de l’invasion, mais c’est la devise la plus performante au monde cette année, selon Reuters. La banque centrale a mis en place des politiques pour empêcher les investisseurs et les entreprises de vendre la monnaie et d’autres mesures qui les obligent à l’acheter.

Une ville iranienne atteint 53 degrés Celsius, la température la plus chaude au monde cette année
Abadan, en Iran, a enregistré une température élevée de 53,0 ° C (127,4 ° F) vendredi – la température la plus élevée enregistrée au monde en 2022, selon l’historien météorologique Maximiliano Herrera.

Contexte : De nombreux endroits à travers l’Iran, l’Irak et le Koweït ont dépassé les 50 degrés Celsius vendredi. Les températures devraient redescendre plus près de la moyenne après le week-end, avec des maximums entre le milieu et le haut des 40 degrés Celsius. La température la plus élevée jamais enregistrée dans le monde est de 56,7° C (134,1° F) à Death Valley, en Californie, le 10 juillet 1913.

Pourquoi c’est important : Une chaleur de ce calibre soulève des préoccupations majeures pour les maladies liées à la chaleur, en particulier pour ceux qui n’ont pas accès à l’eau et à un abri convenable et est susceptible de renforcer les arguments en faveur d’une action contre le changement climatique.

Quelle est la tendance

Les citoyens d’un des pays arabes les plus riches réclament une augmentation des salaires.
Les Koweïtiens se sont adressés à Twitter pour exprimer leur frustration face à la situation économique du pays, blâmant la corruption officielle et la cupidité pour les prétendues inégalités de salaire.

Les citoyens koweïtiens sont une minorité dans le pays de 4,2 millions d’habitants, représentant à peine 30% de la population, selon World Population Review. La plupart dépendent des emplois du gouvernement pour gagner leur vie.
« Il est inconcevable qu’un pays riche comme le Koweït, qui compte un petit nombre d’habitants et la monnaie la plus forte du monde [n’augmente pas les salaires] », a tweeté Mohammed Al Huwaishel. « Les demandes du peuple doivent être satisfaites sans conditions. »

Selon le Moyen Institut de l’Est.
En raison des avantages offerts dans les emplois gouvernementaux, le secteur privé a du mal à attirer les Koweïtiens. Selon le Fonds monétaire international, les salaires et avantages sociaux représentent un tiers du budget de l’État. Le gouvernement a prévu 72 milliards de dollars de dépenses pour son dernier budget.

La Banque mondiale a averti en décembre que la masse salariale du gouvernement n’était pas viable, affirmant que si la situation persistait, les réserves financières du pays seraient épuisées. La nation a fait le moins de progrès parmi les pays arabes du Golfe riches en pétrole pour réformer sa masse salariale et a même augmenté les embauches, a-t-il déclaré.

Un autre hashtag sur Twitter a appelé le gouvernement à annuler la dette des citoyens, ce qui n’est pas sans précédent. Après la fin de la guerre du Golfe de 1991, le gouvernement a annulé la quasi-totalité de la dette des consommateurs.

Related Articles

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles