C’est l’un des plus grands mystères non résolus de l’histoire de la musique. Qui était la femme qui a tellement ébloui Ludwig van Beethoven qu’il a été obligé de rédiger une lettre d’amour infâme passionnée et fervente qui a résisté à l’épreuve du temps ? L’identité de « l’immortel bien-aimé » de Beethoven (plus précisément traduit par « éternellement bien-aimé ») a confondu les historiens pendant deux siècles et a même inspiré un film. Mais la vérité peut ne jamais être connue avec certitude.

La lettre n’a peut-être jamais été envoyée
Après la mort de Beethoven en mars 1827, son assistant, Anton Schindler, découvrit un tiroir caché, qui contenait des photos, de l’argent et deux documents. L’une était une lettre écrite à ses frères en 1802 et connue plus tard sous le nom de Testament de Heiligenstadt, dans laquelle Beethoven déplorait sa surdité croissante et écrivait son désespoir et sa dépression face à l’impact que l’infirmité aurait sur ses capacités musicales.

L’autre était une lettre, écrite au crayon dans le gribouillage inégal de Beethoven sur 10 petites pages. Composé en trois rafales, il révèle son tourment émotionnel et son désir d’une femme sans nom. Il aspire à ce qu’ils soient ensemble, proposant une affectation à un endroit voisin connu uniquement sous le nom de «K», qui, selon les historiens, était probablement Karlsbad, maintenant la ville tchèque de Karlovy Vary. Les espoirs de Beethoven pour la relation semblent s’assombrir au fur et à mesure qu’il écrit. La dernière section exprime sa résignation que leur grand amour ne devait jamais être – alors qu’il signe avec les lignes: «À jamais. Jamais mien. Toujours à nous. L’affaire vouée à l’échec coïncide avec le début d’une des périodes les plus sombres de la vie de Beethoven, au cours de laquelle il échoue à composer une œuvre majeure pendant plusieurs années.

De nombreux historiens pensent que la lettre n’a jamais été envoyée, tandis que d’autres pensent que Beethoven a peut-être envoyé une copie de la lettre, tout en conservant l’original. Quoi qu’il en soit, il était clairement d’une grande importance, car il l’a gardé avec lui jusqu’à sa mort, malgré une carrière itinérante au cours de laquelle il a déménagé, en moyenne, une fois par an. Les premiers érudits essayant de résoudre l’énigme ont été bloqués car bien que la lettre soit datée des 6 et 7 juillet, aucune année n’était incluse, ce qui la rend difficile à reconstituer quand dans sa vie elle a été écrite. Ce n’est que dans les années 1950 que les filigranes et autres indices visuels ont permis une datation plus définitive de 1812.

Un certain nombre de femmes ont été proposées comme candidates possibles
La vie romantique de Beethoven était mouvementée et il ne s’est jamais marié. Il a développé une série d’attachements romantiques, qui peuvent être restés non partagés et non consommés. Malgré son succès musical, son milieu social relativement modeste signifiait que ses fréquentes quêtes de femmes bien nées étaient finalement futiles.

Une élève de piano de Beethoven, Dorothea von Ertmann, a été citée comme une candidate possible, mais bien qu’il lui ait dédié une sonate, leur relation semble avoir été non romantique. La chanteuse Amalie Sebald correspond à la chronologie et à l’emplacement de la lettre, qui a été écrite alors que Beethoven était en retraite médicale ordonnée par un médecin dans la ville thermale de Bohême de Teplitz, maintenant Teplice. Sebald et Beethoven étaient tous les deux à Teplitz à l’été 1812, mais les lettres qu’il lui a adressées semblent également être celles d’un ami.

La mécène Anna Marie Erdödy, partisane et confidente de Beethoven, a permis à la compositrice de vivre dans sa maison viennoise pendant un certain temps. Elle a aidé Beethoven à obtenir un patronage royal et le compositeur reconnaissant lui a dédié plusieurs œuvres. Mais les arguments contre Erdödy reposent sur la géographie. La lettre indique que Beethoven avait récemment vu sa bien-aimée et restait suffisamment près pour lui rendre visite peu de temps après la rédaction de la lettre, tandis que les archives placent Erdödy à une grande distance de Teplitz cet été-là.

Certains historiens ont supposé que Beethoven était tombé profondément amoureux de Thérèse Malfatti, cousine d’un de ses amis proches, et avait même envisagé de faire sa demande en 1810. Une fois de plus, l’argent s’est mis en travers du chemin. Ses parents riches ont désapprouvé, et elle a finalement été mariée à un noble. De nombreux chercheurs pensent que son « Für Elise » a été écrit en son honneur.

Handwritten 'Immortal Beloved' letter from Beethoven

Deux sœurs et une cousine ont été prises dans le débat
Julie « Giulietta » Guicciardi est entrée dans la vie de Beethoven à la fin des années 1790. Fille aisée de parents nobles, elle commença à prendre des cours de piano avec lui en 1801, et il tomba presque immédiatement amoureux d’elle. Son mariage avec un comte, qui était également compositeur, n’a apparemment pas fait grand-chose pour freiner l’ardeur de Beethoven. Il a dédié sa célèbre « Sonate au clair de lune » à Guicciardi, et aurait dit plus tard à Anton Schindler qu’elle avait été un grand amour. Schindler, à son tour, a nommé Guicciardi « l’immortelle bien-aimée » dans sa biographie de Beethoven, mais cette idée a depuis été contestée, en particulier parce qu’elle semble avoir disparu de la vie de Beethoven plusieurs années avant la rédaction de la lettre.

Parmi ceux qui jettent le doute sur Giu

La candidature de Lietta Guicciardi était son propre cousin, Teréz Brunsvik. La famille Brunsvik était membre de la noblesse hongroise, et elle et sa sœur Joséphine étaient des élèves de Beethoven. Là encore, il semble être rapidement tombé amoureux de Joséphine et est resté proche d’elle après son mariage. Lorsqu’elle devint veuve quelques années plus tard, il poursuivit son affaire. Les preuves de ses sentiments n’ont été révélées que dans les années 1950, lorsqu’un biographe de Beethoven a publié plus d’une douzaine de lettres d’amour écrites à Brunsvik.

Craignant de perdre la garde de ses enfants nés dans l’aristocratie si elle épousait un roturier, Brunsvik a apparemment repoussé Beethoven. Mais après avoir eu un enfant hors mariage, elle a épousé un roturier, avec des résultats désastreux. Le couple mal assorti s’est disputé et s’est rapidement séparé, incitant Teréz Brunsvik à écrire de manière énigmatique dans son journal que Joséphine aurait été mieux avec Beethoven.

Curieusement, les journaux des deux sœurs restent presque silencieux pendant une grande partie de l’été 1812, alors que l’on pense que Joséphine était à Prague, que Beethoven a visité en se rendant à Teplitz. Neuf mois après la rédaction de la lettre « Bien-aimé », Brunsvik a donné naissance à une fille, dont certains historiens ont théorisé qu’elle était celle de Beethoven, bien qu’aucune preuve définitive n’existe. Après des années de troubles financiers et émotionnels, Brunsvik mourut en 1821.

Un autre concurrent a émergé dans les années 1970
Fille d’un diplomate autrichien, Antonie « Toni » Brentano était profondément impliquée dans les arts et devint très proche de Beethoven vers 1810. Elle aussi était à Prague début juillet 1812, avant de se rendre à Karlsbad la même semaine que Beethoven écrivit le « Bien-aimé ». lettre. (Beethoven y est arrivé deux semaines plus tard.)

Portrait of Antonie Brentano, possible inspiration for Beethoven's 'Immortal Beloved' letter
Beethoven a dédié une nouvelle œuvre à Brentano plus tard cette année-là, « An die Geliebte », qui peut être traduit par « Au bien-aimé ». La partition originale contient une inscription, qui aurait été écrite par Brentano, dans laquelle elle avait demandé à Beethoven de la composer pour elle. Une image de Brentano, censée à l’origine représenter Anna Marie Erdödy, a été trouvée dans le tiroir avec la lettre « Bien-aimé ».

Les sceptiques, cependant, soulignent que contrairement à beaucoup d’autres femmes dans la vie de Beethoven, Brentano était heureusement mariée et était enceinte de son sixième enfant à l’été 1812. Son mari était aussi proche de Beethoven qu’elle, et les deux Brentano sont restés ami avec Beethoven jusqu’à sa mort. Beethoven a peut-être été stupide en matière d’amour, mais à tous égards, c’était un homme extrêmement honorable, ce qui a amené beaucoup à douter qu’il aurait mené une liaison passionnée sous le nez de son bon ami.

 

Le film « Immortal Beloved » s’est presque certainement trompé
Le film de 1994, mettant en vedette Gary Oldman dans le rôle de Beethoven, a été salué pour son utilisation évocatrice et créative de la musique du compositeur. Mais il a grandement manqué la cible, selon les historiens et les érudits.

Dans le film, l’assistant de Beethoven part à la recherche du « Bien-aimé » après avoir trouvé la lettre suite à la mort de Beethoven. Il découvre que la femme qui a suscité une telle passion était la belle-sœur de Beethoven, Johanna. Fille de riches marchands viennois, sa liaison avec Beethoven la laisse enceinte. Lorsqu’il tarde à l’épouser, elle épouse son jeune frère, Kaspar Anton Karl (communément appelé Karl). Le film dépeint la relation tumultueuse entre Beethoven et Johanna, et leur amour non partagé, Johanna n’ayant pu lire la lettre d’amour déchirante de Beethoven qu’après sa mort.

Aussi digne que soit l’histoire du grand écran, elle ne correspond pas aux faits. Beethoven et Johanna avaient une relation notoirement horrible, et il avait fortement désapprouvé son mariage avec son frère. Son implication et sa condamnation dans un plan de détournement de fonds ultérieur – presque en même temps que la lettre « Bien-aimée » a été écrite – a presque certainement accru l’aversion de Beethoven.

Lorsque Karl a développé la tuberculose quelques années seulement après avoir épousé Johanna, il a d’abord dicté un testament donnant la garde exclusive de son fils, Karl, à Beethoven, et non à Johanna. Alors que Karl exprimait son espoir que les deux puissent mettre de côté leurs différences pour le bien de l’enfant, sa mort en 1815 déclencha une bataille pour la garde très acrimonieuse qui dura des années, qui eut un grand impact émotionnel sur toutes les personnes impliquées, affectant profondément la psychologie de Beethoven. état et conduisant son neveu à tenter de se suicider.

Commentez via Facebook