Renault vend l’icône de l’ère soviétique Lada alors qu’elle quitte la Russie, pour l’instant

0
86

Renault vend ses activités en Russie, y compris une participation majoritaire dans Lada, devenant ainsi le dernier constructeur automobile à quitter le pays suite à son assaut contre l’Ukraine.

Dans un communiqué publié lundi, la société française a déclaré qu’elle avait accepté de vendre Renault Russie à la ville de Moscou et sa participation de près de 68% dans Avtovaz, la société mère de Lada, à un centre de recherche industriel appartenant à l’État.
Renault garde ouverte l’option de retourner en Russie – l’accord donne à l’entreprise plusieurs fenêtres pour racheter sa participation dans Avtovaz au cours des six prochaines années, a ajouté la société.
« Aujourd’hui, nous avons pris une décision difficile mais nécessaire ; et nous faisons un choix responsable vis-à-vis de nos 45 000 collaborateurs en Russie, tout en préservant la performance du Groupe et notre capacité à revenir dans le pays à l’avenir, dans un contexte différent », a déclaré Renault. Le PDG Luca de Meo a déclaré dans le communiqué.

Renault a annoncé le 23 mars qu’il suspendait les activités de son usine de Moscou et prendrait une charge de près de 2,2 milliards d’euros (2,3 milliards de dollars) pour déprécier à zéro la valeur de son activité russe.

La marque Lada d’Avtovaz représentait près de 21 % du marché russe en 2021.
Les constructeurs automobiles occidentaux, ainsi que d’autres multinationales, ont couru pour la sortie suite à la décision du président russe Vladimir Poutine d’envahir l’Ukraine en février. Toyota (TM) et Volkswagen (VLKAF) faisaient partie d’une série d’entreprises à annoncer début mars qu’elles avaient arrêté la production et les exportations vers le pays.
Peu de temps avant l’annonce de Renault plus tard ce mois-là, la société était l’une des rares entreprises françaises appelées par le président ukrainien Volodymyr Zelensky pour avoir poursuivi leurs opérations en Russie. Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, est allé plus loin en appelant à un boycott mondial du constructeur automobile.

Les ventes d’automobiles en Russie ont chuté depuis l’invasion, frappées par les sanctions occidentales et l’exode des entreprises étrangères. Seulement 55 000 voitures et véhicules utilitaires légers neufs ont été vendus en mars, en baisse de 63 % par rapport au même mois l’an dernier.

Lada – une icône de l’autonomie de l’ère soviétique – pourrait, en théorie, bénéficier de l’absence de concurrence étrangère. Mais il dépend fortement des pièces importées.
L’entreprise a avancé des vacances d’été à l’échelle de l’entreprise jusqu’en avril et a annoncé qu’elle passerait à une semaine de travail de quatre jours pendant trois mois à partir de juin pour tenter de sauver plus de 40 000 emplois. Il a également déclaré qu’il concevrait de nouveaux modèles Lada pour être moins dépendants des importations.
La société n’a pas précisé quels modèles seraient concernés, mais a déclaré qu’ils seraient progressivement disponibles dans les mois à venir.

Evgeny Eskov, rédacteur en chef du journal russe de l’industrie automobile Auto Business Review, a déclaré à CNN Business le mois dernier que les modèles redessinés seront des versions plus simples des voitures actuelles, sans fonctionnalités supplémentaires telles que l’ABS.
« Juste des voitures brutales du passé », a-t-il écrit dans un e-mail à CNN Business.