25 C
France
lundi, décembre 5, 2022

s'abonner

Soudan : plus de 100 morts en deux jours de combats

Au moins 150 personnes ont été tuées au cours de deux jours de combats lors des derniers affrontements ethniques liés à des conflits fonciers dans l’État du Nil Bleu, au sud du Soudan.

L’effusion de sang est la pire de ces derniers mois et des foules sont descendues dans les rues de Damazin, la capitale de l’État du Nil Bleu, pour protester jeudi, scandant des slogans condamnant un conflit qui a fait des centaines de morts cette année.

« Au total, 150 personnes, dont des femmes, des enfants et des personnes âgées, ont été tuées entre mercredi et jeudi », a déclaré Abbas Moussa, directeur de l’hôpital Wad al-Mahi. « Environ 86 personnes ont également été blessées dans les violences. »

Des affrontements dans le Nil bleu ont éclaté la semaine dernière après des disputes sur la terre entre des membres du peuple haoussa et des groupes rivaux, des habitants signalant des centaines de personnes fuyant des tirs intenses et des maisons incendiées.
Les combats se sont concentrés autour de la région de Wad al-Mahi près de Roseires, à 500 km (310 miles) au sud de la capitale Khartoum.

Jeudi, des centaines de personnes ont défilé à Damazin, certains appelant au limogeage du gouverneur de l’État. « Non, non à la violence », ont scandé les manifestants.

Eddie Rowe, le chef de l’aide des Nations Unies pour le Soudan, s’est dit « profondément préoccupé » par la poursuite des affrontements, signalant que « 170 personnes non confirmées ont été tuées et 327 blessées » depuis le début des derniers troubles le 13 octobre.

Les affrontements tribaux qui ont éclaté en juillet ont tué 149 personnes début octobre. La semaine dernière, la reprise des combats a tué 13 autres personnes, selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

 

Les combats de juillet ont impliqué les Hausa, une tribu originaire de toute l’Afrique de l’Ouest, et le peuple Berta, à la suite d’un conflit foncier. Jeudi, un groupe représentant les Hausa a déclaré avoir été attaqué par des individus armés d’armes lourdes au cours des deux derniers jours, mais n’a pas blâmé une tribu ou un groupe spécifique pour l’attaque.

A Hausa a publié une déclaration appelant à la désescalade et à l’arrêt du « génocide et du nettoyage ethnique des Hausa ». La tribu a longtemps été marginalisée au sein de la société soudanaise, les violences de juillet ayant déclenché une série de manifestations haoussa à travers le pays.

Le Nil Bleu abrite des dizaines de groupes ethniques différents, les discours de haine et le racisme attisant souvent des tensions tribales qui durent depuis des décennies.

OCHA n’a pas eu confirmation de la dernière augmentation du nombre de victimes, mais a déclaré que la violence avait déplacé au moins 1 200 personnes depuis la semaine dernière.

Plus tard jeudi, un groupe populaire pro-démocratie au Soudan connu sous le nom de Comités de résistance a blâmé les dirigeants militaires du pays pour ce qu’il a qualifié de manque de sécurité dans le Nil Bleu, les accusant de ne pas protéger les groupes ethniques.

 

OCHA a également déclaré que des affrontements tribaux dans la province voisine du Kordofan occidental, qui ont éclaté la semaine dernière, ont fait 19 morts et des dizaines de blessés. Une fusillade entre les groupes ethniques Misseriya et Nuba a éclaté au milieu d’un conflit foncier près de la ville d’Al Lagowa.

Le gouverneur de l’État du Kordofan occidental s’est rendu dans la ville mardi pour parler aux habitants dans le but de désamorcer le conflit avant de subir des tirs d’artillerie provenant d’une zone montagneuse voisine, a indiqué OCHA.

« Les combats dans le Kordofan occidental et les États du Nil bleu risquent de provoquer de nouveaux déplacements et de nouvelles souffrances humaines », a déclaré OCHA. « Il existe également un risque d’escalade et d’extension des combats avec des conséquences humanitaires supplémentaires. »

 

Mercredi, l’armée soudanaise a accusé le Mouvement populaire de libération du Soudan-Nord, un groupe rebelle actif dans le Nil bleu et le Kordofan méridional, d’être à l’origine de l’attaque contre Al Lagowa. Le groupe rebelle n’a pas répondu à l’accusation.

La violence dans le Kordofan occidental a incité environ 36 500 personnes à fuir Al Lagowa tandis que beaucoup de ceux qui sont restés ont cherché refuge dans la base militaire de la ville, a ajouté OCHA. La zone est actuellement inaccessible à l’aide humanitaire, a indiqué l’agence.

Eisa El Dakar, journaliste locale du Kordofan occidental, a déclaré à l’AP la semaine dernière que le conflit y est en partie enraciné dans les revendications conflictuelles des deux groupes ethniques sur les terres locales, les Misseriya étant principalement une communauté d’éleveurs et les Nouba principalement des agriculteurs.

Une grande partie du Kordofan et d’autres régions du sud du Soudan ont été secouées par le chaos et les conflits au cours de la dernière décennie.

 

Le Soudan est plongé dans la tourmente depuis un coup d’État en octobre dernier qui a bouleversé la brève transition démocratique du pays après trois décennies de règne d’Omar el-Béchir. Il a été renversé lors d’un soulèvement populaire en avril 2019, ouvrant la voie à un gouvernement de partage du pouvoir civilo-militaire.

De nombreux analystes considèrent la montée de la violence comme le produit du vide du pouvoir dans la région, causé par le coup d’État militaire d’octobre dernier. La violence a également menacé davantage l’économie déjà en difficulté du Soudan, aggravée par les pénuries de carburant causées, en partie, par la guerre en Ukraine.

Related Articles

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles