Soyez optimiste, vous vivrez plus longtemps !

0
56
Une étude scientifique révèle que vivre de façon positive pouvait allonger la durée de vie, alors soyez optimiste !

 Evaluer le taux d’optimisme

Cette étude a été menée par de chercheurs de la Harvard TH Chan School of Public Health de Boston. Parue dans Journal of the American Geriatrics Society le 8 juin, elle vise à élargir les résultats d’une étude précédente qui n’avait analysé qu’une seule ethnie et qui ne s’appuyait que sur la population blanche.

Ainsi, des femmes de toutes origines et groupes sociaux ont été invitées à participer à cette étude. Au final, ce sont plus de 159 000 femmes qui ont répondu en avançant leurs données personnelles et leurs données de santé.

Enfin, elles ont répondu à un « questionnaire d’optimisme », qui a ensuite été analysé à l’aide d’un modèle statistique appelé la loi de Poisson. Cette théorie de probabilité complexe est souvent utilisée pour étudier la fréquence et la probabilité d’évènements.

 Les femmes optimistes vivent plus longtemps

Les chercheurs ont ainsi évalué si l’optimisme pouvait être associé à une augmentation de l’espérance de vie ou à une longévité dite exceptionnelle, dépassant les 90 ans.

Après analyse, les scientifiques relèvent que « le quartile de personnes présentant l’optimisme le plus élevé par rapport au plus bas était associé à une durée de vie plus longue de 5,4 %. »

Concrètement, les personnes ayant répondu le plus favorablement au module sont amenées à vivre plus longtemps, peu importe le groupe social et racial. De plus, les experts rapportent que 53% de ces femmes ont ou sont amenées à connaître une espérance de vie de plus de 90 ans.

« Un optimisme plus élevé était associé à une durée de vie plus longue et à une plus grande probabilité d’atteindre une longévité exceptionnelle dans l’ensemble et dans tous les groupes raciaux et ethniques. »

Chez de nombreuses participantes (24%), un mode de vie sain et positif est à l’origine de la corrélation durée de vie-optimisme. « Les recherches futures devraient étudier ces associations dans les populations à durée de vie moins longue. », annoncent les chercheurs à la fin de leur communiqué.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here