23 C
France
vendredi, décembre 9, 2022

s'abonner

Syrie : au moins 9 morts après une attaque contre des camps de déplacés

Au moins neuf personnes ont été tuées et des dizaines blessées après que les forces gouvernementales syriennes ont pris pour cible des camps de tentes de familles déplacées dans la province d’Idlib, au nord-ouest, tenue par les rebelles.

Les militants de l’opposition et les premiers intervenants ont rapporté que les forces gouvernementales ont tiré une trentaine de roquettes, notamment en direction du camp de Maram dimanche, faisant neuf morts et 25 blessés.

Des avions de guerre russes ont lancé quatre raids sur l’ouest d’Idlib, a déclaré l’Observatoire syrien des droits de l’homme (SOHR), basé au Royaume-Uni, qui documente la violence en Syrie depuis le début du soulèvement en 2011.

En réponse, les combattants rebelles ont ciblé les positions gouvernementales avec de l’artillerie et des missiles dans la région de Saraqeb, à l’est d’Idlib, et dans la plaine d’al-Ghab, a-t-il ajouté.

Ces attaques sont la dernière violation d’une trêve de mars 2020 entre la Russie et la Turquie qui a mis fin à une offensive gouvernementale soutenue par la Russie sur la province d’Idlib, le dernier bastion considérable tenu par les rebelles en Syrie.

Le cessez-le-feu a été violé à plusieurs reprises au cours des deux dernières années. En juillet, sept civils, dont quatre enfants d’une même famille, ont été tués lors d’une attaque aérienne russe à Idlib.

 

Selon les Casques blancs, les Forces de défense civile syriennes de l’opposition, six personnes ont été tuées lors du bombardement d’au moins six camps, dont deux enfants et une femme, et 75 autres ont été blessées.

La station de radio pro-gouvernementale Sham FM a rapporté les attaques visant des positions du groupe Hayat Tahrir al-Sham lié à Al-Qaïda, la milice la plus puissante d’Idlib.

 

La guerre en Syrie a commencé en 2011 après que le gouvernement a répondu violemment au mouvement de protestation du pays. Des centaines de milliers de personnes ont été tuées et la moitié de la population d’avant-guerre du pays, qui s’élevait à 23 millions, a été déplacée.

La Russie et l’Iran soutiennent le président syrien Bachar al-Assad, tandis que la Turquie soutient les forces de l’opposition. L’intervention de Moscou aux côtés du gouvernement en 2015 a renversé le cours du conflit.

Related Articles

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles