Un musée londonien va restituer ses bronzes béninois volés au Nigeria

1
65

Le musée de Londres a accepté de restituer 72 objets pillés à Benin City en 1897 au gouvernement nigérian.

Le Horniman Museum and Gardens, situé dans le sud de Londres, a annoncé le transfert dans un communiqué de presse dimanche. Tous les objets ont été pris du Royaume du Bénin, dans ce qui est aujourd’hui la capitale de l’État d’Edo dans le sud du Nigeria, lors d’une opération militaire britannique en février 1897, a indiqué le musée.

Les artefacts comprennent 12 plaques de laiton qui font partie d’un genre connu sous le nom de « bronzes du Bénin ». Ces sculptures en bronze ont été créées à partir du XVIe siècle au moins pour décorer la cour royale au Bénin, selon le British Museum.

 

A bronze sculpture called Oku'Oba (Oba's Emissary) is among the objects being repatriated to Nigeria.

Une sculpture en bronze appelée Oku’Oba (l’émissaire d’Oba) fait partie des objets rapatriés au Nigeria.

En 1897, les forces britanniques ont lancé une occupation militaire « sanglante et dévastatrice » du Royaume du Bénin et des milliers d’œuvres d’art ont été volées et emportées au Royaume-Uni comme « butin de guerre », selon le musée.

La collection béninoise de Horniman comprend également d’autres objets en laiton pillés pendant l’occupation, tels qu’un retable, des cloches, des éventails et des paniers.
« Nous nous félicitons vivement de cette décision des administrateurs du musée et des jardins Horniman », a déclaré Abba Tijani, directeur général de la Commission nationale nigériane des musées et monuments, dans le communiqué.

« Après l’approbation de la Charity Commission, nous attendons avec impatience une discussion productive sur les accords de prêt et les collaborations entre la Commission nationale des musées et monuments et le Horniman », a déclaré Tijani.

Cette décision est une victoire pour le Nigeria et d’autres pays africains qui se sont battus pour récupérer des objets culturels saisis pendant l’occupation militaire et conservés dans des musées, principalement en Europe, mais aussi aux États-Unis et en Australie.

La commission nationale du Nigeria a demandé le retour des articles en janvier, a déclaré le Horniman. Certains des objets peuvent encore être prêtés au Horniman pour être exposés et recherchés, selon le communiqué.
Eve Salomon, présidente des administrateurs du musée, a qualifié le transfert de « moral et approprié ».

« Les preuves sont très claires que ces objets ont été acquis par la force, et une consultation externe a soutenu notre point de vue selon lequel il est à la fois moral et approprié de restituer leur propriété au Nigeria », a déclaré Salomon dans le communiqué. « Le Horniman est heureux de pouvoir franchir cette étape et nous sommes impatients de travailler avec le NCMM pour garantir des soins à plus long terme pour ces précieux artefacts. »

Le Horniman suit les traces de plusieurs autres musées qui ont restitué au Nigeria leurs bronzes béninois pillés.

En février, l’Université d’Aberdeen et le Jesus College de l’Université de Cambridge ont rendu deux médailles de bronze au Bénin. L’année dernière, le gouvernement français a restitué 26 œuvres d’art saisies au Bénin en 1892.

Et en novembre 2021, le Musée national d’art africain du Smithsonian Institute à Washington, DC, a retiré tous ses bronzes béninois de l’exposition et a annoncé son intention de les rapatrier.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here