22 C
France
jeudi, août 18, 2022

s'abonner

Une journaliste palestino-américaine d’Al Jazeera tuée en Cisjordanie

La journaliste d’Al Jazeera, Shireen Abu Akleh, a été tuée par balle alors qu’elle couvrait un raid militaire israélien dans la ville de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupée, mercredi matin.

Tom Nides, l’ambassadeur des États-Unis en Israël, a confirmé que Shireen Abu Akleh était une citoyenne palestinienne américaine et a appelé à « une enquête approfondie sur les circonstances de sa mort », alors que des responsables palestiniens et israéliens ont donné des récits contradictoires de ce qui est arrivé à la journaliste vétéran.

Le ministère palestinien de la Santé a déclaré qu’elle avait été tuée par des tirs israéliens.
Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a déclaré que, selon les informations israéliennes, « il semble probable que des Palestiniens armés – qui tiraient sans discernement à l’époque – en soient responsables ».
Au cœur de l’actualité : Les forces militaires israéliennes sont entrées à Jénine dans le cadre d’une opération visant à arrêter des Palestiniens soupçonnés de planifier des attaques contre des Israéliens, a déclaré l’armée israélienne.

Selon l’armée israélienne, lors de l’incursion, des militants palestiniens ont tiré sur les forces israéliennes et utilisé des engins explosifs.
Des responsables palestiniens ont déclaré qu’Abu Akleh, 51 ans, et un autre journaliste palestinien, Ali Samudi, qui travaille pour le journal al-Quds, ont été pris entre deux feux et abattus par des soldats israéliens.
Ils portaient tous les deux des gilets pare-balles avec le mot « Presse » dessus.
Bennett a déclaré qu’aucun soldat israélien n’avait été blessé lors des affrontements
Vue d’ensemble : Abu Akleh travaillait pour la chaîne arabe d’Al Jazeera depuis 1997, couvrant la Cisjordanie.

C’était une journaliste très respectée et bien connue dans le monde arabe et au-delà.
Al Jazeera a déclaré dans un communiqué que l’armée israélienne « avait assassiné Abou Akleh de sang-froid », et a appelé la communauté internationale à condamner son meurtre et à tenir Israël responsable.
« Nous nous engageons à intenter une action en justice contre les responsables et à les traduire en justice », a déclaré le média.
Ce qu’ils disent : Le président palestinien Mahmoud Abbas s’est joint au parti islamiste Raam, une ramification arabo-israélienne du mouvement des Frères musulmans, pour condamner le meurtre d’Abu Akleh. Il a déclaré qu’Israël était responsable « d’un crime contre un journaliste palestinien qui essayait de dire la vérité ».

Le parti Raam a appelé à l’ouverture d’une enquête internationale sur sa mort, tout comme le Hamas qui a qualifié le meurtre de « autre crime israélien ».
Hussein al-Sheikh, le ministre palestinien des affaires civiles, a déclaré : « « La vérité est assassinée par les balles de l’occupation. Un triste jour en Palestine. »
Pendant ce temps, Bennett a déclaré que le gouvernement israélien avait appelé les responsables palestiniens à mener une analyse pathologique et une enquête conjointes sur la mort d’Abu Akleh, mais qu’ils avaient jusqu’à présent refusé cette offre.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, a déclaré dans un communiqué appelant également à une enquête conjointe : « Les journalistes doivent être protégés dans les zones de conflit et nous avons tous la responsabilité d’obtenir la vérité ».
Le porte-parole de l’armée israélienne, le général Ran Kokhav, a déclaré à la radio de l’armée que les responsables palestiniens avaient pris le corps d’Abu Akleh et avaient refusé de mener une enquête pathologique conjointe sur sa mort.
Des responsables militaires israéliens ont déclaré lors d’un briefing avec des journalistes plus tôt que la mort d’Abu Akleh était « un incident très tragique » et ont affirmé qu’elle avait probablement été tuée par « des tirs aveugles de militants palestiniens ».
« Nous examinerons sérieusement cet incident », a déclaré un responsable militaire israélien.
À noter : les informations faisant état de sa mort sont intervenues peu de temps avant une conférence de presse prévue par Mansour Abbas, le chef du parti Raam, qui devait annoncer que son parti rejoindrait la coalition.

Peu de temps avant que la conférence de presse ne soit sur le point d’avoir lieu, Abbas a annoncé qu’elle était annulée.

Related Articles

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles