24 C
France
mardi, novembre 29, 2022

s'abonner

Air France et Airbus accusés d’homicide involontaire pour l’accident de Rio-Paris en 2009

Le procès de deux des plus grandes compagnies françaises a débuté lundi pour le crash du vol Air France 447 en 2009 qui a tué 228 passagers et membres d’équipage.

La compagnie aérienne nationale et la société toulousaine Airbus (EADSF) ont été inculpées d’homicide involontaire pour leur participation à la catastrophe outre-Atlantique.

Les deux sociétés ont été placées sous examen officiel en 2011 pour des accusations similaires par des procureurs tentant de déterminer la responsabilité de l’accident. Mais ces accusations ont été abandonnées en 2019 après huit ans de contrôle judiciaire. Aujourd’hui, en grande partie sous la pression des familles et des amis des victimes, celles-ci sont de retour au tribunal.

Air France a nié que la compagnie était responsable de l’accident et a déclaré que les accusations devraient à nouveau être rejetées.

« Air France continuera de soutenir, comme elle l’a toujours fait, qu’elle n’a commis aucune faute pénale à l’origine de cet accident et plaidera donc en faveur de l’acquittement », a déclaré Claudia Chemarin, avocate de la compagnie aérienne, dans un communiqué. CNN.

Airbus a fait une déclaration similaire au journal français La Tribune.

 

En cas de condamnation, les entreprises encourent chacune une amende de 225 000 euros (219 000 $).

Il y avait un mystère entourant le crash du vol de Rio de Janeiro à Paris dès le départ. D’une part, la plupart des accidents d’avion mortels se produisent au décollage ou à l’atterrissage : cette catastrophe s’est produite en plein vol.

Puis il y a eu les débris. Lorsque les chercheurs ont trouvé pour la première fois des parties de l’avion flottant dans l’Atlantique Sud à 400 milles au nord-est de la côte brésilienne, ils se trouvaient dans une zone relativement confinée. Une perte catastrophique de pression dans la cabine, ou une bombe, aurait dispersé des débris sur des kilomètres d’océan.

The Air France A330 aircraft plunged into the Atlantic Ocean in June 2009.

Les premières parties récupérées de l’avion ont ajouté au mystère. Beaucoup, comme les étagères de la cuisine, montraient des signes de dommages causés par ce que les experts appelaient la « compression vers le bas ». C’est-à-dire que l’avion a heurté l’eau apparemment à plat avec une force extrême vers le bas, comme s’il s’était écrasé sur l’eau avec peu de mouvement vers l’avant.

C’est ce que les enquêteurs de l’accident ont finalement conclu qu’il s’était produit. Le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) français, qui enquête sur les accidents d’avion, a découvert en 2012 que l’avion tombait à plus de 10 000 pieds par minute lorsqu’il a heurté l’océan, mais qu’il avait une vitesse au sol de seulement 107 nœuds, soit environ 123 milles à l’heure, bien en dessous de la vitesse de décrochage de l’Airbus A330.

Les enquêteurs de BAE sur les accidents ont conclu que la cause initiale de l’accident était le givrage d’appareils appelés tubes de Pitot, des capteurs essentiels pour déterminer la vitesse et l’attitude d’un avion. C’était un problème qui avait affecté quelques avions Airbus dans le passé, mais que la compagnie n’avait pas corrigé.

Les enquêteurs ont découvert qu’une fois les capteurs défaillants, le pilote automatique se désengageait et l’équipage du poste de pilotage perdait des lectures fiables des données de vol. Parce que le pilote senior à bord était en pause, les deux copilotes plus juniors ont pris le relais, pilotant l’avion manuellement. En quelques secondes, l’un des deux aux commandes a relevé le nez, apparemment pour prendre de l’altitude, mais a par inadvertance mis l’A330 dans un décrochage à haute altitude.

Sans vitesse d’avancement suffisante, l’Airbus a commencé à tomber comme une pierre. Les deux copilotes ont fait signe au pilote senior de venir prêter main-forte. Mais d’après les enregistrements vocaux du cockpit, il est évident que sans références visuelles dans la nuit noire, avec des instruments peu fiables, aucun des trois n’a compris exactement pourquoi l’avion tombait.

Pendant quatre minutes, alors que l’avion s’effondrait de près de 40 000 pieds vers la mer, les trois hommes ont désespérément essayé de comprendre ce qui n’allait pas et ce qu’il fallait faire pour y remédier.

Les accusations portées contre Airbus sont centrées sur son incapacité à corriger le problème connu des tubes de Pitot. Air France est accusée de ne pas avoir formé les pilotes sur la manière de réagir au type de situation auquel l’équipage était confronté.

« Dire aujourd’hui que seuls les pilotes sont fautifs, c’est trop facile, c’est très exagéré et donc ce n’est pas la vérité », a déclaré vendredi à CNN Philippe Linguet, qui a perdu son frère dans le crash.

« Nous voulons confronter les accusés à leurs fautes et si le tribunal reconnaît ces fautes, les accusés Airbus et Air France devraient être condamnés », a-t-il ajouté.

Le procès devrait durer jusqu’à début décembre.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles